/investigations
Navigation

Le ménage s’amorce dans les marchés publics de Montréal

Au moins 50 des environ 200 commerçants ne respecteraient pas les règles

Coup d'oeil sur cet article

Le grand ménage s’amorce dans les marchés publics de Montréal comme le marché Jean-Talon. Au moins le quart des 200 commerçants ne respecteraient pas les règles, a appris notre Bureau d’enquête. 

C’est le résultat d’enquêtes internes lancées par la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal (CGMPM) à la suite d’un rapport dévastateur du Contrôleur général de Montréal en 2018. 

Les effets se font déjà voir au marché Jean-Talon. Actuellement, tandis que l'hiver approche, une trentaine des 81 kiosques intérieurs n’ont pas d’occupants, leur demande de bail hivernal étant soit résiliée, soit retirée, soit toujours étudiée par l’administration. 

Dans la plupart des cas, les «irrégularités» des marchands sont mineures et seront vite résolues. Mais dans d’autres cas, la CGMPM a décelé des problématiques «majeures», selon nos sources. 

Par exemple, au moins deux vendeurs qui disaient vendre des œufs de leurs fermes vendaient en fait des produits de la société de commercialisation Nutri-Œuf (qu’on retrouve dans les supermarchés). Dans un autre cas, un détenteur de bail ne serait qu’un prête-nom pour une importante firme de distribution de fruits et légumes. 

«C’est normal qu’il y ait une phase de transition alors que le ménage est entamé. L’objectif n’est pas de mettre les marchands dehors, bien au contraire. C’est d’assurer la pérennité des marchés», a indiqué une des sources de notre Bureau d’enquête, qui ont toutes demandé l’anonymat pour parler librement. 

Revendeuse radiée 

De plus, le CA a déjà radié une importante revendeuse du marché Jean-Talon, Monique Chenail. Selon une demande d’injonction qu’elle a déposée la semaine dernière (et retirée depuis), on lui reproche d’avoir notamment sous-loué ses cinq emplacements à son fils, Bernard Guay. Selon les règles de la CGMPM, c’est formellement interdit. 

«Au cours des dernières semaines, nous avons pris connaissance de plusieurs rapports, dont certains ont déjà été rendus publics, et nous analysons avec rigueur les cas qui y figurent. Ces anomalies ne concernent qu’une minorité des emplacements», a indiqué par voie de déclaration Serge Marticotte, président du CA de la CGMPM. 

Deux des administrateurs élus pour faire le nettoyage à la CGMPM il y a quelques semaines ont par ailleurs déjà démissionné, car il se pouvait qu'ils n'aient eux-mêmes pas respecté les règles du marché. 

Si c’est le cas, les irrégularités sont mineures, nuancent tout de même nos sources. 

Rapport du Contrôleur général 

Ces événements font suite à un rapport du Contrôleur général de Montréal où la gestion des marchés publics est vivement critiquée. 

«La corporation semble avoir perdu le contrôle [de l’occupation et de la vacation des emplacements] au profit de certains membres. La majorité des locataires décide du sort de [ses] emplacements. En effet, certains locateurs sous-louent leur emplacement sans autorisation, d’autant que la sous-location n’est pas prévue aux Règlements généraux», avait conclu Alain Bond dans un rapport daté de décembre dernier. 

En septembre, La Presse rapportait que même la police enquêtait sur la gestion du marché.