/world/usa
Navigation

« Des quantités massives » de fentanyl fabriquées par les cartels mexicains, selon les États-Unis

« Des quantités massives » de fentanyl fabriquées par les cartels mexicains, selon les États-Unis
AFP

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON - Les autorités américaines ont mis en garde lundi contre les «quantités massives» de médicaments contrefaits contenant du fentanyl, un opiacé de synthèse, fabriqués au Mexique par les cartels de la drogue pour être vendus aux États-Unis. 

Un échantillon de pilules saisies entre janvier et mars 2019 montre que 27% d’entre elles contenaient des doses potentiellement fatales de fentanyl, a indiqué le DEA, l’agence américaine antidrogue, dans un communiqué. 

Les cartels mexicains «envoient désormais des pilules contrefaites avec du fentanyl en grande quantité aux États-Unis pour y être distribuées», a affirmé le patron par intérim du DEA, Uttam Dhillon. 

Ces pilules «contenant du fentanyl ou un mélange de fentanyl et d’héroïne sont responsables de milliers de décès liés aux opiacés chaque année aux États-Unis», a-t-il souligné. 

Quelques milligrammes de fentanyl, un puissant opiacé de synthèse, saupoudrés dans des comprimés imitant des médicaments, suffisent à tuer.  

Le fentanyl, qui est 50 fois plus puissant que l’héroïne, n’est pas forcément illégal et peut être utilisé comme sédatif pour des malades du cancer en grande souffrance. 

Selon le DEA, la dose létale est d’environ deux milligrammes, mais elle peut varier en fonction de la taille, du poids ou des habitudes de consommation d’un individu. 

La Chine, premier fournisseur de fentanyl aux États-Unis, a durci sa législation au printemps, en inscrivant tous les types de fentanyl sur sa liste des substances réglementées. Le président américain, Donald Trump, a toutefois accusé en août son homologue chinois, Xi Jinping, de ne pas avoir mis fin aux exportations chinoises de cette substance vers les États-Unis. 

Selon des experts, les producteurs chinois peuvent modifier légèrement la composition de leur produit pour le rendre difficilement détectable, ou l’exporter vers des laboratoires clandestins de fabrication dans des pays tiers, notamment au Mexique.