/news/currentevents
Navigation

Suspendu, un ex-entraîneur part en guerre contre la Fédération de natation

Suspendu, un ex-entraîneur part en guerre contre la Fédération de natation
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Un entraîneur d’expérience suspendu par le comité de discipline de la Fédération de natation du Québec dénonce les «graves irrégularités» dans le traitement des plaintes et s’adresse aux tribunaux pour casser la décision rendue contre lui, une première.

Instructeur depuis une trentaine d’années, Martin Boulet recevait en février dernier un avis de convocation devant le comité de discipline. «C’est la première fois que j’entendais parler de ça», lance l’homme de 49 ans, qui était alors entraîneur-chef au Club de natation de Montmagny depuis 2012.

On lui reprochait d’avoir tenu des propos à caractère sexuel à l’endroit d’une collègue de travail, en plus d’avoir utilisé des méthodes d’entraînement injustes envers une nageuse. Ces plaintes allaient être entendues le mois suivant.

N’ayant pas de détails supplémentaires sur les faits allégués, jugeant le délai court pour présenter une défense et ébranlé par la mort récente de son père, Martin Boulet s’est pris un avocat et a tenté de repousser la date des audiences, en vain.

Son avocat a donc assisté à l’audition, qui s’est tenue dans le vestiaire d’un centre communautaire de Lévis. «C’était un piège à con, dénonce M. Boulet. Mon avocat a essayé à quatre reprises de contre-interroger, on lui a dit non. Il est allé là, il n’a rien pu faire.»

Suspendu un an

En avril, le comité a suspendu le statut d’entraîneur fédéré de Martin Boulet, ce qui lui interdit durant un an de travailler comme instructeur au sein de tout club de natation au Québec. L’ex-entraîneur, qui plaide son innocence, a fait appel auprès du comité, sans succès. «Je suis comme dans un film. C’est un cauchemar», lance-t-il, en pleurs.

Questionnant la légalité même de l’exercice disciplinaire, M. Boulet et son avocat ont déposé en mai un pourvoi en contrôle judiciaire exhortant le tribunal d’annuler ces décisions et de déférer le dossier devant un arbitre «neutre et impartial».

C’est la première fois que le comité de discipline de la Fédération se retrouve dans cette situation, selon les procureurs de M. Boulet, Verreau Dufresne Avocats. «C’est un cas d’espèce», avance le cabinet d’avocats, qui estime que l’affaire devrait être entendue au début de l’année 2020.

Congédié

Entre-temps, Martin Boulet a continué de travailler comme gestionnaire au Club de natation de Montmagny. Au 1er septembre toutefois, la Fédération a évoqué différentes raisons pour désaffilier le Club de natation de Montmagny. Le Club a congédié Martin Boulet, le 25 septembre. Trois jours plus tard, l’organisation retrouvait son affiliation.

La Fédération et le Club de natation de Montmagny ont refusé de commenter l’affaire.