/weekend
Navigation

Se construire à travers des personnages

Coup d'oeil sur cet article

À une époque pas si lointaine, les personnages d’adolescents étaient joués par des adultes qui n’avaient pas l’air trop vieux. Des enfants acteurs, il y en avait peu. Aujourd’hui, les réalisateurs, producteurs et auteurs font confiance à de jeunes acteurs et leur tissent des rôles denses, complexes, habités de lourdes émotions. Des émotions qu’ils n’ont souvent jamais vécues, loin de ce qu’ils sont et qu’ils doivent créer avec finesse et naturel. On ne peut s’empêcher d’être soufflé par le talent de nos jeunes acteurs. En jasant avec quatre d’entre eux, on comprend mieux comment ils se transforment pour faire croire à ceux qu’ils incarnent et nous bouleversent.

La sensible

Émi Chicoine
Photo courtoisie
Émi Chicoine

« Au début, j’ai trouvé ça difficile de rentrer dans la peau de Marilou parce qu’elle est très différente de moi. Après certaines journées de tournage, il m’arrivait d’être encore dans sa vibe. J’arrivais chez moi et je me mettais à pleurer. Ça venait tellement me chercher. » Celle qui parle, c’est Emi Chicoine. L’année dernière, elle a décroché le rôle de Marilou dans Plan B, une adolescente désespérée qui commet l’irréparable. « Marilou a zéro confiance en elle. Elle se trouve grosse, poche. Elle a tellement de pression parce que sa mère est une personnalité qui réussit. »

On la découvre dans Plan B, 
mercredi 21 h à Radio-Canada 
puis, dès janvier, dans L’effet 
secondaire à Radio-Canada.
Photo courtoisie
On la découvre dans Plan B, mercredi 21 h à Radio-Canada puis, dès janvier, dans L’effet secondaire à Radio-Canada.

Dans Plan B, Emi a dû jouer des scènes de chicane, de crise, de douleur. « En général, toutes les scènes de Marilou sont intenses, s’exclame-t-elle. Mais je garde un souvenir particulier du jour 11 de tournage. Je devais jouer des scènes de détresse et d’isolement. Nous tournions à l’hôpital, et juste le fait d’y être m’aidait à ne pas me sentir bien. » Pour la mettre dans l’esprit du personnage, Emi se rappelle avoir regardé, avec Sophie Lorain (qui incarne sa mère) et le réalisateur Jean-François Asselin, un documentaire sur le parcours d’une fille qui se faisait frapper par son chum, mais qui refusait de le dénoncer. Rapidement, elle a compris la souffrance de sa Marilou.

L’observateur

Antoine Desrochers
Photo courtoisie
Antoine Desrochers

Antoine Desrochers a quelques voyous à son actif. Maxime, dans L’Échappée, est un gars qui se cherche, qui explore­­­, instable, à fleur de peau. Il entretient un rapport conflictuel avec son père et se prostitue. Un marginal attachant. Dans Cérébrum, il est Toby, un bum qui s’est élevé seul avec sa sœur. Un gars carencé­­­ dont les gestes n’ont pas toujours de sens. Des personnages bien loin de l’acteur qu’il est, réfléchi et investi.

« Mon premier travail en est un d’observation. Je pense qu’on arrive à comprendre quelqu’un en l’écoutant pour vrai. Dans la vie, dans la rue. Qu’est-ce qu’il dégage, comment il marche, parle, explique-t-il. Les conditions de travail étant ce qu’elles sont, on n’a pas vraiment de temps pour approfondir les personnages. Si dans l’écriture je ne suis pas rassasié, ou si j’ai à incarner un personnage d’un autre univers, il m’arrive de regarder des films sur le sujet, de réalisateurs qui m’inspirent. »

On le retrouve dans 
L’Échappée, lundi 20 h 
à TVA, Cérébrum sur 
Ici Tou.tv extra et 
L’Académie sur Club illico.
Photo courtoisie
On le retrouve dans L’Échappée, lundi 20 h à TVA, Cérébrum sur Ici Tou.tv extra et L’Académie sur Club illico.

Il est un véritable caméléon qui a débuté­­ très jeune dans le métier. « À mesure que j’affine mon écoute, ma sensibilité, ma pratique, je saisis toujours plus les nuances de l’expérience humaine. » C’est sans doute cette sensibilité qui l’amène à jouer des durs qui cachent un mal-être. Pour leur donner vie, Antoine répète beaucoup. Devant son miroir, sa blonde, ses amis, un coach. Le personnage qui lui ressemble peut-être le plus est Clément dans L’Académie. « C’est un amoureux de la vie qui n’entre pas dans les conventions de l’école. Je me suis moi-même instruit dans des cours parallèles après le secondaire, j’ai fait confiance à mes passions. » Un personnage qui trouve écho auprès des jeunes qui se cherchent et s’identifient à son parcours.

