/finance/business
Navigation

Un cuisinier à la mode de chez nous

Marco Gagnon s’est lancé dans le marché des purées de légumes prêtes à manger

Marco Gagnon
Photo PIerre-Paul Poulin Marco Gagnon, fondateur d’Épurée, dans son usine de Saint-Hyacinthe, qui fabrique des purées de légumes vendues sous vide.

Coup d'oeil sur cet article

C’est pour rendre la tâche de cuisiner plus facile que Marco Gagnon a délaissé les fourneaux de grands restaurants pour fonder son entreprise, Épurée, qui propose des purées de légumes prêtes à manger.

« Même moi, qui suis cuisinier de formation, je trouvais ardu de préparer un repas équilibré au retour du travail. Le plus long à cuire, ce sont souvent les légumes. Avec une purée déjà toute faite, il est possible de se concocter rapidement une belle assiette », explique le jeune entrepreneur, qui est passé par les cuisines de restaurants renommés, comme Club Chasse et pêche et Ritz-Carlton Montréal.

Il s’est inspiré de ce qui se fait en restauration pour créer le concept de son entreprise.

« Dans les cuisines, les purées sont préparées et emballées sous vide pour ensuite être congelées. Il ne reste plus qu’à les réchauffer avant de les servir. Comme le produit n’existait pas sur le marché, j’ai décidé de le créer », explique le chef entrepreneur, diplômé de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ).

Fils d’entrepreneur

Depuis quelques années, il mijotait le projet de se lancer en affaires. Le goût d’entreprendre, c’est de famille chez les Gagnon. « Mon père a déjà eu son entreprise de camionnage. Il a aussi été propriétaire d’un restaurant. C’est d’ailleurs là que j’ai eu la piqûre de la cuisine », raconte Marco.

Il a vite écarté l’idée d’avoir son propre restaurant. « Trop risqué ! », dit-il. Grâce à Épurée, il a trouvé le moyen de combiner ses deux passions : la cuisine et l’entrepreneuriat. En 2017, il s’est donc inscrit à une formation en lancement d’une entreprise. Il montait son projet d’affaires durant le jour tout en travaillant de nuit au service aux chambres du Ritz-Carlton Montréal.

« C’était intense. J’étais constamment dans le feu de l’action. Il ne fallait pas que j’arrête, sinon l’adrénaline tombait », se souvient-il.

Ses premières purées, il les a préparées dans une école qui prête ses cuisines aux entreprises en démarrage. Quelques mois plus tard, il s’est installé au Centre de recherche et de développement sur les aliments (CRDA) de Saint-Hyacinthe.

Les purées Épurée sont offertes en six saveurs : betteraves, brocolis, carottes, champignons, oignons caramélisés et pommes de terre. Elles peuvent être servies de différentes façons : déposées sous une pièce de viande, allongées avec un peu de crème ou du bouillon pour un potage express...

« Mon but, c’est d’aider les gens à manger plus de légumes sans sacrifier le plaisir de cuisiner », explique Marco Gagnon, qui a aussi le souci de s’approvisionner exclusivement auprès de producteurs québécois. « C’est bon pour l’économie et pour l’environnement. » Il a aussi adopté une méthode de production qui tend au zéro déchet.

Efforts de commercialisation

Ses produits se retrouvent aujourd’hui dans près d’une quarantaine de points de vente de la grande région de Montréal, dont certains marchands indépendants chez IGA et Provigo. Il est en discussion avec plusieurs autres bannières qui lui permettront d’étendre son territoire. Les purées sont également disponibles sur le site Maturin, une épicerie en ligne spécialisée en produits canadiens.

Marco Gagnon vient par ailleurs de signer une entente de distribution avec Hector Larivée, qui vend principalement dans les restaurants, les centres d’hébergement, les traiteurs, etc. Pour faire face à cette croissance rapide, il doit augmenter son volume de production. D’ici peu, ce sera plus de 7000 unités qui sortiront des cuisines d’Épurée chaque semaine.

Implanter ses produits dans le commerce de détail représente tout un défi. Marco Gagnon a la chance de pouvoir compter sur deux alliés de taille, soit Gerry Van Winden, pdg de Vegpro International, distributeur de fruits et légumes, avec qui il a été jumelé dans le cadre du Match Dux, un concours qui vise le développement de jeunes pousses du domaine agroalimentaire, et Gaétan Desroches, chef de la direction de la Coop fédérée. Ce dernier a « adopté » Marco Gagnon, qui a fait partie des lauréats du concours Adopte inc. en 2019.

Son parcours

Marco gagnon, 34 ans

• DEP en cuisine d’établissement, Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec, 2010-2011

• ASP en lancement d’une entreprise, Centre de formation professionnelle Pierre-Dupuy, 2017

• Cuisinier, Service aux chambres, Ritz-Carlton Montréal, 2016 à 2018

• Fondateur d’Épurée, 2018

UNE DE NOS MEILLEURES DÉCISIONS

« Avoir participé au concours Adopte inc. Grâce à la bourse de 24 000 $, j’ai pu me consacrer à mon projet à temps plein. Cela a solidifié mon idée d’entreprise. »

UNE DE NOS PIRES DÉCISIONS

« De m’être laissé impressionner par la notoriété d’un entrepreneur en série... Il ne m’a pas vraiment aidé. »