/investigations
Navigation

Vol de données chez Desjardins: le suspect n’a plus un sou

Sébastien Boulanger-Dorval
Capture d’Écran d’archives

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-employé de Desjardins soupçonné d’avoir volé les infos personnelles de 4,4 millions de clients est maintenant sans le sou et ne parvient même plus à payer son hypothèque, a appris notre Bureau d’enquête.

Son prêteur hypothécaire, La Capitale, a expédié ce mardi à Sébastien Boulanger Dorval un préavis de vente sous contrôle de justice pour son condo situé à Beaumont, près de Québec.

En date du 3 octobre, l’homme de 37 ans devait très exactement 825,10 $ en versements hypothécaires non payés, plus des intérêts de 11,52 $, d’après les documents que nous avons consultés.

Ça augure mal

L’ancien employé de Desjardins avait acquis cette propriété en 2015 pour 185 000 $. Début octobre, il lui restait près de 160 000 $ d’hypothèque à rembourser.

La Capitale donne 60 jours à l’ancien spécialiste en marketing pour recommencer ses paiements, sans quoi elle menace de vendre le condo après avoir forcé Boulanger Dorval à quitter les lieux.

Rien n’indique que le suspect sera en mesure de le faire. Il avait l’allure négligée et la mine défaite lorsque notre Bureau d’enquête a réussi à le retracer il y a un mois.

Il se terrait alors avec sa conjointe dans une autre résidence, un vieux triplex, au sud de Québec. Boulanger Dorval s’était montré très peu loquace, affirmant qu’il était « démoli » par les événements récents et que tout allait « croche » dans sa vie.

« Il n’a jamais voulu faire de mal à personne. Il n’a jamais voulu que ça, ça arrive », avait déclaré sa conjointe.

Boulanger Dorval aurait été payé quelques milliers de dollars en cartes-cadeaux d’épicerie et de restaurants St-Hubert pour son délit présumé.

Il n’a rien d’un grand pirate informatique ; aucun système d’alerte n’était en place pour détecter les comportements louches dans l’entrepôt de données d’où ont été subtilisés les renseignements personnels.

Un pion

Le couple prétend qu’il n’était qu’un pion qui a été utilisé par Jean-Loup Leullier-Masse, un petit prêteur privé aux méthodes douteuses avec qui il s’était lié d’amitié.

Selon nos informations, Leullier-Masse a servi d’intermédiaire entre l’ex-employé de Desjardins et une brochette de financiers de la région de Québec, dont les courtiers Mathieu Joncas et François Baillargeon-Bouchard.

Les données personnelles pouvaient leur servir à cibler d’éventuels clients.

Tous ces individus ont fait l’objet de perquisitions policières dans les derniers mois, mais personne n’a encore été arrêté.

Une bonne partie des informations dérobées s’est également retrouvée sur le dark web, un réseau obscur où des criminels mal intentionnés ont tout le loisir de les revendre.

– Avec Philippe Langlois