La polyvalente

Jade Charbonneau
Photo courtoisie
Jade Charbonneau

La première fois qu’on a remarqué­­­ Jade Charbonneau, elle était Romy dans Nouvelle Adresse, une fille hypersensible qui devait faire le deuil de sa mère. Récemment, son casting a complètement changé. Elle incarne désormais des jeunes femmes assumées, comme Anne-Sophie dans Toute la vie, une indépendante, écolo, dont la tendance à vouloir tout contrôler vient du père. Ou son Audrey de L’heure bleue, une fille mûre qui a de la drive, mais complètement troublée par les déroutes de sa mère. Il y a aussi Chloé dans 5e rang qui tente de s’épanouir dans un milieu qui n’est pas le sien.

« Je suis souvent la “fille de”, donc j’ai la chance pour créer mes personnages de m’inspirer de mes partenaires de jeu comme Pascale [Bussières], Emmanuel [Bilodeau], Luc [Senay], révèle-t-elle. Les problèmes de mes personnages ne me ressemblent pas, mais c’est le propre de l’acteur d’incarner des émotions non vécues. Lorsque j’ai des scènes chargées d’émotions, il m’arrive de regarder des vidéos qui me rendent triste simplement pour le ressenti. »

On peut la voir dans L’heure
 bleue, mardi 20 h à TVA, Toute la
 vie, mardi 20 h à Radio-Canada, 
5e rang, mardi 21 h à Radio-
Canada et Clovis à Télé-Québec.
Photo courtoisie
On peut la voir dans L’heure bleue, mardi 20 h à TVA, Toute la vie, mardi 20 h à Radio-Canada, 5e rang, mardi 21 h à Radio- Canada et Clovis à Télé-Québec.

Jade sent qu’elle bénéficie de la confiance des réalisateurs avec lesquels elle travaille, dans un contexte où tous doivent comprendre leurs personnages rapidement, car le manque de budget ne laisse pas de place aux répétitions. Elle est aussi consciente que son casting a changé. « C’est vrai qu’avec le temps, on me propose des personnages plus explosifs. Probablement parce qu’ils suivent la courbe de l’adolescence. »

Le créatif

Lévi Doré
Photo courtoisie
Lévi Doré

Quand on parle à Lévi Doré de Logan, dans Alerte Amber, il mentionne immédiatement que c’est un anti-casting­­­ qui lui a procuré une bonne bouffée de stress.

« C’est la première fois que ça m’arrive de lire un scénario et d’avoir de la difficulté à me projeter dans mon personnage, mentionne celui que nous avons découvert dans Au secours de Béatrice. Et je ne dirai jamais assez à quel point le réalisateur, Stéphan Beaudoin, a su me donner confiance. Il m’a dit que Logan se trouvait en moi, que je devais approfondir un sentiment de solitude. Il m’a amené dans le jeu à des places que je n’aurais jamais crues. En 10-15 minutes, j’arrivais à me mettre dans la trame d’émotions de Logan. C’est une création, ce personnage. Il est loin de moi, mais je devais garder une vérité dans la détresse et dans la souffrance. »

On le suit dans Alerte Amber, 
lundi 21 h à TVA, Plan B, 
mercredi 21 h à Radio-Canada, 
Clovis à Télé-Québec et Avec moi 
sur Ici Tou.tv extra
Photo courtoisie
On le suit dans Alerte Amber, lundi 21 h à TVA, Plan B, mercredi 21 h à Radio-Canada, Clovis à Télé-Québec et Avec moi sur Ici Tou.tv extra

Logan a vécu difficilement la séparation de ses parents et celle avec son frère autiste. Il se cherche, veut faire sa marque, peine à s’aimer. Il est habité par la rage, la colère, le désespoir, la peur. Lévi mentionne aussi le travail de sa coach, Félixe Ross, qui lui a beaucoup appris sur le laisser-aller que tout acteur recherche. « Je peux dire que cet abandon-là, où je n’étais plus du tout Lévi, mais ressentais les émotions monter pour vrai, je l’ai ressenti dans deux scènes. » Des scènes de coup de fil donné à son père. « C’est vrai que des jeunes vivent des émotions fortes et ont de la misère à faire leur trace. J’ai moi-même l’impression qu’à 19 ans, je suis encore en train de forger ma personnalité. C’est important qu’on les montre, ces jeunes-là. » Un personnage qui tranche avec son Malik de la série web Avec moi, un youtubeur fanfaron et populaire qui nous montre une autre facette de son talent.