/news
Navigation

Tramway: aucune soumission pour un appel d’offres sur «la gestion de risques»

Tramway: aucune soumission pour un appel d’offres sur «la gestion de risques»
Photo courtoisie, Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

 Le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec s’interroge sur l’absence de soumissions à la suite d’un appel d’offres visant à obtenir des conseils financiers et des conseils sur la «gestion de risques» pour le projet de tramway. 

Les firmes d’experts-conseils avaient jusqu’au 24 octobre pour déposer leurs soumissions à la suite d’un appel d’offres lancé le mois dernier. L’appel d’offres était intitulé Conseils financiers, gestion de risques, assurances et garanties financières. 

Or, personne n’a proposé ses services, a révélé le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, lors d’un point de presse mardi matin, soupçonnant les firmes de vouloir éviter de s’associer à ce projet en raison du niveau de risque qu’il juge lui-même trop élevé. 

«Aucun soumissionnaire n’a répondu à l’appel d’offres [...] Bref, personne n’a couru le risque de vouloir s’occuper de la gestion de risques du projet de tramway. Pourquoi personne n’a voulu soumissionner? Et qu’est-ce qui arrive maintenant? On fait quoi?», s’est interrogé Jean-François Gosselin à voix haute. 

Le chef de Québec 21 a interpellé directement l’administration Labeaume à ce sujet, en lui reprochant à nouveau d’improviser et de «faire de l’essai-erreur avec le plus gros projet de l’histoire de la ville». M. Gosselin redoute des dépassements de coûts depuis le tout début et dit aussi s’interroger sur le rôle de Systra, qui a déjà un mandat de 12,5 M$ pour «accompagner» la Ville dans la réalisation de son projet de transport collectif structurant à 3,3 G$. 

L’annulation de l’appel d’offres pour les conseils financiers aura forcément des impacts, estime l’opposition, qui cherche à savoir lesquels. «Est-ce que les coûts vont être respectés? Les échéanciers? C’est ça, les questions qu’on se pose. Là, on retourne en appel d’offres, et ça peut avoir un impact sur les coûts», a renchéri le collègue de M. Gosselin Stevens Mélançon, lors du même point de presse. 

«Pas de coûts supplémentaires», dit la Ville 

En après-midi, la Ville a indiqué qu’elle entrera en contact avec les entreprises qui avaient commandé les documents de l’appel d’offres pour tenter de comprendre les raisons de leur désintérêt, avant de retourner en appel d’offres. 

«L’absence de soumissionnaires peut s’expliquer par plusieurs raisons propres à chacun. Selon le processus habituel, [les entreprises] seront contactées afin d’effectuer un suivi et de valider les raisons pour lesquelles elles n’ont pas déposé d’offre. À la suite de cet exercice, un nouvel appel d’offres pourra être publié. L’échéancier du projet demeure respecté, et l’annulation n’entraînera pas de coûts supplémentaires», a réagi le porte-parole de la Ville de Québec, David O’Brien.