/sports/soccer
Navigation

Deux abonnés à la finale

Seattle et Toronto ont rendez-vous dans le match ultime pour la troisième fois en quatre ans

Michael Bradley, du Toronto FC, et Nicolas Lodeiro, des Sounders de Seattle, ont l’habitude de répondre présent dans les  moments importants.
Photo d’archives Michael Bradley, du Toronto FC, et Nicolas Lodeiro, des Sounders de Seattle, ont l’habitude de répondre présent dans les moments importants.

Coup d'oeil sur cet article

SEATTLE | Pour la troisième fois en quatre ans, la finale de la Major League Soccer opposera le Toronto FC aux Sounders de Seattle.

En 2016, les Sounders avaient vaincu les Torontois au BMO Field, l’emportant 5 à 4 lors de la séance de tirs au but rendue nécessaire en raison de la marque de 0 à 0 au terme de la prolongation.

Seattle était alors devenu la première équipe de l’histoire à remporter la coupe MLS tout en n’obtenant aucun tir cadré.

Les Torontois se sont assurés d’obtenir leur revanche l’année suivante en connaissant la meilleure saison de l’histoire de la MLS jusque là, avec une récolte de 69 points.

Devenant le premier club canadien à remporter le championnat de la saison régulière, le Toronto FC a pris sa revanche lors de la finale 2017 en défaisant les Sounders par la marque de 2 à 0.

Équipes différentes

On peut donc dire que c’est la finale qui va trancher le débat entre les deux formations, mais celles-ci sont passablement différentes de celles qui se sont affrontées en 2016 et 2017.

Dans le camp torontois, il n’y a plus de Sebastian Giovinco, qui a essentiellement été remplacé par Alejandro Pozuelo. Le milieu Victor Vazquez a aussi quitté l’équipe, tout comme le défenseur Steven Beitashour.

Il reste tout de même le cœur de l’équipe avec des éléments comme Micheal Bradley, Marky Delgado, Chris Mavingaet, Jonathan Osorio. On peut aussi mentionner le nom de Jozy Altidore, mais, comme il est blessé, il dit lui-même que ça prendra un petit miracle pour qu’il soit du match.

Dans le camp des Sounders, on parle principalement de deux gros départs, soit ceux que Clint Dempsey et Chad Marshall, qui ont pris leur retraite. Autrement, c’est une équipe qui a un visage assez similaire.

Changements

Dans les deux cas, les changements sont notables. Si Toronto compte toujours sur le gardien Alex Bono, c’est le Franco-Américain Quentin Westberg qui est désormais le partant et il a été solide en fin de saison et au cours des séries éliminatoires.

Sur le plan offensif, Pozuelo a eu un impact certain avec sa production de 12 buts et autant de passes en saison régulière. Il a également ajouté deux buts et deux passes décisives en trois rencontres lors des présentes séries.

Chez les Sounders, on compte sur un vent de jeunesse en la personne de Jordan Morris, qui a inscrit 11 buts et 3 aides en saison régulière et qui a surtout explosé en séries, notamment avec un tour du chapeau lors du match de premier tour, que les Sounders ont difficilement remporté en prolongation contre le FC Dallas.

En fait, les Sounders comptent sur un trio drôlement efficace en attaque puisque Raul Ruidiaz (3 b, 3 p) et Nicolas Lodeiro (2 b, 4 p) ont eux aussi été très remuants.

Surprise

Comme le Toronto FC était classé au quatrième rang dans l’Est, on peut parler d’une relative surprise de voir les « Reds » atteindre la finale.

Mais il ne faut pas oublier que les hommes de Greg Vanney ont conclu la saison régulière avec une séquence de 10 matchs sans revers (4-0-6). Ils ont ajouté trois gains d’affilée en séries.

Si on ajoute le Championnat canadien, les Torontois présentent une fiche de 10-1-6 depuis le 3 août. On parle donc d’une équipe sur une lancée.

Seattle est également dans une assez bonne forme depuis le début de la seconde moitié du calendrier de la MLS malgré une fiche de 5-3-2 dans les 10 dernières rencontres de la saison régulière.

Parcours similaires

Quand on regarde le parcours des deux équipes en séries, on se rend compte qu’il y a des similitudes.

Les deux équipes ont eu besoin de la prolongation lors de leur match de première ronde après avoir accordé des buts tardifs. Les Sounders ont fait le travail pour l’emporter 4 à 3 sur Dallas grâce à un but de Jordan Morris en surtemps pendant que les Torontois ont explosé avec quatre buts dans les 30 minutes de prolongation pour écarter Wayne Rooney et le D.C. United.

