/qubradio
Navigation

Urgence climatique: les chercheurs doivent «être plus présents sur la place publique», croit Rémi Quirion

Deforestation. Rainforest destroyed for oil palm plantations. Environmental destruction
Photo Adobe Stock Plusieurs pays de l’Amérique du Sud sont touchés par le phénomène de la déforestation.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que des milliers de voix se sont unies hier pour appeler à l’urgence climatique dans une lettre ouverte publiée dans la revue Bioscience, le scientifique en chef du Québec Rémi Quirion affirme que les chercheurs doivent partager «des impacts plus concrets des changements climatiques aux citoyens».   

Commentant à Dutrizac sur QUB Radio la lettre signée par 11 258 scientifiques de 253 pays, dont 409 au Canada, Rémi Quirion entrevoit par ailleurs ce mouvement planétaire comme un «argument de poids contre les climatosceptiques».     

S’il admet que la lettre est un peu alarmiste, le chercheur en neuro-sciences souligne que «plusieurs indicateurs se sont accélérés beaucoup depuis une dizaine d’années [...] (dont) la fonte des glaces en Arctique, les feux de forêt en Californie et les sécheresses dans le monde.»     

«La crise climatique est étroitement liée à la consommation excessive issue d’un mode de vie riche», peut-on lire dans la lettre. «Nous devons changer notre façon de vivre», indique aussi ce rapport.      

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions