/misc
Navigation

Le test des valeurs: mieux vaut en rire

Le test des valeurs: mieux vaut en rire
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault impose donc dès janvier un soi-disant «test des valeurs» à ceux qui souhaitent s’établir au Québec. Enfin pas à tout le monde. Seulement aux «immigrants économiques».

C’est plutôt un simple avertissement qu’un test: «Attention le Québec c’est différent du reste du Canada». Une formation en ligne de 60 minutes sera disponible pour réussir le test de 20 questions à choix multiples. Ceux qui ont du temps à perdre pourront suivre un cours de 24 heures. Rassurez-vous, en cas d’échec, on offre aux candidats une seconde chance. S’ils échouent encore, ils peuvent se reprendre une troisième fois. Bienvenu aux sous-doués!

Et si ça ne leur convient pas, ils n’ont qu’à tricher en passant le test en ligne: aucun contrôle n’est prévu pour s’assurer que l’immigrant ne reçoit pas d’aide pour répondre aux questions. Il fait ça de chez lui.

Le ministre Simon Jolin-Barrette fait confiance aux candidats à l’immigration pour qu’ils ne trichent pas. Je vois votre sourire narquois. D’après vous, Jolin-Barrette est-il d’une naïveté affligeante ou, au contraire, d’un cynisme hypocrite ?

À moins d’être un parfait imbécile, tout «immigrant économique» voulant s’établir au Québec va facilement passer le test. C’est une farce pathétique ! Vous direz que c’est complètement idiot, ça ne sert à rien. Pas tout à fait. Devinez quoi ? Le gouvernement Legault a payé des «experts» 140 000 $ pour fignoler le test ridicule. Ils ont dû se creuser les méninges, pas à peu près. Le ministère de l’Immigration, de son côté, y est allé d’un petit 100 000 $ de plus.

Et, tenez-vous bien, le test ne sera même pas une condition à l'obtention de la résidence permanente au Québec, contrairement à ce que Legault exigeait des chefs de partis fédéraux au début de la récente campagne électorale. Sa demande avait été rejetée du revers de la main par Justin Trudeau.

Selon moi, le test des valeurs ne devrait pas seulement être imposé aux travailleurs immigrants. Ça devrait s’appliquer à tous ceux qui arrivent au Québec, y compris les demandeurs du statut de réfugié dont beaucoup, on le sait, ne le méritent pas. Si ça ne vous convient pas, allez en Ontario, c’est par ici.

Je me pose la question. Ici même au Québec, combien sont ceux qui passeraient ce test des valeurs ? Et combien sont en désaccord avec les valeurs qu’on présente comme communes à l’ensemble des Québécois ? Je ne suis pas sûr que ces valeurs sont partagées par autant de monde qu’on le pense.  Je soupçonne que les résultats seraient surprenants, sinon dérangeants en fonction de la langue parlée, de la religion de l’âge et du sexe. Et si l’anonymat mettait les répondants à l’abri de l’opprobre social, les résultats seraient encore plus déconcertants.

Disons que ces valeurs sont plus l’expression de nos aspirations collectives que des réalités sociétales généralement acceptées et partagées.

Tiens, c’est un bon sujet pour un sondage. Où est Jean-Marc Léger ?

Moi le seul aspect positif que je vois à cette affaire est son coté bravade identitaire. Ça va encore plus ulcérer et braquer le ROC contre le Québec. C’est peut-être ce que veut le gouvernement Legault ? Voyons donc, vous allez me répondre, il n’est pas si machiavélique que ça !