/entertainment/movies
Navigation

Le complice québécois de Clint Eastwood

Yves Bélanger signe les images du film Richard Jewell

Le directeur photo québécois Yves Bélanger a été recruté par Clint Eastwood pour le tournage de Richard Jewell, le prochain film du réputé cinéaste américain qui prend l’affiche le mois prochain. 
Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin Le directeur photo québécois Yves Bélanger a été recruté par Clint Eastwood pour le tournage de Richard Jewell, le prochain film du réputé cinéaste américain qui prend l’affiche le mois prochain. 

Coup d'oeil sur cet article

Pour une seconde fois d’affilée, le légendaire cinéaste américain Clint Eastwood a confié la direction photo de l’un de ses films à un Québécois, Yves Bélanger.

Ainsi, après avoir assisté Eastwood pour le tournage de The Mule à l’été 2018, le directeur photo Yves Bélanger a de nouveau côtoyé le célèbre réalisateur américain de 89 ans pendant deux mois l’été dernier à Atlanta sur le plateau du film Richard Jewell.

« Clint a l’embarras du choix. Il peut choisir n’importe quel directeur photo au monde, mais il a voulu retravailler avec moi. C’est très flatteur », a souligné Yves Bélanger en entrevue au Journal.

Bélanger, qui s’est fait un nom à Hollywood il y a quelques années grâce à son travail sur les films et séries télé de Jean-Marc Vallée (Dallas Buyers Club, Big Little Lies), n’a pas eu à attendre très longtemps après la fin du tournage de The Mule pour recevoir une nouvelle proposition d’Eastwood.

« À pareille date l’an dernier, les producteurs de Clint m’ont dit : “Yves, on a un autre film au printemps, alors, tiens-toi prêt.” J’ai reçu le scénario pendant l’hiver et je suis parti à Atlanta à la fin mai. Tout s’est fait très facilement. Clint a vraiment une grosse machine autour lui. »

Histoire vraie

Trente-neuvième long métrage de Clint Eastwood à titre de réalisateur, Richard Jewell relate l’histoire vraie de l’agent de sécurité Richard Jewell qui a réussi à empêcher une attaque terroriste pendant les Jeux olympiques d’Atlanta­­­, en 1996, avant d’en être suspecté. Le film mettra en vedette Paul Walter Hauser, Olivia Wilde et Jon Hamm.

« C’est du gros Clint, indique Yves Bélanger. Les gens qui l’ont vu disent que c’est son meilleur film depuis Gran Torino. »

Cette seconde collaboration avec Clint Eastwood a aussi permis à Yves Bélanger de travailler plus étroitement avec le cinéaste. Car, contrairement à The Mule, Eastwood ne jouait pas de rôle dans Richard Jewell et avait donc plus de temps à consacrer à la réalisation.

« Ce qui a été enrichissant pour moi, cette fois-ci, c’est qu’il était toujours à côté de moi derrière la caméra, explique le directeur photo québécois. Il me dirigeait parfois comme un acteur en me demandant des choses précises. J’adore les réalisateurs qui travaillent comme ça. »

Yves Bélanger est très recherché à Hollywood depuis le succès du film Dallas Buyers Club, en 2013. Il dit recevoir de plus en plus d’offres, mais il en refuse beaucoup aussi : « Je n’ai pas de plan de carrière et je choisis seulement les projets qui me tentent. Jean-Marc Vallée a la priorité. Comme là, je sais que je vais probablement tourner le film de Jean-Marc sur John Lennon et Yoko Ono en septembre prochain. Mais avant cela, je vais peut-être en faire un autre avec Clint au printemps. On verra. »


► Le film Richard Jewell prend l’affiche le 13 décembre.