/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le Parti libéral n’a rien compris

Faire revivre l’époque de Jean Charest? Non merci.

Le Parti libéral n’a rien compris
Le Journal de Quebec

Coup d'oeil sur cet article

Faire revivre l’époque de Jean Charest? Non merci. 

«Recréer le PLQ qui a régné sans partage sur le Québec» 

J’ai lu le texte du chroniqueur de La Presse Denis Lessard, hier, à propos d’une rencontre au sommet organisée par d’importants libéraux québécois, en me disant ceci: «Incroyable, à quel point on peut recouper la liste des convives avec celle des gens, proches du PLQ, qui ont témoigné à la commission Charbonneau...» 

Je cite Lessard: «Après la dégelée d’il y a un an, des libéraux de longue date tentent de recréer ce qui animait le Parti libéral du Québec [PLQ], qui avait régné presque sans partage à Québec au cours des 16 dernières années.»

Ayoye.  

Ces gens-là n’ont absolument rien compris. Quand je pense à ce Parti libéral qui a régné sans partage sur le Québec, c’est les nombreuses révélations troublantes sur la collusion, la corruption, le financement douteux, le PLQ inc., madame Post-it et les nominations partisanes par centaines, le pont d’or de Jean Charest, l’échec absolument épouvantable de l’UPAC et tout ce qui entoure cette police anticorruption imaginée et fondée par ceux-là mêmes sur qui la police devrait enquêter... 

J’ai pensé, aussi et surtout, à tous ceux qui ont mis leur tête sur le billot afin de tenter d’exposer cette corruption, cette collusion, ce copinage présumé. Les journalistes d’enquête, les policiers téméraires (l’enquêteur Tremblay de l’UAC à la commission Charbonneau, notamment), des lanceurs d’alerte, des parlementaires qui ont questionné rondement le commissaire de l’UPAC et qui se sont fait faire de gros yeux de l’autre côté des banquettes de l’Assemblée nationale... 

Et j’ai pensé aussi à ceux qui ont mené des enquêtes comme Mâchurer, Joug, Lierre, et qui ne verront peut-être jamais leurs efforts récompensés. 

Il me semble que, pour le bien du Québec, la dernière chose au monde que l’on devrait envisager, c’est de «recréer ce PLQ-là».  

Puis je suis tombé là dessus.  

 

Peut-être que quelqu’un à l’Assemblée nationale pourra demander à la députée St-Pierre si elle compte se procurer le tout nouveau livre du Bureau d’enquête du Journal... 

«Comment la police s’est butée au parti de Jean Charest» 

C’est le sous-titre du livre du Bureau d’enquête du Journal de Montréal à propos de cette époque précise du Parti libéral. Un bouquin qui sort aujourd’hui et que j’ai bien hâte de lire.  

N’étant pas dans le secret des dieux, je n’avais aucune idée que ceci serait publié aujourd’hui. C’est quand même ironique que cela sorte au lendemain de ce récit de Denis Lessard concernant les aspirations de la vieille garde du Parti libéral qui espère faire revivre les «good old days» de Jean Charest.  

À l’époque, quand Philippe Couillard avait pris les rênes du Parti libéral, ce dernier faisait tout pour se distancier de l’ère Charest. C’était avant que la commission Charbonneau ne fasse patate – merci à la dissidence toujours, à ce jour, inexplicable du commissaire Renaud Lachance – et que tant de gens dont les noms avaient circulé lors des audiences de celle-ci ne trouvent une manière de se disculper de tout blâme.  

«Morts de rire», avait-on titré à l’époque. 

 

Depuis, les citoyens qui s’intéressent encore à ce moment sombre de notre histoire politique constatent les échecs successifs de l’UPAC dans l’indifférence générale. Arrêt Jordan par-ci, preuve contaminée par l’incurie des enquêteurs par-là. Et ces noms que l’on associait à l’enquête Mâchurer, qui semblent hors de portée de la justice. 

 

Le Parti libéral n’a rien compris
Photo Martin Chevalier

En attendant de lire le bouquin du Bureau d’enquête, je me rappelle que, la seule fois que j’ai vu l’ex-commissaire de l’UPAC vraiment fâché, c’était pour attraper le «bandit» qui coulait aux médias de l’information sur des enquêtes hyper-sensibles, lesquelles n’aboutissent jamais. 

Au fait, vous vous souvenez d’Amir Khadir qui avait défié Jean Charest de le poursuivre en justice? Le député de Québec solidaire qui avait volontairement renoncé à son immunité parlementaire pour accuser l’ex-premier ministre d’avoir été à la tête d’une organisation qui avait commis des crimes... 

Fallait des schnolles grosses de même.  

Charest n’en a rien fait. En fin de compte, c’est peut-être Khadir qui est passé le plus près de forcer Jean Charest à témoigner!