/news/health
Navigation

Les cliniques d’obésité infantile lancent un cri du cœur à Québec

Coup d'oeil sur cet article

Ce sont 162 familles et leur pédiatre qui lancent un appel au gouvernement Legault afin qu'il soutienne les cliniques contre l'obésité infantile.  

 Au Québec, il y en a seulement trois, dont une au Saguenay, une à Québec et une autre à Montréal. Cette dernière risque de devoir fermer ses portes. Elle est présentement tenue à bout à bout de bras grâce à des dons annuels de 150 000$.  

 «On tient vraiment à ce que la clinique ici reste ouverte parce que c’est le seul endroit qui aide notre fille avec son poids et toutes les maladies qui pourraient s’en suivre, plaide la mère de la petite Allie, 6 ans, qui souffre d’obésité. C’est indispensable que ces enfants-là soient pris en charge et reçoivent l’aide qu’ils méritent.»  

 «Sans cette clinique-là, on ne sait pas vers où on peut se tourner, où on peut aller», ajoute son père.  

 Selon la Dre Julie Saint-Pierre, directrice de la Clinique 180 de Montréal, l’établissement risque de fermer ses portes d’ici un an, faute de financement.  

 «Pour à peine 5 M$, les pédiatres seraient en mesure de s’établir dans 10 à 12 endroits pour desservir le Québec», explique-t-elle.  

 Dre Saint-Pierre a même accepté de couper son salaire de moitié pour continuer à soutenir les familles.  

 Dans la province, 10% des enfants souffrent d’obésité tandis que 30% souffrent d’embonpoint.