/news/politics
Navigation

La réforme de l’immigration retirée

Le ministre Simon Jolin-Barrette essuie un affront important du premier ministre François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault a finalement renoncé vendredi soir à sa controversée réforme du Programme de l’expérience québécoise après une semaine d’attaques de toutes parts.

Des milliers d’étudiants et diplômés étrangers peuvent pousser un soupir de soulagement. Pour l’instant.

Le premier ministre Legault a décidé de mettre sur la glace le règlement proposé par le ministre Simon Jolin-Barrette pour modifier les programmes québécois d’immigration, dont le Programme de l’expérience québécoise (PEQ).

Plus tôt dans la journée, M. Legault avait été forcé d’admettre que le ministre de l’Immigration avait utilisé une liste de pénurie « faite il y a deux ans » pour établir ses nouveaux critères controversés, comme le révélait Le Journal.

En pleine pénurie de main-d’œuvre, ces nouvelles règles limitaient de façon importante le nombre d’étudiants et d’employés admis au Québec, selon plusieurs groupes dont le Conseil du patronat du Québec (CPQ), les Manufacturiers et exportateurs du Québec et les maisons d’enseignement.

« Afin de rassurer l’ensemble des acteurs, le gouvernement du Québec annonce la suspension temporaire des modifications. Les listes des domaines de formation en demande et des emplois en déficit seront révisées », a tranché le gouvernement.

Déjà mercredi, le gouvernement avait annoncé une « clause grand-père », non prévue à l’origine, pour répondre aux critiques qui fusaient de toutes part.

Québec a aussi renversé vendredi soir sa décision dans le dossier de l’étudiante française Émilie Dubois, dont la demande d’immigration avait été rejetée parce qu’un chapitre de sa thèse de doctorat avait été rédigé en anglais.

Les étudiants étrangers Alessandra De Bargigli et Clément Sageste étaient plus qu’inquiets mardi à l’Assemblée nationale.
Photo Agence QMI, Simon Clark
Les étudiants étrangers Alessandra De Bargigli et Clément Sageste étaient plus qu’inquiets mardi à l’Assemblée nationale.

 

Étudiants soulagés

L’étudiant en philosophie Christian Djoko, qui s’est entretenu avec M. Legault mercredi soir en marge d’une manifestation à Québec, se réjouit de ce revirement.

« Je suis heureux, même si on reste vigilants jusqu’à ce que la nouvelle mouture [du PEQ] soit présentée. [...] J’ai le sentiment qu’il a été sensible aux arguments que nous avons portés à son attention, c’est-à-dire les angles morts qu’ils n’avaient pas pris en compte au moment de la rédaction de la réforme », a dit M. Djoko, qui était accompagné d’une étudiante.

« C’est un double recul, a-t-il constaté, après la clause grand-père, et maintenant, cette suspension. »

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le CPQ et la Chambre de commerce du Grand Montréal ont eux aussi salué cette rare volte-face du gouvernement.

« On demandait au gouvernement d’écouter les différents intervenants sur le terrain. Ils nous tendent la main aujourd’hui », a constaté Denis Hamel, vice-président du CPQ.

– Avec la collaboration de Francis Halin et Marc-André Gagnon, Bureau parlementaire

Ce qu'ils ont dit 

Photo Agence QMI, Simon Clark

« Clairement, Simon Jolin-Barrette en a trop. Il n’a pas la sensibilité pour être dans un dossier comme l’immigration. Je pense que le premier ministre devrait lui retirer ce dossier parce qu’il n’a plus la crédibilité pour demeurer ministre. »

– Pierre Arcand, chef intérimaire du Parti libéral du Québec

Photo Agence QMI, Simon Clark

 

« Ce recul du premier ministre, de Simon Jolin-Barrette et de la CAQ est une grande victoire pour des milliers de personnes qui choisissent de contribuer au développement économique et social du Québec. C’est aussi une victoire pour nos cégeps et universités, surtout en région. »

– Pascal Bérubé, chef parlementaire du Parti québécois

Photo Agence QMI, Simon Clark

 

« J’avais déjà prévenu le ministre de l’Immigration vendredi matin : il devait choisir entre l’humilité ou l’humiliation. Malheureusement, le ministre a refusé la voie de l’humilité et, aujourd’hui, il est désavoué par le premier ministre. »

– Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole et leader parlementaire de Québec solidaire

« Ils n’avaient pas trop le choix de reculer. Je suis soulagé qu’ils aient retiré cette réforme. Mais à l’avenir, je vais demeurer très craintif de ce que ce gouvernement peut faire. »

– Pascal Simon, étudiant de la Polynésie française

« Je me sens comme si on était des pions pour combler les trous. Je n’ai même pas de mots, ça me choque encore. Ça me laisse amère. Je ne trouve pas ça très humain comme approche du gouvernement. »

– Laura David, étudiante de la France

« Ça me soulage vraiment. C’était la décision à prendre, parce qu’il y a beaucoup de gens qui sont ici bien intégrés et établis. Y’a beaucoup de monde qui a souffert de cette décision. »

– Souhaib Toumi, étudiant de la Tunisie

 

– Avec Antoine Lacroix, Marie-Ève Dumont et Marc-André Gagnon, Bureau parlementaire