/news/politics
Navigation

Course à la chefferie: Paul St-Pierre Plamondon sonde ses appuis au PQ

Candidat défait en 2016, Paul St-Pierre Plamondon s’active en coulisses en vue d’une candidature à la chefferie du Parti québécois afin de succéder à Jean-François Lisée, a appris notre Bureau parlementaire. 
Photo d'archives, Agence QMI Candidat défait en 2016, Paul St-Pierre Plamondon s’active en coulisses en vue d’une candidature à la chefferie du Parti québécois afin de succéder à Jean-François Lisée, a appris notre Bureau parlementaire. 

Coup d'oeil sur cet article

Paul St-Pierre Plamondon se prépare activement à faire le saut dans la course à la chefferie du Parti québécois, a appris notre Bureau parlementaire.

L’auteur du rapport Osez repenser le PQ se rendra d’ailleurs au congrès extraordinaire de la formation politique à Trois-Rivières, les 9 et 10 novembre prochains, afin de mesurer ses appuis auprès des militants péquistes. Selon nos informations, il sera accompagné de sa famille.

Candidat défait à la chefferie du PQ en 2016, Paul St-Pierre Plamondon s’active en coulisse depuis plusieurs semaines en vue d’une candidature pour succéder à Jean-François Lisée. Une source dans son entourage indique que sa décision n’est toujours pas prise, mais que «Paul réfléchit très sérieusement à se porter candidat».

Avec le désistement de Véronique Hivon l’été dernier, seuls le député péquiste Sylvain Gaudreault et l’historien Frédéric Bastien ont manifesté leur intérêt pour reprendre les rênes du parti. Le premier fera connaître ses intentions après le congrès national extraordinaire de novembre, tandis que le second attendra de connaître les modalités de la course à la chefferie, qui devraient être dévoilées en début d’année prochaine.

Réhabiliter l’indépendance

Début septembre, Le Journal rapportait qu’un groupe composé d’une vingtaine de personnes, dont d’anciens élus, avait approché M. St-Pierre Plamondon pour l’inviter à se lancer dans la course. Depuis, l’avocat de 42 ans multiplie les appels pour sonder ses appuis et préparer son organisation de campagne.

Selon nos informations, sa plateforme misera sur l’idée de «réhabiliter l’idée d’indépendance». «Il veut s’assurer qu’il y a une démarche à court terme qui est sérieuse», indique-t-on.

Changement de cap

Cette approche «pressée» tranche avec sa position de 2016, alors que le candidat à la succession de Pierre Karl Péladeau estimait que le PQ devait abandonner son «obsession référendaire».

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le jeune candidat proposait à l’époque de reporter un référendum sur la souveraineté du Québec à un deuxième mandat. De plus, il promettait que la démarche référendaire ne serait déclenchée que si 20 % de la population signait un registre en sa faveur, et qu’un sondage démontrait que l’indépendance récoltait la faveur de 45 % des Québécois.

Cette année-là, Paul St-Pierre Plamondon était arrivé bon dernier, avec seulement 7 % des appuis au premier tour, dans la course qui avait finalement élu Jean-François Lisée.

Il avait ensuite été chargé par le nouveau chef de rédiger un rapport sur l’état de la formation souverainiste. Intitulé Osez repenser le PQ, le document décrivait le parti comme un «club social» vieillissant et déconnecté. Afin de donner un électrochoc au parti, l’auteur proposait notamment de faire plus de place aux jeunes et aux candidats racisés.