/finance/business
Navigation

Ce patron proposera à ses employés d’habiter en Ontario

La réforme de l’immigration fout le bordel dans le recrutement de travailleurs

Le v.-p. de Trans-West, Pascal Gaudet
Photo courtoisie Le vice-président de Trans-West, Pascal Gaudet, prévoit une saignée de travailleurs étrangers vers l’Ontario avec la réforme de l’immigration du gouvernement Legault.

Coup d'oeil sur cet article

Un haut dirigeant de Trans-West prévoit établir sa quinzaine de nouveaux chauffeurs européens en Ontario plutôt qu’au Québec, pour éviter que le gouvernement Legault lui mette des bâtons dans les roues.  

«Je vais les inviter à déménager l’autre côté de la frontière, en Ontario, et ça va devenir des citoyens ontariens, et le Québec va se priver de tout ce monde-là», s’est désolé Pascal Gaudet, vice-président gestion des routiers de la québécoise Trans-West, dont le chiffre d’affaires annuel dépasse les 100 millions $.

  • Écoutez l'entrevue avec Pascal Gaudet à QUB radio

Hier, Québec a mis de l’eau dans son vin en donnant un droit acquis aux travailleurs étrangers déjà installés ici pour qu’ils puissent continuer de se qualifier au Programme de l’expérience québécoise (PEQ), ce qui est loin de régler le problème, selon M. Gaudet.   

«J’ai une quinzaine de chauffeurs de camion européens en processus d’embauche que je ne pourrai pas faire venir ici avec les nouvelles règles du 1er novembre dernier», a déploré M. Gaudet de Trans-West, qui a son siège social à Montréal.   

En gros, même s’il manque plus de 4045 camionneurs au Québec, dont plus de 750 à Montréal seulement, selon des chiffres de Statistique Canada colligés par Camo-Route, la métropole n’est plus considérée comme étant en pénurie par le gouvernement... et est donc exclue du PEQ, qui donne un accès rapide à la citoyenneté. 

Or, sans cette voie rapide, Pascal Gaudet va suggérer aux chauffeurs en cours de recrutement de déménager en Ontario, où il a une antenne... plutôt qu’au Québec.   

Fait français  

Ce qui irrite au plus haut point Pascal Gaudet, c’est que l’on s’apprête à renoncer à des milliers de travailleurs francophones, alors que le Québec lutte pour faire vivre le fait français au travail.   

«On fait venir des Français, francophones de naissance comme nous, et dans bien des cas avec un meilleur français que nous, et le gouvernement nous bloque», s’insurge-t-il.   

Un constat partagé par Benoit Therrien, président de Truck Stop Québec. «Si le Québec par ses décisions politiques veut se priver d’employés qui gagnent plus de 50 000 $ par année, l’Ontario, elle, les accueillera avec plaisir», a-t-il partagé.   

«À quoi servent les “Journées Québec” et toutes ces politiques de recrutement à l’international? On jette de l’argent par les fenêtres?» s’est demandé à son tour l’avocat spécialiste de la question Alexandre Hénaut, de Wellstein Mora Rodriguez International s.a.   

De son côté, le directeur général de Camo-Route, Bernard Boulé, n’a pas manqué de souligner que les entreprises québécoises payent une petite fortune pour attirer sous leur giron ces travailleurs.   

«Les coûts sont énormes pour recruter à l’international. On parle de 10 000 $ ou 15 000 $ par chauffeur avant même qu’ils aient commencé à travailler. C’est très dispendieux comme processus pour les entreprises», a-t-il rappelé.   

Le cafouillage de Legault inquiète le patronat   

Le cafouillage de la réforme de l’immigration du gouvernement Legault préoccupe de plus en plus le patronat, qui craint que le Québec se fasse damer le pion à l’international quand viendra le temps d’attirer des travailleurs ici.   

«Si les obstacles sont trop nombreux, les gens vont choisir d’aller ailleurs parce que la compétition est mondiale. C’est préoccupant», a indiqué au Journal le PDG de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), Stéphane Forget.   

Hier, son organisation et divers organismes, dont le Conseil du patronat du Québec (CPQ) et Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ), ont publié une lettre ouverte dénonçant les nouvelles règles de l’immigration de Legault, qui font mal à l’économie, selon eux.   

Travailleurs affectés  

«En plus des étudiants étrangers qui contribuent de façon importante au maintien des cégeps et des universités en région, les changements annoncés affectent également les travailleurs étrangers temporaires », ont-ils insisté.   

D’après eux, Québec fait fausse route en fixant la limite de 52 000 immigrants d’ici 2022.   

«Sans ce carcan du seuil maximal d’immigrants, le gouvernement ne serait pas obligé de réviser à la baisse les règles qui permettent aux étudiants et aux travailleurs étrangers temporaires d’accéder au Programme de l’expérience québécoise (PEQ), considéré comme une voie rapide et privilégiée pour obtenir le Certificat de sélection du Québec (CSQ).»   

S’occuper des perdants  

Pour Stéphane Forget, PDG de la FCCQ, le Québec fait bien d’arrimer les besoins du marché du travail à l’immigration, mais il ne faut surtout pas oublier de s’occuper des secteurs qui passent sous le radar.   

«Il y a des gagnants et des perdants. Là, il faut s’occuper des perdants parce que la réalité, c’est que les pénuries de main-d’œuvre au Québec, elles sont dans bien des secteurs», a-t-il insisté.   

M. Forget n’en démord pas. Selon lui, le gouvernement québécois doit augmenter les seuils d’immigration au plus vite pour éviter de devoir jongler avec de tels enjeux.   

«Quand on va augmenter les seuils, ça va faciliter la vie d’entreprises qui cherchent à recruter. C’est clair pour nous que c’est le prochain pas que le gouvernement devrait faire», a-t-il résumé.