/world/america
Navigation

Moins de pétrole s’échoue sur les plages du Brésil

Moins de pétrole s’échoue sur les plages du Brésil
AFP

Coup d'oeil sur cet article

BRASILIA — Le pétrole a commencé à arriver sur les plages brésiliennes en plus faible quantité, ont affirmé lundi les autorités brésiliennes, tout en se disant incapables de prévoir l’évolution de cette marée noire qui a souillé depuis deux mois plus de 2000 km de plages du Nord-est.

On observe « une diminution réelle, statistique, de la quantité de pétrole qui arrive sur les plages », a assuré le chef des opérations navales de la Marine, l’amiral Leonardo Puntel, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre de la Défense Fernando Azevedo e Silva.

Estimant qu’il s’agissait d’une catastrophe « inédite » dans le monde, l’amiral Puntel a ajouté : « comme le pétrole est submergé, nous ne savons pas s’il en reste encore beaucoup ou peu ».

• À lire aussi: Brésil: la détresse d’un jeune garçon souillé de pétrole en image

• À lire aussi: Une des plus belles plages du Brésil souillée par le pétrole

Ces propos contredisent les affirmations dimanche soir du président Jair Bolsonaro.

« Ce qui est arrivé et a été ramassé jusqu’à présent est une petite quantité de ce qui a été déversé. Le pire est à venir », a déclaré M. Bolsonaro dans un entretien à la chaîne de télévision Record, sans plus de précisions.

Le président a ajouté que « tous les indices » désignaient le pétrolier grec « Bouboulina », que les autorités brésiliennes avaient accusé vendredi d’être le responsable du désastre écologique. La société grecque qui possède le pétrolier, Delta Tankers, a formellement démenti que son navire ait eu la moindre fuite.

La Police fédérale (PF) a expliqué pour sa part que Interpol allait demander à Delta de présenter « les documents et preuves qu’elle prétend détenir », a indiqué le commissaire Franco Perazzoni lors de la conférence de presse de lundi.

« L’entreprise est suspecte », bien qu’ » aucune accusation formelle n’ait été lancée » à ce stade, a précisé M. Perazzoni, chef des services de géosurveillance de la police. Il a ajouté qu’il avait également demandé des informations à d’autres pays par lesquels était passé le navire-citerne après avoir chargé sa cargaison au Venezuela. Il a ensuite fait route vers la Malaisie, selon Delta.