/lifestyle/techno
Navigation

On a jasé avec les créateurs des jeux Pokémon Sword et Shield

Plein de nouveautés à venir!

On a jasé avec les créateurs des jeux Pokémon Sword et Shield
Photo Christine Lemus

Coup d'oeil sur cet article

De passage aux bureaux de Nintendo of America à San Francisco, notre collaboratrice Christine Lemus a jasé avec Junichi Masuda – producteur de Pokémon Sword et Shield – et Shigeru Ohmori, directeur de ces deux projets au studio Game Freak.   

On y a parlé de ces jeux, évidemment, mais aussi de leurs sources d'inspiration de leurs impressions devant l'engouement suscité par la franchise Pokémon.         

Renouveler un RPG peut être difficile, encore plus lorsqu’il s’agit d’un classique comme Pokémon. Quelle a été votre approche avec Sword et Shield?   

Shigeru Ohmori: C’est toujours difficile de décider quel changement nous voulons apporter, ce que nous voulons garder, etc., étant donné que la série roule depuis longtemps.        

Nous voyons Sword et Shield comme une évolution du RPG traditionnel ainsi que de Pokémon X, Y, Sun et Moon. Nous voulons donc être certains de plaire aux fans de la première heure, mais nous voulons aussi inclure des idées nouvelles, des surprises et une nouvelle façon de jouer.        

Je crois que ce qui définit le plus ce renouveau est la fonction «Dynamax» lors des combats, pensée pour ceux qui jouent sur une télévision HD et pour mieux faire sentir la différence de taille entre les pokémons.        

Parlez-nous un peu des pokémons de départ...  

S: On conserve les trois types traditionnels: plante, feu et eau. Ce qui est différent, dans Sword et Shield, par rapport aux autres titres, c’est que l’on a donné à chacun d'entre eux une personnalité particulière. Grookey est le plus calme et terre à terre du trio; Scorbunny est plus énergique et un peu fauteur de troubles, alors que Sobble est le plus timide et sensible des trois.        

Nous voulions vraiment leur donner ces caractéristiques et, ainsi, permettre au joueur de choisir un pokémon qui corresponde à sa personnalité.        

C’est drôle à dire, mais, quand j'ai essayé les jeux, je me suis justement dit que les trois pokémons de départ me rappelaient énormément mes trois chats. Ils ont les mêmes tempéraments!   

Junichi Masuda: Nous voulions vraiment que les joueurs «connectent» plus avec leur choix, que celui-ci repose non seulement sur le look des pokémons, mais aussi sur leurs traits de caractère.         

De gauche à droite: Grookey, Scorbunny et Sobble, les pokémons de départ
Source: Nintendo
De gauche à droite: Grookey, Scorbunny et Sobble, les pokémons de départ

Est-ce un défi, de créer des créatures qui devront se mesurer au succès de leurs prédécesseurs?   

S: C’est toujours difficile d’arriver avec des designs mémorables, c’est certain. Nous gardons toujours le concept de départ avec les éléments de base – plante, feu et eau –, qui est une formule gagnante.    

L'objectif est de garder le design simple, mais reconnaissable. Comme ça, lorsqu'un enfant joue, il sera non seulement attiré par le look du personnage, mais pourra le reproduire en dessin!        

J: Ça peut d’ailleurs prendre plus de six mois pour finaliser un design aussi simple!        

Nous sommes allés au premier Safari Zone de Pokémon GO, à Montréal, et nous avons constaté que l’amour pour la franchise est encore très fort, chez les enfants comme chez les adultes. Est-ce le genre d’engouement que vous espérez susciter avec ces nouveaux jeux?   

S: Nous espérons vraiment que les joueurs auront pour ces jeux la même passion et le même amour que pour toute la franchise.        

J: On est conscients que beaucoup de nouveaux fans ont expérimenté Pokémon pour la première fois avec Pokémon GO. Pour eux, nous avons créé Pokémon Let’s Go Eevee et Pikachu, qui sert de transition vers un jeu plus près d’un Pokémon traditionnel.        

Pokémon Sword et Pokémon Shield seront pour eux la prochaine étape, qu'ils soient adultes ou enfants. On veut leur offrir une expérience plus profonde et plus complète.        

On espère vraiment que les gens qui ont aimé GO et Let’s Go aimeront nos nouveaux jeux.        

On a jasé avec les créateurs des jeux Pokémon Sword et Shield
Courtoisie Nintendo/Game Freak

Une nouvelle région s’ouvre à nous: Galar. Quelle est la petite histoire derrière sa création?   

S: On s’est inspirés des paysages du Royaume-Uni pour dessiner la région de Galar. Nous voulions aussi rendre hommage à la passion que l'on peut avoir, dans ce pays, pour le sport et les athlètes.       

