/investigations
Navigation

Il fallait enquêter sur le salaire des docs

Coup d'oeil sur cet article

Il y a des jours où on ne veut pas tomber malade, et aujourd’hui en est un pour nous. Vous comprendrez ce que je veux dire après la lecture de cette chronique consacrée à nos efforts en journalisme d’enquête.

Nous avons publié à maintes reprises à quel point le salaire versé aux médecins allait coûter des milliards aux contribuables. Mais des milliards, on dirait que ça ne parle pas au monde. C’est peut-être trop abstrait.

Il a fallu que nous enquêtions sur ce monde opaque qui entoure la rémunération des médecins, notamment l’obscure Régie de l’assurance maladie (RAMQ), pour comprendre à quel point nos bons docs ont pigé exagérément dans le pot de bonbons ces dernières années. À tel point qu’ils ne semblaient plus savoir comment se partager tout cet argent tombé du ciel.

C’est là que nous avons trouvé leur point faible. Les docs ont un peu trop puisé dans leur imagination pour se partager tout cet argent. Même les médecins décédés ont eu droit à des chèques !

L’opinion publique a commencé à comprendre l’ampleur des hausses salariales lorsque nous avons révélé l’existence des différentes primes versées aux médecins. Celles-là sont très concrètes. Les revoici :

  • Prime jaquette : Cette prime appelée aussi « forfait jaquette » dans le jargon des médecins, permettait aux spécialistes en médecine interne de toucher 65,95 $ chaque fois qu’ils enfilaient gants, jaquette et parfois le masque pour l’examen d’un patient isolé. Elle s’ajoute au montant versé pour une visite ou pour la consultation de base. La prime a été abolie l’an dernier, mais elle existe toujours pour les anesthésiologistes.
  • Prime d’assiduité : Cette prime est versée au chirurgien dès que l’anesthésiste a pris contact avec le patient, et ce, même si le chirurgien n’est pas encore arrivé sur les lieux. Pour avoir droit à la prime de 110,85 $, cette prise de contact doit avoir eu lieu entre 7 h et 8 h du matin, que ce soit à 7 h 5 ou à 7 h 59. Une prime de 22,15 $ est aussi versée pour chaque tranche de 15 minutes que le chirurgien passe au bloc opératoire après 15 h. Cette prime, qui totalise 88,60 $ l’heure, est valide pour toutes les opérations jusqu’à 19 h. 
  • Prime réunion : Les médecins ont droit à une prime dépassant 211 $ l’heure pour participer à une panoplie d’activités, comme des comités, des réunions multidisciplinaires ou des activités médico-administratives. Le médecin spécialiste doit être présent durant un minimum de 60 minutes, sinon il n’est pas payé. Si la réunion dure plus longtemps, il a droit à 52,75 $ par tranche de 15 minutes supplémentaires. Parmi les réunions qui donnent droit à la prime, on retrouve le comité de la bibliothèque, le comité des plaintes, le comité de gestion de lits ou l’attribution de bourses ; tout y passe.

Ce n’est pas tout

Certains y vont fort sur le crayon en facturant à la RAMQ des sommes auxquelles ils n’ont pas droit. Des dizaines de médecins ont dû rembourser plus de 100 000 $ en surfacturation à la suite d’inspections de la Régie. Un médecin de famille s’est même fait réclamer la somme de 1,5 M$ payée en trop. Les noms de ces fautifs devaient être rendus publics, mais la Fédération des médecins spécialistes a saisi les tribunaux pour empêcher leur divulgation. Le dossier est toujours devant la justice.

En plus des primes, des centaines de médecins ont facturé pendant des années des frais accessoires illégaux à leurs patients. Par exemple, huit urologues ont été accusés par le Collège des médecins pour des vasectomies facturées 300 $ chacune, alors que le médicament ne coûtait qu’une fraction de ce prix. L’un des médecins visés s’est même affiché sur les réseaux sociaux au volant d’une... luxueuse Ferrari rouge.

Parlant de perceptions, fallait-il que les médecins se fassent encore subventionner des « formations » lors de voyages au Club Med de Punta Cana ou en Nouvelle-Zélande, comme nous l’avons publié cette semaine, ou en Thaïlande, comme nous l’avons révélé la semaine dernière ? Voyages qui sont en outre partiellement déductibles d’impôts pour les « docs inc. »

Heureusement, l’information d’enquête fait son chemin. On a appris dans l’exposé économique de jeudi que Québec pensait maintenant redistribuer une partie du salaire des médecins à d’autres professionnels indispensables du réseau de la santé.

Dany Doucet
Rédacteur en chef