/sports/racing
Navigation

Pour mettre fin aux défilés du dimanche

Les nouveaux règlements sont dévoilés pour la saison 2021

La F1 adoptera cette nouvelle silhouette pour la saison 2021.
Photo courtoisie, FIA La F1 adoptera cette nouvelle silhouette pour la saison 2021.

Coup d'oeil sur cet article

AUSTIN, Texas | Il est peut-être exagéré de dire que la F1 fait marche arrière pour mieux avancer, mais une chose est certaine, les nouveaux règlements dévoilés hier à Austin ont comme principal objectif de raviver le spectacle sur la piste.

Des mesures qui, notamment, vont réduire la vitesse des monoplaces, tout dépendant des circuits, de l’ordre de trois à quatre secondes au tour.

Il est vrai que les F1 n’ont jamais été aussi rapides, mais, en contrepartie, les courses n’ont jamais été aussi ennuyantes. Il fallait trouver des solutions pour mettre fin aux défilés du dimanche.

Pour réduire la turbulence

La conférence de presse des autorités de la F1 était très attendue. On y a présenté les grandes lignes d’un grand chambardement auquel les écuries devront se soumettre pour la saison 2021. Le compte à rebours est réellement commencé.

Le prototype diffusé en photo montre des évolutions à tous égards : les ailerons avant et arrière sont simplifiés, si on peut s’exprimer ainsi, ce qui procure une silhouette plus accrocheuse.

Cette nouvelle cuvée devrait assurer une perte d’appui aérodynamique de près de 10 pour cent par rapport aux voitures engagées cette année. Le but précis est de réduire la turbulence pour la voiture qui suit.

On fera appel à nouveau à l’effet de sol pour, encore une fois, favoriser les dépassements et réduire les écarts. Du moins, on le souhaite.

Le moteur actuel ne sera pas remanié, mais la monoplace sera de 25 kilos plus lourde. On remarque aussi l’application de jantes carénées.

Plafond budgétaire de 175 M$

La F1 imposera un plafond budgétaire pour resserrer le peloton en 2021. Ce que toutes les équipes, y compris les mieux nanties du plateau, ont accepté, selon les dires de Ross Brawn.

« Même des écuries comme Mercedes et Ferrari ont souhaité une telle démarche », a indiqué le directeur sportif de Liberty Media (propriétaire de la F1).

Ce plafond salarial a été fixé à 175 millions de dollars américains, mais pourrait être majoré d’un million si le calendrier comporte plus de 21 Grands Prix par saison. Rappelons que l’an prochain, c’est un record de 22 escales qui sont prévues.

« L’objectif du règlement sportif est de rendre la F1 moins complexe », a enchaîné Brawn.

Pour la première fois dans l’histoire, des règles économiques seront imposées.

Maximum de 25 courses

Concernant le calendrier, la F1 a aussi fait savoir qu’elle accepterait jusqu’à 25 épreuves par année.

« Ça ne veut pas dire, a expliqué Chase Carey, que nous souhaitons organiser autant de courses à partir de 2021, mais nous ne franchirons jamais cette barrière. »

Le patron de la F1 n’a pas caché que la demande est encore très forte chez certains pays qui n’ont jamais accueilli la discipline-reine du sport automobile.

« Nous irons pour la première fois au Vietnam en 2020, a renchéri Carey, c’est la preuve que la F1 attire encore de nouvelles destinations. »

Tout ça pour dire que toute bonne occasion d’affaires sera sérieusement étudiée.