 Nous avons donc transformé les combats de pokémons en sport populaire, avec des champions supervedettes, etc.        

On voulait que les joueurs désirent devenir populaires et forts comme eux. Ils devront donc travailler fort, tout au long de l'aventure, pour devenir des champions, gagner des fans, etc., afin que ce rêve devienne réalité.         

Précédemment, chaque zone avait son lot de pokémons propres. Vous introduisez les wild zones. Qu'est-ce que c'est?  

S: C’est l’une des zones les plus larges dans le jeu, et nous voulions la présenter très tôt afin de permettre aux joueurs une plus grande liberté dans l'expérience et l'exploration des jeux.    

Vous y trouverez des pokémons qui seront probablement trop forts pour vous à vos débuts, mais que vous aurez tout de même la liberté d'affronter si vous le souhaitez.       

Nous voulions donner cette impression de liberté de jeu, permettre aux joueurs d’explorer et d'avoir du plaisir.        

C’est aussi l’endroit où nous avons implanté beaucoup de fonctionnalités de communication et en ligne. Vous verrez d’ailleurs d'autres joueurs se promener dans la zone, si vous êtes connecté en ligne ou localement par Switch.           

On a jasé avec les créateurs des jeux Pokémon Sword et Shield
Courtoisie Nintendo/Game Freak

Comment profiter des wild zones?   

S: C’est difficile à dire! Vous pouvez entraîner vos pokémons en essayant de combattre ceux qui sont plus forts. Si votre but est de compléter votre pokédex, certains pokémons n’apparaissent que dans ces zones, selon la météo ou l’heure de la journée.         

J: Les batailles max raid qu’on peut entreprendre, entre amis ou à l’aide de l’ordinateur, sont aussi une option pour attraper des pokémons plus rares dans cette zone.        

On a jasé avec les créateurs des jeux Pokémon Sword et Shield
Courtoisie Nintendo/Game Freak

Pokémon a longtemps été un jeu solitaire. L’arrivée des max raid battles vient chambouler cette perception. Pouvez-vous nous donner des détails à ce sujet?   

S: Avec la fonction «Dynamax» [un pouvoir permettant aux pokémons de devenir plus forts et gigantesques], on s’est dit qu'il serait intéressant que des joueurs joignent leurs forces, afin de rendre l’expérience positive et amicale. D'où les max raid battles [des combats communs opposant quatre joueurs à un pokémon «Dynamax»].        

On a toujours eu un mode permettant les combats entre joueurs, mais jamais de façon collaborative. Après tout, ce n’est pas tout le monde qui veut affronter d'autres entraîneurs. Nous avons donc pensé à ceux qui veulent coopérer entre amis pour battre ces pokémons!        

Parlons musique. Vous avez pris des classiques de Pokémon d'antan et les avez rendus plus jazzy ou rock. Vous l'avez fait pour plaire aux joueurs de la première heure?   

S: Nous voulions que la musique soit reconnaissable, mais, en même temps, nous nous sommes inspirés, encore une fois, du Royaume-Uni. Nous nous sommes donc inspirés du rock britannique, qu’on adore tout particulièrement au sein de l’équipe, pour composer la musique. On espère que ça plaira à tous!         

Question un peu plus personnelle: c'est comment, travailler sur une série culte comme Pokémon?   

S: J’ai commencé comme un simple joueur, avec Green et Red, puis Gold et Silver. J’ai ensuite rejoint l’équipe comme développeur avec Sapphire et Ruby.        

J’ai toujours adoré faire des jeux avec Game Freak. Encore aujourd’hui, même en tant que directeur, j’ai encore les mains dans le développement du jeu.        

Voir des gens jouer au jeu que l'on a créé et entendre leurs impressions, c’est vraiment réaliser un rêve. Je suis très reconnaissant de faire ce travail.         

J: Je suis un des membres originaux et j'ai travaillé sur Red, Green et Blue.        

Dans le temps, aucun de nous ne s'attendait au succès monstre de Pokémon. Nous ne pensions pas qu’il y aurait une série animée ou des cartes à échanger, encore moins un film, ou même Pokémon GO!   

C’est vraiment grâce au soutien de nos fans depuis 22 ans que nous pouvons encore faire ça aujourd’hui! Nous en sommes très reconnaissants!         

Pokémon Sword et Shield sortiront en magasin et en ligne le 15 novembre 2019. Bonne chasse à tous!  

Aussi à écouter

Le plus récent épisode de notre podcast!

On a votre attention? Vous voulez vous abonner à notre podcast? Ça tombe bien, nous sommes notamment sur...