/news/politics
Navigation

Réforme de l’immigration: des étudiants étrangers en larmes à l’Assemblée nationale

Le gouvernement Legault n’entend pas céder un iota malgré la consternation des étudiants étrangers

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault reste de glace face à l’immense tollé que soulève sa réforme de l’immigration visant des étudiants et des travailleurs étrangers, qui l’ont accusé mardi de briser leurs rêves et des années d’investissements.  

Alessandra De Bargigli et Clément Sageste (à droite), deux étudiants qui risquent d’écoper du nouveau règlement du gouvernement caquiste, n’ont pu retenir leurs larmes en assistant mardi à la période de questions à l’Assemblée nationale.
Photo Simon Clark
Alessandra De Bargigli et Clément Sageste (à droite), deux étudiants qui risquent d’écoper du nouveau règlement du gouvernement caquiste, n’ont pu retenir leurs larmes en assistant mardi à la période de questions à l’Assemblée nationale.

Une cinquantaine d’étudiants étrangers, certains en larmes, ont assisté à la période de questions à l’Assemblée nationale mardi.       

Ils y ont dénoncé les nouvelles restrictions du Programme de l’expérience québécoise (PEQ), de même que l’attitude «méprisante» et «choquante» du gouvernement qui a refusé de les rencontrer.        

  • ÉCOUTEZ la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec pour Le Journal de Québec et Le Journal de Montréal, à QUB Radio:   

Cette réforme, «c’est comme si les règles du jeu changaient juste avant la fin de la partie. [...] Tu joues au hockey et quand il ne reste que trois minutes, quelqu’un décide d’effacer les buts», déplore Pierre Cossette, président du Bureau de coopération interuniversitaire et recteur de l’Université de Sherbrooke.       

  

Désormais, seuls les étudiants internationaux qui sont dans des domaines d’étude ciblés par le gouvernement pourront obtenir rapidement leur résidence permanente. Ces règles s’appliquent même à ceux dont les demandes sont déjà en cours.         

Photo Simon Clark

Cris du cœur  

Le Journal a reçu mardi des dizaines de témoignages déchirants à la suite d’un appel à tous sur les réseaux sociaux pour connaître les conséquences de cette décision. Ils parlaient de trahison, de rêves brisés, d’être traités comme des numéros, etc (voir ci-dessous).       

«Pourquoi une application immédiate [...] pourquoi c’est rétroactif? se demande le président de l’Association des avocats en immigration, Guillaume Cliche-Rivard. C’est vraiment un manque de compassion et d’humanisme. [...] Tout ce qu’ils ont entrepris, ça tombe à zéro.»      

«Je me sens plus Québécoise que Française», a souligné Claire De Muns Darteville, étudiante au baccalauréat en sciences politiques de l’Université de Montréal.       

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Claire De Muns Darteville à QUB Radio:

Photo Simon Clark

Pour leur part, libéraux, solidaires et péquistes ont fait front commun pour dénoncer cet aspect de la réforme de l’immigration.      

« On les a attirés au Québec, à grand renfort de publicité, partout en Europe, en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Ils sont formés chez nous, parlent notre langue, partagent nos valeurs et ils ont survécu à nos hivers », a fait valoir le député libéral Monsef Derraji.       

  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Pas de garantie  

Face à une telle levée de boucliers, la CAQ a répété vouloir mieux répondre aux besoins du marché.       

«Il n’y a pas un étudiant qui est venu au Québec avec la garantie qu’il recevrait éventuellement une citoyenneté», a soutenu le premier ministre, qui a dû essuyer les tirs nourris de l’opposition durant toute la période de questions.      

Ce qu’ils ont dit  

«J’ai pu voir avec beaucoup de tristesse qu’aucun emploi dans la liste créée pour les travailleurs qualifiés ne correspond aux emplois que je peux faire grâce à ma maîtrise. Je me sens trahi et berné par le gouvernement du Québec. »   

– Alexandre Prudente, étudiant français à la maîtrise en aménagement du territoire et développement régional      

« Je travaille dans le réseau de la santé, au public donc, et au service des Québécois. Je paye des impôts et j’en suis très fier. Mes projets futurs impliquent tous, sans exception, le Québec. Or, le gouvernement du Québec me fait sentir comme un intrus, et je suis triste. Il déshumanise les personnes immigrantes et les matérialise, et c’est insultant. »   

– Pascal Manua Simon, originaire de la Polynésie française, il a obtenu une maîtrise au Québec en santé publique et il est agent de planification, de programmation et de recherche dans un CIUSSS de Montréal      

« C’est vrai que le gouvernement a le droit d’imposer des restrictions, mais de l’appliquer aux gens déjà dans leur programme ou qui travaillent déjà est une aberration. C’est un manque d’humanisme du gouvernement envers toutes ces personnes. »   

– Youssef Fidar, étudiant français en dessin industriel      

« Je serais donc titulaire de trois diplômes universitaires [bac, certificat, maîtrise], mais aucun d’eux ne figure sur la liste. Je ne pourrais donc pas m’établir au Québec. Pourtant c’est ce que l’on nous avait fait miroiter durant toutes nos études avec le fameux PEQ. Pendant ces six longues années, j’ai su m’adapter et j’ai su m’intégrer. J’y ai travaillé, j’y ai étudié, j’y ai vécu et j’y ai rêvé. »   

– Cassandre Prieto, étudiante française à la maîtrise en études internationales     

« On a tout quitté dans notre pays d’origine, sachant qu’on y avait chacun un très bon travail, et ce, dans le but d’offrir à nos enfants un avenir meilleur. Tous nos rêves partent en fumée aujourd’hui ! »   

– Wejdene Guizani, étudiante tunisienne à la maîtrise en éducation, mère de deux enfants de 6 et 11 ans