/travel/destinations
Navigation

Chaque lieu a ses secrets

Lise Giguère
Photo Chantal Poirier Lise Giguère

Coup d'oeil sur cet article

Journaliste et chroniqueuse au Journal de Montréal, Lise Giguère a visité plus de 100 pays et tous les continents, sauf l’Antarctique. Elle partage dans son nouveau livre, Le mystère du petit chat qui portait bonheur, sa curiosité pour les histoires secrètes et les anecdotes amusantes qui habitent chaque lieu et chaque ville.

<b><i>Le mystère du petit chat qui portait bonheur</i></b><br/>
Lise Giguère<br/>
Les Éditions du Journal<br/>
256 pages
Photo courtoisie
Le mystère du petit chat qui portait bonheur
Lise Giguère
Les Éditions du Journal
256 pages

Lise Giguère explore le monde avec curiosité. Elle se demande, pourquoi les bateaux de pêche vietnamiens ont presque tous de gros yeux peints sur leur proue ? Ou pourquoi une petite chienne en bronze surveille l’arrivée des bateaux au bout d’un quai en Alaska ? Et pourquoi les commerçants asiatiques placent un petit chat porte-bonheur à l’entrée de leurs boutiques ?

Dans son livre, Lise Giguère, une « voyageuse professionnelle », qui est aussi la maman de la romancière India Desjardins, a donc rassemblé une centaine d’anecdotes récoltées au fil de ses voyages et les partage avec les lecteurs.

Objets spéciaux

Lorsqu’elle voyage, plusieurs choses attirent l’attention de Lise Giguère et son regard se pose souvent sur des objets spéciaux.

« J’ai toujours fait ça, tant chez les gens qu’un peu partout quand je me promène. Je suis intéressée à l’histoire, mais j’aime quand les guides vont plus loin lors des visites », explique-t-elle en entrevue.

« J’adore les trucs qui me font voir les gens de façon différente, les lieux de façon différente », poursuit-elle en donnant l’exemple d’un rocher qui prend la forme d’un visage, dans une chute. « Ça me fait rêver et depuis que je voyage, j’en ramasse tout le temps. »

Ses plus belles découvertes ? « C’est souvent les rencontres, les gens, les paysages. Quand on voyage, tout est relié au moment où on est là », dit-elle en expliquant que le même voyage, fait à un autre moment, n’aura pas nécessairement la même saveur, la même portée.

« Il y a des voyages qui m’ont touchée beaucoup, par l’authenticité, par les histoires qu’on découvre. Quand j’apprends quelque chose dans un lieu, quand je goûte quelque chose, j’aime ça parce que ça m’invite à reconnecter avec l’Histoire. »

« À partir du moment où j’accroche à une histoire, j’ai envie d’aller plus loin, de poser des questions, d’en apprendre sur ce qui s’est passé. Je pense que c’est ce qui m’intéresse le plus, en voyage, mis à part les paysages. Partout dans le monde, c’est beau. Chez nous, c’est beau aussi. »

Derrière Les photos

Les choses qui sortent de l’ordinaire l’intéressent toujours. « Ça dépend peut-être de l’origine de mon goût de voyager ? » questionne-t-elle en rappelant qu’elle vivait, enfant, dans un petit village de campagne de la Beauce et que les rêves de voyage, pour les femmes, étaient assez limités.

« J’avais un oncle et un cousin qui étaient Pères Blancs en Afrique. Quand ils venaient chez moi, ils me montraient des photos de voyage et il y avait toujours des histoires derrière ces photos. C’était magique pour moi. Est-ce que ça vient de là ? J’ai toujours besoin qu’une photo, ou ce que je vois, raconte quelque chose. »


♦ Lise Giguère est journaliste et chroniqueuse au Journal de Montréal.

♦ Elle a visité plus de 100 pays et tous les continents, sauf l’Antarctique.

♦ Elle sera présente au Salon du livre de Montréal