/sports/racing
Navigation

Devant Fangio avec... panache!

Hamilton titré pour la 6e fois; Bottas orchestre le doublé pour Mercedes

Coup d'oeil sur cet article

AUSTIN, Texas | Ce n’était qu’une formalité, mais Lewis Hamilton a saisi son occasion, dimanche, au Grand Prix des États-Unis, pour ajouter un sixième titre à son fulgurant parcours en F1.

Classé deuxième derrière son coéquipier Valtteri Bottas, le seul qui, mathématiquement, pouvait l’inquiéter, le pilote britannique de 34 ans prend seul le second rang de tous les rangs, qu’il partageait avec une autre légende de la spécialité, Juan Manuel Fangio.

Si la tendance se maintient, la quête d’une septième couronne est plus que probable l’an prochain pour égaler le record détenu par Michael Schumacher.

« Je ne sais pas combien de titres je peux encore gagner, a affirmé le champion, mais je suis très motivé. »

Verstappen la menace

Max Verstappen a bien tenté de gâcher la fête en fin de course pour s’intercaler entre les deux Mercedes, mais il a manqué de temps. Il accédera néanmoins à la troisième marche du podium au Circuit des Amériques à Austin.

Le Québécois Lance Stroll, confiné à un nouveau rôle de figuration, a dû se contenter du 13e rang à bord de sa Racing Point, concédant un tour au vainqueur.

À la suite du deuxième arrêt de Bottas au 35e tour, Hamilton, qui avait changé ses pneumatiques 11 tours plus tôt, s’est retrouvé en tête avant que son partenaire ne vienne animer le débat.

Chaussé de gommes moins dégradées, le Finlandais est passé à l’attaque non sans risque.

Gagner n’a pas été suffisant

Comme si Hamilton souhaitait boucler cet autre championnat par une autre victoire, la discussion a été musclée. À sa première tentative, Bottas a été poussé hors trajectoire, les quatre roues à l’extérieur de la piste.

Il se reprendra à cinq tours de la fin pour finalement reprendre la tête (il s’était élancé en pole position) et ne plus jamais la quitter. Bottas a bien compris qu’il devait se battre pour gagner la course. Mais ce ne sera pas suffisant.

« J’ai fait ce que j’ai pu, a dit Bottas, mais c’était trop peu... trop tard. La bonne nouvelle, c’est que je peux me reprendre l’an prochain. Et je compte bien le faire. »

Si sa victoire était essentielle pour prolonger le suspense, il devrait espérer que son coéquipier soit exclu du top huit.

Hamilton, lui, s’est défendu avec panache, sachant pourtant qu’un accrochage ou un abandon aurait pu retarder les célébrations au prochain Grand Prix.

« Je ne peux y croire »

Il aura fallu attendre de longues secondes, après avoir vu son titre confirmé, pour avoir une première réaction d’un champion visiblement ému.

Puis, il s’est finalement exprimé à bord de sa monoplace. « Je ne peux y croire », a-t-il déclaré sur les ondes radio. « Je veux tous vous remercier. Tout ce qui nous arrive est un effort d’équipe. »

En conférence de presse, Hamilton n’a évidemment pas caché sa joie devant des journalistes qui n’ont pas manqué de l’applaudir à son arrivée dans la salle de conférence.

« Cette course a été difficile », a-t-il reconnu. La séance de qualifications [où il n’a réalisé que le cinquième chrono le plus rapide, la veille] n’a pas été fructueuse. « Je souhaitais gagner, comme c’est toujours mon but, mais je n’avais plus les pneus pour le faire. »

« Vers la fin, je tenais à assurer le doublé pour l’équipe, et je l’ai réussi. C’est génial d’obtenir ce championnat devant une grande partie de ma famille. Elle représente beaucoup pour moi. »

Et ce n’est pas fini !

S’il est au sommet de son art, Hamilton n’est pas encore rassasié.

« J’ai encore du travail à faire, a-t-il affirmé. J’ai hâte au prochain Grand Prix. J’ai hâte aussi à la prochaine saison. »

Non seulement Hamilton tentera d’égaler la marque de sept titres détenue par Schumacher, mais les 91 victoires du Kayser, un record que l’on croyait imbattable, paraissent de plus en plus menacées.

Une semaine plus tôt, au Mexique, Hamilton avait en effet remporté son 83e Grand Prix. Ce n’est qu’une question de temps.

