/news/currentevents
Navigation

34 ans plus tard: la SQ cherche à faire la lumière sur le meurtre d’un chauffeur de taxi

Le chauffeur de taxi avait été retrouvé dans son auto

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | Pas moins de 34 ans après le mystérieux meurtre d’un chauffeur de taxi, la Sûreté du Québec est de retour sur le terrain pour élucider le crime.

Un poste de commandement de la Sûreté du Québec (SQ) a été érigé jeudi près de la cour d’école où le corps inerte de Michel Boulianne a été retrouvé dans sa voiture de taxi, le 27 août 1985, à Trois-Rivières. Le Journal rapportait à l’époque que l’homme de 36 ans avait reçu une vingtaine de coups de couteau, et qu’il avait été volé d’une cinquantaine de dollars.

L’équipe de la Division des disparitions et des dossiers non résolus a ainsi rencontré des témoins, qui se sont manifestés en personne ou au téléphone.

L’article qui a été publié dans le Journal au lendemain de la découverte du corps.
Photos d’archives
L’article qui a été publié dans le Journal au lendemain de la découverte du corps.

Dossier révisé

Il ne faut pas nécessairement conclure que de nouvelles informations pertinentes ont été portées aux oreilles des enquêteurs, mais le dossier a été révisé, selon la SQ.

« Il y en a des centaines de dossiers [non résolus] comme cela, mais lui a été sélectionné parce que les enquêteurs voyaient qu’ils pouvaient l’avancer et espérer arriver à un résultat », explique Éloïse Cossette de la SQ, rappelant que les techniques d’enquête ont évolué, sans compter les avancées technologiques.

Père de deux enfants

Michel Boulianne, père de deux enfants âgés de 5 et 7 ans, s’était présenté au bar Le Gitan de Trois-Rivières pour prendre un client, au petit matin, le 26 août 1985, selon la SQ. Il n’a plus redonné signe de vie par la suite.

Des dizaines de chauffeurs de taxi, en plus de policiers, se sont mis à chercher la fameuse voiture numéro 15 dans les heures qui ont suivi. Le corps inanimé du chauffeur a finalement été retrouvé dans sa voiture de taxi stationnée dans une cour d’école de la rue Saint-François-Xavier vers 6 h 20, le lendemain matin. Il n’avait plus de portefeuille sur lui.

L’équipe de la SQ chargée des dossiers non résolus est passée de cinq enquêteurs à une trentaine en 2018.

« Cette équipe spécialisée là vient rebrasser les cartes, ça donne espoir aux familles », soutient Nancy Roy, directrice générale de l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues.


► Les gens qui croient avoir de l’information sur cette affaire peuvent contacter la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.