/sports/others
Navigation

Nouveaux visages, même objectif

Malgré la perte de joueuses étoiles, l’équipe féminine veut rivaliser avec les meilleures formations

Marie-Pier Champagne et Vladimir Thomas entourent les entraîneurs Guillaume Giroux et Nathan Grant. Le Rouge et Or amorce sa saison jeudi soir à McGill et effectuera sa rentrée locale le 16 novembre face à Concordia.
Photo Jean-François Desgagnés Marie-Pier Champagne et Vladimir Thomas entourent les entraîneurs Guillaume Giroux et Nathan Grant. Le Rouge et Or amorce sa saison jeudi soir à McGill et effectuera sa rentrée locale le 16 novembre face à Concordia.

Coup d'oeil sur cet article

Vice-championne canadienne et championne provinciale, l’équipe féminine de basketball du Rouge et Or de l’Université Laval sera-t-elle encore en mesure de rivaliser avec les meilleures équipes au pays malgré le départ de quatre des cinq partantes de la dernière édition ?

« Si tout le monde demeure en santé, on va connaître une saison surprenante, a affirmé l’entraîneur-chef Guillaume Giroux, mercredi, lors du lancement de la nouvelle saison.

« Je suis optimiste. Certains croyaient que nous allions subir un recul important. Nous avons moins de vedettes que l’an dernier, mais nous avons 13 filles qui seront capables de contribuer. Khaléann (Caron-Goudreau) aura un gros, gros rôle et d’autres filles sont prêtes à assumer un rôle plus important. Nous avons beaucoup de profondeur. »

Impact immédiat

La venue des Françaises Leslie Makosso et Zahra Wajih ainsi que les transferts de Maude Archambault (Bishop’s) et Élise Roy (Concordia) aideront grandement le Rouge et Or.

« Leur venue est vitale, a résumé Giroux. Dans le recrutement, plusieurs filles viennent de Montréal et ce n’est pas évident de les attirer à Québec. Aussi, deux des trois meilleures finissantes de Sainte-Foy regardent sérieusement l’option de la NCAA. Il y a une mode pour la NCAA qui atteint maintenant Québec. Les entraîneurs collégiaux n’ont pas le choix d’offrir de la visibilité aux États-Unis à leurs filles sinon leur programme pourrait en subir les conséquences. C’est un défi de plus dans le recrutement. »

Giroux est convaincu que Makosso va s’imposer rapidement dans son nouvel uniforme.

« Leslie va avoir un impact très grand dès le départ. C’est une meneuse de jeu calme, fiable et qui passe bien la balle. Quant à Zahra, elle est plus jeune, mais elle possède toutes les habiletés nécessaires. On aura droit à de beaux flashs et à de moins beaux et elle devra développer de la constance. »

Retour au bercail

« Maude a terminé au 4e rang des pointeuses du RSEQ l’an dernier et elle aura un rôle primordial de la ligne de trois points, de poursuivre Giroux qui amorce sa 5e campagne à la barre du Rouge et Or. Élise va nous apporter de la hargne et de l’énergie. Elle était parmi les meneuses pour les vols de balle l’an dernier. »

Native de Lévis, Roy a fait ses classes avec les Stingers à ses deux premières saisons avant de mériter un poste de partante l’an dernier.

« En venant de la Division 2 (Mérici), j’avais beaucoup de choses à apprendre, a indiqué celle qui est inscrite à des études de 2e cycle à Laval. Au fil des ans, j’ai gagné ma place. Plus jeune, c’était un rêve de jouer pour Concordia et j’ai beaucoup appris. Je veux transmettre ce bagage à mes coéquipières. Ma contribution ne se mesure pas sur la feuille de statistiques, mais par l’énergie que j’apporte. »

Marie-Pier Champagne est parmi ces joueuses qui obtiendront un rôle plus important. « On n’aura pas une fille qui va marquer 20 points par match, mais c’est plus difficile de nous contrer quand toutes les filles marquent dix points, a-t-elle souligné. Quand toutes les filles seront dans la bonne chaise, nous serons difficiles à arrêter. Après deux médailles d’argent au national, on vise l’or. »