/24m
Navigation

25 ans de cinéma francophone au festival CINEMANIA

25 ans de cinéma francophone au festival CINEMANIA
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le festival CINEMANIA présentera cette année sa 25e édition, à travers laquelle ce grand rendez-vous du cinéma souhaite réaffirmer son mandat résolument francophone. 

«La francophonie, c’est l’axe de cette 25e édition; une francophonie diverse, variée, qui rend hommage à l’ensemble des cultures, des traditions et des aspirations qui la composent», a indiqué d’emblée Guilhem Caillard, directeur général de l’événement. 

Cet automne, ce sont donc 51 longs métrages qui ponctueront la programmation du festival, des films provenant tout autant d’Europe que d’Afrique ou du Canada. 

«Cette grande tournée de la francophonie, on la rend possible notamment grâce à une belle exploration du Maghreb et de l’Afrique. Il y a un vent de renouveau incroyable dans les voix qui sont portées par les cinéastes issus de ces régions, a poursuivi le directeur général. Nous avons par exemple le film Papicha, qui représente l’Algérie dans la course aux Oscars, qui sera présenté en première canadienne à CINEMANIA, et ce, en présence de la réalisatrice.» 

Premier long métrage d'animation proposé dans le cadre de Cinemania, à Montréal, «Les hirondelles de Kaboul» sera projeté les 10 et 12 novembre au Cinéma Impérial.
PHOTO COURTOISIE CINEMANIA
COURTOISIE CINEMANIA
Premier long métrage d'animation proposé dans le cadre de Cinemania, à Montréal, «Les hirondelles de Kaboul» sera projeté les 10 et 12 novembre au Cinéma Impérial. PHOTO COURTOISIE CINEMANIA

Le festival souhaite également présenter des films bien ancrés dans leur époque, soucieux d’éclairer des réalités politiques et sociales aux répercussions bien visibles aujourd’hui. 

«Par exemple, avec un film comme Les misérables, qui parle beaucoup des mouvements sociaux en France, ou un film comme Camille, qui va traiter du conflit qui a eu lieu en Centrafrique il y a quelques années, on souhaite vraiment parler des problèmes d’aujourd’hui», poursuit Guilhem Caillard. 

Peu de films québécois 

Sur les 51 films de la programmation, seulement trois sont québécois: Jeune Juliette, Antigone et Sympathie pour le diable (ce dernier représente une coproduction France-Québec). Cela dit, la présence du Québec se fait également sentir à travers les activités et événements parallèles qu’organise le festival, soutient ce dernier. 

Une scène du film «Antigone» de Sophie Deraspe.
PHOTO COURTOISIE
COURTOISIE
Une scène du film «Antigone» de Sophie Deraspe. PHOTO COURTOISIE

«Nous donnons la part la plus égale possible à tous les films qui sont issus de la francophonie, a insisté le directeur général. Par ailleurs, nous impliquons énormément le Québec au travers de toute l’activité professionnelle qui entoure CINEMANIA, notamment dans le cadre de notre événement Unterval, qui réunit plusieurs coproducteurs québécois et des professionnels d’ici. L’événement Rencontre avec les invités: dans la course aux oscars, à travers lequel la réalisatrice du film Antigone, Sophie Deraspe, sera présente, s’inscrit également dans cette volonté-là de mettre de l’avant les talents québécois.» 

La 25e édition de CINEMANIA se déroulera du 7 au 17 novembre dans différents cinémas de Montréal.