Au deuxième tour, les Sounders ont assez facilement contenu le Real Salt Lake au compte de 2 à 0 pendant que les « Reds » ont profité des erreurs du New York City FC pour l’emporter 2 à 1 à l’étranger.

Toronto a remis ça en finale d’association en allant surprendre Atlanta 2 à 1 au Mercedes-Benz Stadium grâce à un but de Nick DeLeon à la 78e minute.

Les Sounders ont pour leur part causé la grosse surprise des séries, malgré leur seconde place dans l’Ouest, en battant le grand favori, le Los Angeles FC, par la marque de 3 à 1 à Los Angeles en prenant rapidement les devants 2 à 1 grâce à deux buts en quatre minutes avant la demi-heure de jeu.

On peut donc s’attendre à une finale fort intéressante où on verra très certainement quelques buts.

Court avantage Sounders

Gardiens

C’est sans doute la position qui fait le plus l’unanimité. Les Sounders comptent sur le vétéran de 33 ans Stefan Frei, qui a remporté la coupe MLS en 2017 et qui est une valeur sûre.

Chez le Toronto FC, Quentin Westberg, 33 ans lui aussi, dispute sa première saison avec le Toronto FC et a rapidement pris le titre de gardien numéro un et s’est distingué avec un arrêt important sur un tir de pénalité en finale d’association contre Atlanta. Les deux gardiens ont des statistiques assez similaires avec une moyenne d’environ 1,45 but accordé.

Il est donc difficile de dire qu’une équipe a l’avantage sur l’autre en ce qui concerne le poste de gardien.

Égalité


Défenseurs

L’unité défensive des Sounders a passablement changé de visage depuis la finale de 2017 entre les deux formations. Seul Kevin Leerdam est encore bien installé comme titulaire et on lui adjoint généralement Brad Smith, Kim Kee-hee et Xavier Arreaga. On parle d’une défensive qui a accordé quatre buts en trois matchs dans les séries, dont seulement un à la meilleure attaque de la ligue, celle du Los Angeles FC, en finale d’association.

Dans le camp torontois, on s’appuie surtout sur Justin Morrow et Chris Mavinga. Mais la grande question est de savoir si on poursuit avec Laurent Ciman ou si l’on insère Omar Gonzalez, qui est remis de sa blessure. Ça pourrait être lourd de conséquences. Avec Ciman comme partant, les « Reds » ont accordé un but à chacune de leurs trois rencontres des séries, offrant une performance très uniforme. Mais Vanney pourrait aussi décider de jouer à cinq défenseurs en utilisant Gonzalez et Ciman sans avoir à choisir.

Avantage Sounders


Milieux

Difficile de trancher en milieu de terrain. Dans le camp torontois, il y a Micheal Bradley, un vétéran qui connaît le tabac et qui a l’habitude des grands matchs, et Alejandro Pozuelo, un milieu créatif qui est de toutes les situations offensives ou presque.

De l’autre côté, on a un milieu dynamique qui évolue autour de Nicolas Lodeiro, Gustav Svensson et Cristian Roldan. On pourrait donc voir une partie d’échecs dans le tiers central.

Égalité


Attaquants

Le meilleur marqueur du Toronto FC est le milieu de terrain Alejandro Pozuelo. Les « Reds » seront privés de l’attaquant Jozy Altidore, blessé. La formation torontoise va donc devoir compter sur une performance défensive solide, mais l’équipe a tout de même inscrit neuf buts en trois matchs depuis le début des séries, signe que tout le monde participe.

Seattle a aussi inscrit neuf buts en trois rencontres, mais possède une attaque plus explosive avec Jordan Morris et Raul Ruidiaz.

Avantage Sounders


Entraîneurs

C’est la troisième confrontation en quatre ans en finale pour les Sounders et pour le Toronto FC, il en va de même pour les entraîneurs Brian Schmetzer et Greg Vanney.

Vanney a orchestré une belle montée en puissance en seconde moitié de saison, pendant que Schmetzer sait tirer le meilleur de l’effectif qu’il a sous la main. C’est encore une fois difficile de trouver un favori évident entre les deux, mais Schmetzer a un petit je-ne-sais-quoi.

Avantage Sounders


Prédiction : Victoire des Sounders en temps régulier

– Analyse de Dave Lévesque