/misc
Navigation

Ça remet les pendules à l’heure

Ça remet les pendules à l’heure
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

DALLAS | Ça va permettre à tout le monde de se calmer le pompon un peu, n’est-ce pas ?

Le Canadien nous avait montré de belles choses depuis un bout de temps, et la balloune de l’optimisme gonflait, gonflait, gonflait...

On vantait l’attaque des hommes de Claude Julien, la quatrième de la LNH. Attendez un peu, vraiment, la quatrième ? Eh oui, c’était bien le cas avant le match d’hier soir, dont le déroulement remet les pendules du Canadien à l’heure normale de la LNH.

Aux dernières nouvelles, le Tricolore n’a rien d’une puissance offensive. C’est une équipe à son mieux quand tous les joueurs poussent à fond en même temps. On peut rarement les accuser de manquer de caractère... sauf hier.

C’était brouillon et sans saveur, un festival de petites passes molles et prévisibles, facilement interceptées par les Stars.

Un match terne et ennuyant pour les partisans.

« Un de nos matchs les plus difficiles »

Quand le scénario est trop écrit d’avance, ça sent mauvais : Claude Julien avait une équipe reposée avec Carey Price devant le filet, contre un club qui avait joué la veille sur la route, et le pilote misait fort là-dessus.

C’est plutôt le Canadien qui semblait éreinté, a constaté Julien.

« On n’avait pas l’air d’une équipe qui avait beaucoup d’énergie, on n’avait pas nos jambes et on ne gagnait pas nos batailles », a-t-il dit.

« On n’a jamais réussi à retrouver nos jambes et notre vitesse. Avec les voyages, ce sont des choses qui arrivent dans notre ligue. Ce fut probablement un de nos matchs les plus difficiles de la saison. »

Là-dessus, il a entièrement raison. Qu’on parle de Phillip Danault ou Max Domi, Jonathan Drouin ou Brendan Gallagher, Jeff Petry et Shea Weber, tous les piliers de l’équipe en ont arraché toute la soirée.

Seul petit point positif, Julien a souligné le travail du quatrième trio.

Mais il n’y a pas que du négatif. Le Canadien a quand même amassé quatre points durant ce voyage et jouera maintenant devant ses partisans lors des quatre prochaines rencontres.

Les joueurs s’entraîneront dans le confort de leurs installations, l’occasion de parfaire leurs unités spéciales qui ont été franchement mauvaises à Dallas.

Un match à oublier le plus vite possible...