Lewis Hamilton en chiffres

  • 248 départs en F1
  • 6 titres mondiaux
  • 83 victoires
  • 87 positions de tête
  • 150 podiums
  • 46 meilleurs tours en course

Résultats

19e ÉTAPE DU CHAMPIONNAT DU MONDE DE F1
1.  Valtteri Bottas (FIN/Mercedes)  308,405 km en 1h, 33min,55,653 s
2.  Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) à 4,148 s
3.  Max Verstappen (PB/Red Bull-Honda) à 5,002 s
4.  Charles Leclerc (MON/Ferrari) à 52,239
5.  Alexander Albon (THA/Toro Rosso-Honda) à 1:18,038 s
6.  Daniel Ricciardo (AUS/Renault) à 1:30,366 s
7.  Lando Norris (GBR/McLaren-Renault) à 1:30,764s
8.  Carlos Sainz Jr (ESP/McLaren-Renault) à 1 tour
9.  Nico Hülkenberg  (ALL/Renault) à 1 tour
10.  Sergio Pérez (MEX/Racing Point-Mercedes) à 1 tour
11.  Kimi Räikkönen (FIN/Alfa Romeo Racing-Ferrari) à 1 tour
12.  Daniil Kvyat (RUS/Toro-Rosso-Honda) à 1 tour
13.  Lance Stroll (CAN/Racing Point-Mercedes)  à 1 tour
14.  Antonio Giovinazzi (ITA/Alfa Romeo Racing-Ferrari) à 1 tour
15.  Romain Grosjean (FRA/Haas-Ferrari) à 1 tour
16.  Pierre Gasly (FRA/Toro-Rosso-Honda) à 1 tour
17.  George Russell (GBR/Williams-Mercedes) à 2 tours
18.  Kevin Magnussen (DAN/Haas-Ferrari) à 4 tours

ABANDONS

  • Sebastian Vettel (ALL/Ferrari) problème mécanique 17e tour,
  • Robert Kubica (DAN/Haas-Ferrari) problème mécanique 31e tour

Meilleur tour en course : Charles Leclerc 1:36,169 au 44e tour ( moyenne : 216,856 km/h)

CLASSEMENT DES PILOTES
1.  Lewis Hamilton (GBR) 381 pts
2.  Valtteri Bottas (FIN) 314
3.  Charles Leclerc (MON) 249
4.  Max Verstappen (PB) 235
5.  Sebastian Vettel (ALL) 230
6.  Alexander Albon (THA) 84
7.  Carlos Sainz Jr (ESP) 80
8.  Pierre Gasly (FRA)  77
9.  Daniel Ricciardo (AUS) 46
10.  Sergio Pérez (MEX) 44
11.  Lando Norris (GBR) 41
12.  Nico Hülkenberg (ALL) 37
13.  Daniil Kvyat (RUS) 35
14.  Kimi Raïkkönen (FIN) 31
15.  Lance Stroll (CAN) 21
16.  Kevin Magnussen (DAN) 20
17.  Roman Grosjean (FRA)
8

CLASSEMENT DES CONSTRUCTEURS
1.  Mercedes 695 pts
2.  Ferrari 479
3.  Red Bull-Honda 366
4.  McLaren-Renault 121
5.  Renault 83
6.  Toro Rosso-Honda 65
7.  R-Point- Mercedes 64
8.  Alfa Romeo-Ferrari 35
9.  Haas-Ferrari 28
10.  Williams 1

 

Un autre défilé du dimanche

Les Mercedes font la fête mais gâchent le spectacle

Dominante depuis le début de l’ère des moteurs hybrides en 2014, l’écurie Mercedes fait mal à la F1 depuis des années. Et on ne voit pas comment ça va changer, du moins l’an prochain.

Le Grand Prix des États-Unis, qui a procuré à Austin un sixième sacre à Lewis Hamilton, a été dénué encore une fois d’intérêt, si ce n’est cette courte mais animée discussion impliquant les deux pilotes de l’écurie Mercedes en fin d’épreuve.

La F1 a hélas livré un autre de ses défilés du dimanche, tellement les écarts entre les forces en présence sont énormes et dommageables pour la discipline.

Seulement sept voitures dans le même tour

À part la ténacité de Max Verstappen, brillant troisième derrière les Flèches d’Argent, les autres pilotes, y compris les deux porte-couleurs de Ferrari, ont été largués.

Malgré sa deuxième place sur la grille de départ, Sebastian Vettel a été forcé à un abandon hâtif au huitième tour. Son coéquipier Charles Leclerc a beau s’être classé quatrième, il a accusé 52 secondes de retard sur le vainqueur de l’épreuve, Valtteri Bottas.

Derrière, rien n’est rassurant. Alexander Albon (5e), Daniel Ricciardo (6e) et Lando Norris 7e) ont rallié l’arrivée à plus d’une minute du Finlandais. Les autres finissants ont tous concédé un tour.

Et dire qu’il reste deux courses au Brésil et à Abou Dhabi avant le baisser de rideau d’une trop longue saison.

Mais bon, puisqu’il faut trouver un enjeu : ces dernières étapes vont servir à déterminer qui de Leclerc, Verstappen et Vettel, séparés par 19 points au tableau cumulatif, va terminer au troisième rang du classement final.

Pérez sauve les meubles

Un petit mot sur l’écurie Racing Point. Encore une fois le Québécois Lance Stroll a connu un week-end misérable en terminant 13e.

Heureusement, son coéquipier Sergio Pérez, parti dernier après avoir été pénalisé vendredi lors des essais libres, a pu inscrire un point inespéré en terminant dixième. Le Mexicain a sauvé les meubles.

Il a inscrit des points lors de six de ses sept derniers départs et il occupe le dixième rang des pilotes, avec une récolte de 44 points, 23 de plus que Stroll.