/finance/business
Navigation

BMR fourbit ses armes pour profiter des ennuis de RONA

BMR fourbit ses armes pour profiter des ennuis de RONA
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La Coop fédérée et sa filiale BMR sont mieux placées que jamais pour profiter des ratés de la chaîne de quincailleries RONA/Lowe’s avec l’injection de 300 millions $ annoncée mercredi par la Caisse de dépôt et trois autres institutions financières québécoises.

L’investissement de la Caisse, du Fonds de solidarité FTQ, de Fondaction CSN et de Desjardins Capital prend la forme d’actions privilégiées. Il servira à financer les projets d’acquisitions et d’investissements en immobilisations de la coopérative agricole.

« On a déposé au conseil d’administration une stratégie de croissance pour atteindre 8 milliards $ de chiffre d’affaires d’ici 2022 [il est actuellement de 6,3 milliards $]. C’est dans cet esprit-là qu’on a demandé à des investisseurs québécois d’embarquer, ils ont suivi et on est très contents de ça », a affirmé mercredi au Journal le chef de la direction de La Coop fédérée, Gaétan Desroches.

L’entreprise est présente dans le secteur des quincailleries avec sa filiale BMR, qui compte plus de 300 magasins. La semaine dernière, le PDG de BMR, Pascal Houle, a tendu la main aux marchands RONA qui souhaiteraient changer d’enseigne.

Marchands indépendants

« Ce qui nous intéresse, ce sont les marchands indépendants, a commenté M. Desroches. On est en mode attente pour voir comment les marchands RONA se plaisent ou ne se plaisent pas, puis qu’ils viennent cogner à notre porte. Évidemment, on les rencontre aussi. Mais je dirais que ça se fait de façon plus mutuelle que d’une façon agressive. Ce n’est pas notre mode d’action en général. »

Outre BMR, l’investissement de 300 millions $ sera affecté aux deux autres secteurs d’activité de La Coop fédérée, soit la division agroalimentaire Sollio et le transformateur alimentaire Olymel.

« Cet investissement représente non seulement une belle marque de confiance envers notre organisation, mais aussi à l’égard du modèle d’affaires coopératif », a estimé Gaétan Desroches.

La Coop fédérée emploie plus de 14 000 personnes au Québec et dans d’autres provinces.