/news/politics
Navigation

L’Assemblée nationale s’est adaptée aux jeans noirs de Manon Massé, rappelle Gabriel Nadeau-Dubois

Coup d'oeil sur cet article

Gabriel Nadeau-Dubois a défendu bec et ongles sa collègue solidaire Catherine Dorion, vendredi, au lendemain d’un nouvel incident vestimentaire à l’Assemblée nationale.  

Le co-porte-parole de Québec solidaire a déploré que des députés, dont il ignore l’identité et l’association politique, aient choisi de «faire de la politique» avec les vêtements de Catherine Dorion, qui portait jeudi, à son arrivée à l'Assemblée nationale, un coton ouaté, le même qu'elle avait revêtu en Chambre le 25 septembre dernier.   

PHOTO D'ARCHIVES, Simon Clark

«Il y a des députés qui ont dit qu’ils ne voulaient pas qu’elle soit parmi nous. Catherine, elle ne s’est pas sentie la bienvenue, et ça, moi, sur le plan démocratique, je trouve qu’il y a quelque chose qui commence à être dérangeant», a-t-il dit en entrevue sur le plateau de Mario Dumont à LCN.   

«Qu’une députée légitimement élue sente que les autres députés la rejettent pour ce qu’elle est, je trouve qu’il y a une limite dangereuse qui a été franchie [jeudi]», a poursuivi M. Nadeau-Dubois.   

Le code vestimentaire que conserve l’Assemblée nationale est l'un des plus stricts comparativement à celui des autres Parlements, note l'élu solidaire, qui rappelle que les députés ontariens, à Queen’s Park, peuvent travailler sans cravate et avec les manches de chemise remontées.   

«Je pense que notre Assemblée, en 2019, doit se détendre un peu, ouvrir le débat sur le code vestimentaire et voir si on ne peut pas le moderniser un peu», a-t-il plaidé.   

Manon avant Catherine  

L’Assemblée nationale s’est d’ailleurs déjà adaptée, par le passé, aux vêtements d'une certaine Manon Massé, a évoqué Gabriel Nadeau-Dubois.   

«Quand Manon Massé est arrivée à l’Assemblée nationale, en 2014, elle portait des jeans noirs. Il y a beaucoup de députés, à l’époque, des députés libéraux, qui avaient porté plainte auprès de la présidence», a-t-il indiqué.   

PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Le port des jeans est effectivement interdit à l’Assemblée nationale. Pourtant, a dit M. Nadeau-Dubois, l’Assemblée nationale a réfléchi et accepté que Manon Massé provenait de la classe populaire et que ses vêtements étaient relativement propres.   

«L’Assemblée s’est adaptée et, aujourd’hui, Manon, elle porte les mêmes jeans qu’elle portait en 2014», a-t-il résumé.   

Le député a également rappelé que la moustache de Manon Massé avait elle aussi fait couler beaucoup d’encre à l’époque, mais que personne n’en fait de cas aujourd'hui, parce qu’on s’y est habitué.   

«Catherine souhaite seulement ne pas changer qui elle est pour exercer le rôle pour lequel elle a été élue, a argumenté M. Nadeau-Dubois. Catherine, elle n’a pas fait campagne en tailleur, elle a fait campagne habillée comme ça et elle a été élue comme ça.»   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.