/qubradio
Navigation

«Charest me sommait de me rétracter et de m’excuser», raconte l’ancien journaliste Patrick Bourgeois

«Charest me sommait de me rétracter et de m’excuser», raconte l’ancien journaliste Patrick Bourgeois
Photo d'archives ANNIE T. ROUSSEL

Coup d'oeil sur cet article

L'ancien journaliste du Québécois Patrick Bourgeois est le premier à avoir constaté l’incohérence entre le train de vie de Jean Charest et son salaire.  

Dans le cadre de la sortie du livre PLQ inc., où l'on se penche sur les soupçons de corruption au Parti libéral du Québec (PLQ) à l’époque de Jean Charest, l’ancien journaliste a voulu raconter l’enquête qu’il a menée il y a environ 15 ans.   

«Je m’étais mis à faire enquête là-dessus et j’avais tout obtenu, les documents de la résidence de Charest à Westmount, son contrat d’hypothèque et ses comptes d’Hydro, et j’avais regardé du côté, aussi, du chalet de luxe qu'il louait à Sam Pollock, le 200, Lebaron, à North Hatley, et j’avais fait un exercice de base que n’importe quelle famille fait: le petit budget, pour voir si ça arrive, et ça n'arrivait pas. Ça ne se pouvait pas», a expliqué Patrick Bourgeois à l’émission Dutrizac, à QUB radio, jeudi matin.   

ÉCOUTEZ l’entrevue de Patrick Bourgeois sur QUB radio:  

«Moi, dans le journal, j’avais dit: “Ce que je suis capable d’établir, c’est qu’il y a un trou de 75 000$ dans ses finances”», a-t-il ajouté en s'adressant à l’animateur Benoît Dutrizac.   

Le livre PLQ inc. évoque la possibilité que le PLQ ait remboursé une partie de l’hypothèque de la maison de son ancien chef à Westmount, avant de lui verser un salaire annuel de 75 000$. L’ex-directeur de cabinet de M. Charest, Ronald Poupart, a confié à l’UPAC que l’hypothèque de la maison de l'ancien chef libéral était payée par le PLQ, du moins en partie, quand il était dans l’opposition à Québec.   

À Sainte-Anne-des-Monts, un huissier s'était présenté chez Patrick Bourgeois avec une mise en demeure de la part de M. Charest.   

«Charest me sommait de me rétracter et de m’excuser», a expliqué l’ancien journaliste.   

«J’attends toujours la poursuite de M. Charest, 15 ans plus tard, ou les excuses de M. Charest», a-t-il conclu.  

 

PLQ INC., UN LIVRE-CHOC DE NOTRE BUREAU D’ENQUÊTE 

«Charest me sommait de me rétracter et de m’excuser», raconte l’ancien journaliste Patrick Bourgeois
Photo Martin Chevalier

  

 

  

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions