/entertainment/tv
Navigation

Bianca Gervais: une nouvelle corde à son arc

Bianca Gervais: une nouvelle corde à son arc
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Bianca Gervais lorgne de plus en plus vers la réalisation. La comédienne, qu’on peut voir dans «L’Échappée», qui tourne présentement dans «Escouade 99» pour Club illico et qui intervient aussi à «Véronique et les Fantastiques», sur les ondes de Rouge, manie désormais la caméra dans l’ombre de «Format familial», le magazine qu’elle coanime à Télé-Québec avec son conjoint, Sébastien Diaz.

«Je vois ça comme une corde de plus à mon arc, a expliqué Bianca en entrevue. Quand on est dans la trentaine, c’est "cool", il y a plein de rôles pour les jeunes femmes de mon âge. Mais la journée où je serai plus vieillissante, qu’il y aura moins de rôles pour moi, j’aurai les options de l’animation et de la réalisation. Plus je vieillis, moins je suis dans l’orgueil d’être devant la caméra. Être dans l’ombre me convient aussi.»

Pour l’instant, Bianca ne rêve pas de mettre en images une série ou un film d’envergure. À court et moyen terme, elle compte plutôt investir ses énergies dans le magazine et le documentaire.

«J’aime être sur le terrain, avec une caméra sur l’épaule. J’aime la vérité du moment. La fiction, je trouve que c’est un gros bateau», indique celle qui mentionne avoir en tête «quelques projets» qu’elle aimerait développer.

L’autoroute de la vie

Avec autant d’aspirations et d’engagements professionnels à honorer, Bianca Gervais doit composer, comme toutes les mères de son âge, avec le défi de la conciliation travail-famille.

La maman de Liv, cinq ans, et Bowie, 19 mois, avoue jongler souvent avec la culpabilité quand elle se retrouve dans l’une ou l’autre des sphères de sa vie.

«Je suis un peu perdue là-dedans, je ne possède pas vraiment les réponses, a-t-elle dépeint. Je sais juste qu’on exige beaucoup de moi, et que j’exige aussi beaucoup de moi, à la maison et au travail. Ça crée une position où je ne suis jamais pleinement "sur mon X". Au travail, je me désole de ne pas être une mère présente, et à la maison, je ne suis pas entièrement satisfaite non plus, parce que je pense à tout ce qu’il y a à accomplir au travail. C’est comme si on cherchait tout le temps à se déposer.»

«Je n’ai pas trouvé cet équilibre, et je ne sais pas si je vais le trouver un jour. Je ne sais pas si on fait un métier où les deux peuvent vraiment se juxtaposer ensemble. On est comme "pognés" entre deux discours. On y arrive, mais toujours sur une patte. J’appelle ça l’autoroute de la vie, avec une roue dans la "garnotte"! Mais c’est beau. On danse dans le chaos!»

Bianca Gervais se dit en outre souvent peinée des commentaires parfois durs que s’adressent les parents entre eux sur les forums de discussion et les réseaux sociaux, ou des regards chargés de jugements qu’elle perçoit dans les endroits publics envers une maman accaparée par son téléphone ou un chérubin en pleine crise de «terrible two», par exemple.

«Chaque famille fait son gros possible. Personne n’y arrive avec la conciliation travail-famille, tout le monde a de la "broue dans le toupet", se chicane avec son "chum" ou sa blonde à la fin de la journée. Je n’ai plus de jugements envers aucune famille. À chaque famille sa réalité!»

«Format familial», le mercredi, à 19 h 30, à Télé-Québec. «L’Échappée», le lundi, à 20 h, à TVA. La série «Escouade 99», adaptation de la comédie américaine «Brooklyn Nine-Nine», réalisée par Patrick Huard, sera disponible sur Club illico en 2020. Bianca Gervais est de plus l’un des visages des capsules web du projet La CLEF, de Télé-Québec (www.laclef.tv), qui vise à soutenir les parents dans l’accompagnement de leurs enfants en plein cheminement scolaire.