/news/health
Navigation

Les destinations exotiques pour les omnipraticiens, c’est fini

Le congrès de perfectionnement en Thaïlande sera le dernier

Temple bouddhiste de thailande
Photo Adobe Stock La visite de temples bouddhistes en Thaïlande fait partie des excursions proposées aux médecins.

Coup d'oeil sur cet article

Face aux critiques, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) met un terme aux formations dans des lieux exotiques. Le congrès en Thaïlande sera le dernier offert aux médecins de famille.

Le Journal a révélé qu’une quarantaine de généralistes pourront recevoir jusqu’à 2100 $ en prime de formation pour des ateliers suivis lors d’un voyage de 14 jours en Thaïlande.

Entre les excusions dans les temples bouddhistes, six demi-journées de perfectionnement sont offertes aux médecins de famille qui peuvent être remboursées par la RAMQ.

Les généralistes doivent assumer les coûts d’inscription, de déplacement et d’hébergement, des frais qui sont toutefois déductibles d’impôt.

Chaque année, la FMOQ organisait un voyage à l’étranger pour ses membres.

Devant le tollé suscité par cette pratique, le président, le Dr Louis Godin, a décidé d’y mettre fin.

La ministre de la Santé, Danielle McCann, à l’Assemblée nationale, mercredi.
Photo Simon Clark
La ministre de la Santé, Danielle McCann, à l’Assemblée nationale, mercredi.

« Le congrès en Thaïlande aura lieu, des éléments liés aux formations demeurant pertinents et les frais déjà encourus et engagés par les médecins participants étant plus que significatifs. [...] Le Dr Godin a convenu avec la ministre [Danielle] McCann, mercredi matin, qu’il n’y en aurait plus tant qu’il serait président de la Fédération », a fait savoir la FMOQ, par l’entremise de sa porte-parole Mélissa Turgeon.

Punta Cana et Nouvelle-Zélande

La ministre de la Santé s’est réjouie de l’engagement du Dr Godin. « Je pense que les fédérations sont très conscientes de l’opinion de la population et qu’on ne peut plus accepter ça. Ces formations-là, elles peuvent être données au Québec », a souligné Mme McCann.

Cette dernière estime que les formations au Club Med de Punta Cana et en Nouvelle-Zélande, accréditées par l’Université McGill et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, qui seront remboursées en partie par les deniers publics, ne sont pas plus acceptables.

« La population, elle, ne peut pas accepter quelque chose comme ça », a insisté la ministre.

En entrevue avec notre Bureau d’enquête, le directeur scientifique des voyages s’est dit convaincu que les médecins continueront à suivre des formations à l’étranger, même si elles ne sont pas remboursées par la RAMQ.

La ministre McCann invite donc les docteurs à absorber tous les coûts de leur voyage. « Je pense que ce serait un bon geste à faire. »

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

Suivre l’exemple de la FMSQ

À la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), on n’offre plus de formation à l’étranger depuis deux ans.

Dans une déclaration par courriel, la présidente Diane Francoeur suggère à l’entité qui donne le feu vert aux ateliers de perfectionnement de suivre son exemple.

« La FMSQ n’accrédite pas ce genre de formation exotique. Cependant, si le Conseil québécois de développement professionnel continu des médecins (CQDPCM) imposait les mêmes règles à tous les organismes accréditeurs, on éviterait ces situations », fait-elle valoir.