/portemonnaie/lifestyle
Navigation

Ironman: payer pour la marque?

Ironman: payer pour la marque?
Unsplash - Beau Runsten

Coup d'oeil sur cet article

Triathlète invétéré, tu considères le sport comme une partie intégrante de ton ADN? Tu rêves de faire ton premier Ironman ou demi-Ironman d’ici la prochaine année et tu réfléchis tranquillement à tous les sacrifices à faire pour atteindre ton objectif ultime?   

Alimentation, entraînements, rythme de vie; même si le dépassement de soi n’a pas de prix, tu sursauteras peut-être au moment de ton inscription pour le grand événement.    

870$ (700$ avec taxes et frais de traitement), c’est le prix minimum à payer pour acquitter ton inscription au Ironman de Mont-Tremblant qui se déroulera en août 2020. Ces frais englobent t-shirt, casquette, médaille, sac d’athlète, résultats en ligne, trophées pour les gagnants, banquets d’avant et d’après course, nourriture sur le parcours et massages, selon ce que l’on peut lire sur le site.     

«Ironman, c’est un autre modèle d’affaires complètement. C’est une corporation à but lucratif. [...] Si ça ne se vendait pas en aussi peu de temps, peut-être que les prix seraient plus bas», explique la directrice générale de Triathlon Québec, Marie-Eve Sullivan. 

«Il y a une expérience extraordinaire derrière l’événement», souligne-t-elle en contrepartie.

Or, certains athlètes ont la réelle impression de payer pour l’étiquette «Ironman». «Pour être un adepte de ces distances, je peux trouver d’autres compétitions pour vraiment moins cher et avoir autant de plaisir», raconte Frédéric Roy, triathlète amateur de 32 ans.    

Le sportif, qui a fait un Ironman en 2018 à Tremblant et un demi-Ironman à Muskoka en 2017, s’intéresse aussi à d’autres courses qui offrent exactement les mêmes distances sans porter la bannière «Ironman».   

À titre de comparatif, le Lake George Triathlon dans les Adirondacks propose le 70.3 (demi-Ironman) pour environ 213$ canadiens, alors que cette même distance coûte plus de 500$ à Tremblant.    

«Ironman, c’est mythique. Dans l’imaginaire, ça parle. [...] Aussitôt que les gens apprennent que j’ai fait un Ironman, leurs yeux pétillent, et ce même si souvent, ils ne connaissent pas les distances», renchérit-il.    

La directrice générale de Triathlon Québec indique par ailleurs que certains éléments font fluctuer les prix d’inscriptions d’une course à une autre. «Un événement en ville peut être plus dispendieux qu’en région en raison des fermetures de route. [...] On doit aussi compter la médaille de participation, le nombre de participants, le fait qu’un événement soit sanctionné ou non par la Fédération nationale.»     

Le triathlon, un sport de riches?  

Abonnement à un club de triathlon ou recrutement d’un entraîneur privé, abonnement au gym, achat d’équipements pour les trois disciplines (de la combinaison de plongée au vélo, en passant par les chaussures), achats de suppléments énergétiques, visites chez le physiothérapeute, plusieurs coûts non négligeables sont engendrés par la pratique de ce sport.     

Si ces dépenses ne peuvent être attribuées qu’à la réalisation d’un seul et unique événement comme le Ironman et qu’un sportif paie pour ces différents services de toute façon, les compétitions du genre impliquent tout de même des frais de déplacements et hébergements qui rendent le sport encore plus dispendieux.     

Frédéric Roy dépense en moyenne 2 000$ par an pour le triathlon, sans calculer son équipement. «Le sport, ça n’a pas de prix pour moi», estime-t-il. Constatant les bienfaits de son activité physique sur sa santé, il ajoute qu’il s’agit «d’une réelle thérapie» et qu’il ne pourrait jamais s’en passer.  

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux