/opinion/columnists
Navigation

La haine des jeunes

Coup d'oeil sur cet article

« Pauv’zenfants élevés dans la ouate. Y veulent pas passer l’Halloween au froid ! »

C’est une rhétorique qui a passé la semaine sur les réseaux sociaux. Elle a été reprise par des chroniqueurs.

Sauf que les enfants n’ont rien demandé. Si ça se trouve, ils auraient tous préféré passer l’Halloween jeudi, plutôt que de créer une controverse dont ils n’ont pas eu connaissance.

L’histoire de cette semaine, ce n’est pas les enfants qui sont trop douillets. Ce sont des parents inquiets, à tort ou à raison, et des élus coincés entre l’opinion publique et la nécessité de garder leurs rues sécuritaires lors d’un événement météo qui s’est finalement révélé assez intense.

Mais les enfants ? Rien demandé.

Mépris

Ce petit mépris acide se partage sur Facebook sous forme de mèmes, ces images où l’on utilise des référents culturels communs pour exprimer des idées simples. Sous une Greta Thunberg qui s’écrie « ma génération va partir une révolution ! », on voit un futur Joker hilare répondre « ta génération n’est même pas capable de passer l’Halloween sous la pluie » !

Or, les amis de Greta qui sèchent les cours pour manifester pour le climat sont trop vieux pour passer l’Halloween et trop jeunes pour avoir des enfants. Les milléniaux qu’on cherche à écorcher avec cette histoire n’ont absolument rien à y voir.

Discréditer

Tous les moyens sont bons pour discréditer les jeunes, au point où on les rend responsables de l’invention des couches jetables et de la multiplication des contenants de plastique et des gadgets électroniques. Beaucoup de baby-boomers sont très motivés à persifler ça depuis leur iPad.

Ça vient d’où, cette haine des jeunes ? Si vous leur demandez leur opinion, certains répondront plutôt que c’est stupide de claquer du fric pour acheter des déguisements genrés qu’on jettera le lendemain. Quant aux enfants, ils ne demandaient qu’à passer l’Halloween le 31 octobre.