/sports/hockey/canadien
Navigation

Brendan Gallagher n'en veut pas trop à Michel Therrien

Brendan Gallagher n'en veut pas trop à Michel Therrien
Martin Chevalier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Le soir du 19 janvier 2013, Michel Therrien a laissé de côté une verte recrue du Canadien de Montréal au premier match de la saison, après un lock-out ayant paralysé les activités de la Ligue nationale.

Gallagher a donc vu cette rencontre face aux Maple Leafs de Toronto sur la passerelle de presse en compagnie de Mike Blunden et du défenseur Yannick Weber.

Moins de sept ans plus tard, le petit attaquant en veut-il encore à Therrien?

«Non, a-t-il répondu sourire en coin, après l’entraînement de mercredi. Il a fait beaucoup pour moi. Il m’a donné ma chance et il s’est assuré que je sois prêt.»

«C’était bien de jouer au deuxième match.»

Jeudi, Gallagher et plusieurs de ses coéquipiers croiseront leur ancien pilote chez les Flyers de Philadelphie, où il est l’adjoint d’Alain Vigneault.

Therrien s’était fait congédier par le directeur général Marc Bergevin - un ami - le 14 février 2017 après avoir conservé un rendement de 31-19-8 au cours de la saison.

Le numéro 11 donne le crédit à son premier entraîneur, qui lui a appris que tout passe par le travail.

«Il fallait que je mérite les occasions qu’il me donne. Lorsque c’était le cas, je devais sauter sur l’occasion pour garder ma place.»