/entertainment/events
Navigation

Un 42e Salon du livre encore plus rassembleur

Olivier Gougeon, directeur général du Salon du livre de Montréal et les trois invités d'honneur: Jean-Paul Daoust, Fanny Britt et Webster .
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits Olivier Gougeon, directeur général du Salon du livre de Montréal et les trois invités d'honneur: Jean-Paul Daoust, Fanny Britt et Webster .

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le Salon du livre de Montréal (SLM) se tiendra pour une dernière fois à la Place Bonaventure, du 20 au 25 novembre prochain, avant de déménager ses stands et ses bouquins au Palais des congrès en 2020. 

D’abord inauguré en 1950 à l’hôtel Windsor, le Salon du livre de Montréal dans la forme qu’on lui connaît, celle d’une foire grand public, s’est installé à la Place Bonaventure en 1978 et n’avait jamais quitté les lieux depuis. 

En pourparlers depuis un an et demi, le déménagement se déroulera finalement en 2020, notamment pour des questions d’espace et en raison du changement de vocation de la Place Bonaventure, qui allouera davantage de ses quartiers à une clientèle commerciale. 

Pour les petits 

Le SLM n’attendra toutefois pas de pendre la crémaillère pour offrir des nouveautés et améliorations à sa centaine de milliers de visiteurs – 120 000 personnes en avaient franchi les tourniquets l’an dernier –, si on se fie à la programmation de sa 42e édition, dévoilée mardi matin. 

Particulièrement riche, avec ses 2000 auteurs présents, qui offriront séances de dédicaces, ateliers et tables rondes, ses spectacles, ses remises de prix, ses mille maisons d’édition représentées et ses 300 activités variées, le Salon du livre poursuit l’objectif avoué de rallier tout le monde. Et, pourquoi pas, de rameuter les gens qui auraient délaissé l’événement au fil des ans ou ne l’auraient encore carrément jamais fréquenté, a expliqué Olivier Gougeon, directeur général du rendez-vous pour une deuxième année. 

«On veut arriver à cibler davantage la variété des intérêts, a détaillé Olivier Gougeon. La littérature, c’est une façon de raconter qui on est. Les auteurs, les autrices puisent leur inspiration dans le monde, dans ce qui nous entoure. Il y en a pour tous les goûts. Alors, comment peut-on faire ressortir ces éléments-là pour chacun? » 

Ainsi, la disposition des nombreux kiosques sera réévaluée, avec des couloirs de circulation élargis et l’implantation de l’Agora au centre du Salon. L’Agora fera office d’aire de repos et d’orientation, et s’y tiendront présentations, débats et rencontres, avec comptoir de rafraîchissements et de boissons alcoolisées tout près. La section du livre audio se trouvera en outre bonifiée. 

Parce que les décideurs du Salon ont remarqué que les enfants et les adolescents sont souvent pressés de parcourir les pages des ouvrages qu’ils viennent de se procurer, un Espace jeunesse leur étant spécialement dédié, avec des activités pensées pour eux, sera en service. 

Autre cadeau destiné aux bambins, la Matinée des petits, le vendredi, permettra d’accueillir 1000 bouts de choux de 4 et 5 ans en provenance de garderies, de CPE et de maternelles, qui auront droit à des spectacles adaptés à leur âge. 

«Les jeunes du primaire qui sont venus au Salon du livre en gardent des souvenirs indélébiles», a noté Olivier Gougeon. 

Thématiques 

Au-delà du grand thème porteur du 42e SLM, «Se raconter», des blocs de programmation mettant à l’honneur des styles en particulier (poésie, polar, récit, conte et bio, environnement et consommation, parentalité, journalisme et médias, vivre ensemble et diversité, technologie et innovation, histoire) teinteront les différentes discussions et attractions au programme. 

Qui plus est, le Salon du livre de Montréal tend à devenir de plus en plus écoresponsable; aucune bouteille d’eau ne sera distribuée aux auteurs et employés, et on veille à ce que tout le papier utilisé soit recyclable, entre autres initiatives. 

Jusqu’au 20 novembre, on peut se procurer un passeport valide pour toute la durée du SLM au prix d’un billet régulier d’une journée. Comme en 2018, la journée du mercredi, 20 novembre, sera gratuite pour tous, de l’ouverture à la fermeture. 

«Le mercredi soir, on va faire en sorte que ça soit plus festif, avec des bars et cafés accessibles», a promis Olivier Gougeon. 

Pour tout connaître de la programmation du 42e Salon du livre de Montréal, on consulte le site officiel (salondulivredemontreal.com) 

Cinq activités à retenir: 

• Saint-Michel, quartier invité. Pour mettre en valeur les beautés de Montréal, le SLM crée le concept du «quartier invité». Cette année, un coin voué à faire connaître le quartier Saint-Michel sera accessible, avec animations et interventions de citoyens. 

• Clin d’œil à l’Ukraine. Le pays célébré au SLM en 2019 sera l’Ukraine. On offrira une visibilité aux créateurs(trices) ukrainien(ne)s et à leur littérature, dont le grand Andreï Kourkov. 

• Un(e) libraire présente. Sur scène, un(e) libraire échangera avec des auteur(e)s d’expérience de leur processus créatif et de leur bibliographie respective. Dany Laferrière, Andrée A. Michaud et Mylène Goupil, entre autres, doivent se prêter à l’exercice. 

• On a tous besoin d’histoires. Le 23 novembre, à 16 h, à l’Espace jeunesse, sera lancé le manifeste «On a tous besoin d’histoires», un texte d’engagement de Marie Barguirdjian défendant le rôle de la littérature jeunesse dans la construction d’une société de culture et de lecture. 

• Enfin, les invités d’honneur Enki Bilal, Fanny Britt, Jean-Paul Daoust, Tristan Demers, Antonine Maillet, Andrée Poulin, Webster et Sheila Watt-Cloutier auront tous leur moment de gloire pendant le Salon, notamment lors de la série «Confidences d’écrivain(e)s».