/news/politics
Navigation

Le Parti québécois veut un BAPE global sur GNL Québec

Pierre Fitzgibbon est plus vert que le ministre de l’Environnement

Le Parti québécois veut un BAPE global sur GNL Québec
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti québécois s’appuie sur une déclaration de Pierre Fitzgibbon pour demander un BAPE élargi sur GNL Québec, allant de l’extraction du gaz naturel dans l’Ouest canadien jusqu’à sa combustion à l’étranger.

«M. Fitzgibbon est plus vert que le ministre de l’Environnement. Le ministre de l’Économie doit comprendre que la seule façon d’avoir les réponses à ses questions très pertinentes, c’est d’avoir une étude élargie du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement», dit le député péquiste Sylvain Gaudreault en entrevue avec notre Bureau parlementaire. 

Mercredi, M. Fitzgibbon a énuméré une liste de conditions qui le rendront «confortable» par rapport à GNL Québec, qui veut construire un gazoduc entre l’Alberta et le Québec pour exporter du gaz naturel liquéfié (GNL) vers l’étranger. Il a alors soutenu que son gouvernement souhaitait évaluer les conséquences environnementales planétaires de l’exportation de GNL. En cas d’échec, il a souligné que Québec pourrait dire non au projet. 

«Je vais être confortable quand je vais savoir qui va utiliser ce gaz. C’est l’une des considérations qui est la plus importante. Si ça va dans des endroits qui consomment présentement de l’énergie fossile ou autre, il va falloir l’évaluer globalement», affirmait mercredi le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon. 

«J’ai toujours dit qu’on va évaluer les retombées environnementales. Si le gaz va remplacer de l’électricité, ça n’a pas de bon sens. Si le gaz remplace du charbon, il faut regarder le net entre la production de gaz et celui qui va le consommer», a-t-il ajouté. Il faudra ensuite voir s’il y a des gains de réduction de GES, «pour voir si c’est positif». 

Plus vert que Charette  

Ce «repositionnement» du gouvernement Legault est une excellente nouvelle, croit Sylvian Gaudreault. Il trouve toutefois étonnant que le ministre de l’Économie «soit plus vert que le ministre de l’Environnement.» 

«Il y a un déplacement du discours par rapport à l’été dernier, où M. Fitzgibbon était en faveur du projet», a expliqué M. Gaudreault. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Ce changement de cap est également en contradiction avec le plan actuel du gouvernement. «Il vient de nous dire qu’il serait favorable à ce qu’on demande depuis longtemps, un BAPE global. De l’extraction du gaz jusqu’à l’exportation du gaz. Ça remet en question de façon frontale l’intention du gouvernement de fragmenter le projet, d’avoir un BAPE pour le tuyau et un autre pour l’usine», explique-t-il. 

M. Gaudreault en a profité pour servir un jab à Benoît Charette. «Quand tu te fais ramener à l’ordre par le ministre de l’Économie sur tes dossiers, ça montre que tu es faible», a conclu l’ancien ministre.