/finance/business
Navigation

Molson : les employés québécois épargnés par les suppressions de postes

Les travailleurs québécois de la multinationale ont retenu leur souffle jusqu’à la dernière minute ce matin

Coup d'oeil sur cet article

 Les 500 travailleurs québécois de l’usine de Notre-Dame et du centre de distribution de la rue Dickson, à Montréal, devraient éviter le pire et garder leur emploi malgré la suppression prochaine de 500 postes en Amérique du Nord. 

 « Pour l’instant, ça ne nous touche pas du tout. C’est une très bonne nouvelle», a indiqué au Journal Éric Picotte, président du syndicat local des Teamsters de Molson. 

  • Notre journaliste Michel Girard était à Politiquement incorrect sur QUB radio: 

 Éric Picotte ne craint pas non plus pour l’avenir de l’usine de Molson de 500 millions $ en construction à Longueuil, qui vise à remplacer l’ancienne de la rue Notre-Dame. 

 « Pas aux dernières nouvelles. On parle d’une restructuration à plus haut niveau qui touche les gestionnaires et les ressources humaines», a-t-il insisté. 

 Restructuration majeure 

 Mardi, le brasseur Molson Coors a annoncé un plan de restructuration majeure pouvant mener à l’abolition de plus de 500 postes au Canada et aux États-Unis. 

 Même le siège social de la société de Denver sera fermé au profit de Chicago, a déclaré l’entreprise par communiqué, qui doit faire le point plus tard au cours de la journée. 

 D’autres détails suivront.