/world/middleeast
Navigation

Israël: enquête après une vidéo d’une garde-frontière tirant sur un Palestinien de dos

Coup d'oeil sur cet article

La police israélienne a annoncé dimanche à l’AFP qu’une enquête a été ouverte et plusieurs policiers relevés de leurs fonctions après la diffusion d’une vidéo montrant une garde-frontière israélienne tirant une balle de caoutchouc sur un Palestinien de dos. 

Samedi soir, la chaîne de télévision israélienne 13 a diffusé une vidéo montrant des gardes-frontières israéliens intimant à un Palestinien de rebrousser chemin devant un poste de contrôle à al-Zaïm, en Cisjordanie occupée, près de Jérusalem. 

 

 

Alors que le Palestinien obéit et s’éloigne, de dos et les mains levées, un membre des gardes-frontières tire une balle en caoutchouc. Touché, le Palestinien s’écroule, en criant de douleur. 

« L’incident a eu lieu il y a un an et demi », a déclaré à l’AFP Micky Rosenfeld, le porte-parole de la police israélienne, dont font partie les gardes-frontières.  

« Dès que l’incident a été connu, la garde-frontière a été relevée de ses fonctions, soupçonnée d’avoir tiré une balle en caoutchouc » contre le Palestinien, a-t-il dit, ajoutant qu’une enquête a été ouverte par le ministère de la Justice. 

« Les autres gardes-frontières présents (lors de l’incident) ont également été relevés de leurs fonctions », a-t-il précisé. 

Dimanche, après la diffusion de cette vidéo qui se propage sur les réseaux sociaux, l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) a demandé aux Nations unies de prendre position et « mettre en œuvre les résolutions, lois et conventions internationales » relatives au conflit israélo-palestinien, a rapporté l’agence de presse officielle palestinienne Wafa. 

« La vidéo montre l’ampleur de la haine aveugle et du racisme sioniste », a accusé l’OLP, dénonçant le comportement des soldats israéliens vis-à-vis des Palestiniens « dont la vie et le sang sont devenus le divertissement de meurtriers ». 

Israël occupe depuis 1967 la Cisjordanie, où vivent trois millions de Palestiniens et où sont installés plus de 400 000 colons israéliens. Les colonies sont illégales aux yeux du droit international.