/sports/others
Navigation

Des filles en or à Ottawa

L’équipe de rugby du Rouge et Or a mis la main dimanche soir sur le premier titre canadien de son histoire

Rugby
Photo courtoisie, Greg Kolz USports Les filles du Rouge et Or posent avec la bannière de championnes canadiennes.

Coup d'oeil sur cet article

Le Rouge et Or de l’Université Laval a remporté pour la première fois de son histoire le championnat canadien de rugby féminin.

Dans une finale chaudement disputée, dimanche, à Ottawa, le Rouge et Or a disposé des Gaels de Queen’s par la marque de 22-14 pour remporter la médaille d’or. Laval s’était inclinée en finale canadienne en 2017 à Red Deer.

En avance 12-0 à la demie face aux championnes de l’Ontario et favorites du championnat, qui n’avaient pas encore subi les affres de la défaite cette saison, le Rouge et Or a dû batailler jusqu’à la fin pour confirmer sa victoire puisque les Gaels ont réduit l’écart à 19-14 avec 20 minutes à écouler au match.

« Je suis vraiment content, a mentionné l’entraîneur-chef Kévin Rouet. Nous n’étions pas les favorites. Queen’s avait battu facilement Ottawa en demi-finale, et les Gee Gees nous avaient battues en finale provinciale. Nous n’avons pas été l’équipe qui a obtenu le plus de possessions, mais nous avons joué une défensive acharnée et agressive en plus de réussir de très bons plaqués. Les Gaels n’étaient pas habituées d’affronter une défensive agressive et elles ont paniqué un peu. »

« Malgré le pointage serré, nous avons toujours été en contrôle », d’ajouter Rouet, qui a pris les rênes du Rouge et Or en 2017. « La défaite contre Ottawa en finale provinciale a fait du bien et nous a remis les idées en place. En 2017, nous avions créé une surprise en nous rendant en finale parce que personne ne nous connaissait. Cette année, nous étions parmi les favorites et nous étions plus reconnues. »

Joueuse par excellence du tournoi, Justine Pelletier savourait pleinement ce sacre. « Après notre défaite en finale en 2017, ça fait deux ans qu’on voulait cette médaille, a-t-elle résumé. L’émotion est incroyable, et c’est difficile à décrire. Le seul mot que je trouve est wow ! Après deux premières parties très solides, on savait que la finale serait difficile, mais nous avions confiance en notre système et nous avons mis tout notre cœur. »

« Je suis contente de mon titre, mais je me vois comme la représentante de l’équipe parce que toutes les filles méritaient cet honneur », de poursuivre Pelletier, qui a raté la saison 2018 en raison d’une déchirure au ligament croisé antérieur.

Joueuse par excellence

Joueuse par excellence de la finale, Fabiola Forteza a été sélectionnée sur l’équipe d’étoiles du championnat, tout comme Pelletier, Cloé Maranda, Andréanne Valois, Anaïs Gilbert et Anne-Charlotte Beaulieu.

« Nous sommes championnes canadiennes, c’est le plus beau cadeau que je pouvais avoir pour finir ma carrière », a exprimé Forteza, qui a été choisie joueuse par excellence au pays, jeudi, lors du banquet du championnat. « C’est un rêve, c’est incroyable. »

En plus de Forteza, Anne-Charlotte Beaulieu et Véronique Gagné sont les deux seules autres finissantes. « Notre groupe n’est pas en fin de cycle, et on visera les titres provincial et national en 2020 », a déclaré Rouet.

« Les filles qui partent laissent un héritage remarquable, mais c’est intéressant pour la suite avec le noyau de filles qui reste », de conclure Pelletier.