/entertainment
Navigation

Billy Tellier: surmonter le cancer... et en rire

Billy Tellier: surmonter le cancer... et en rire
Photo Steve Madden, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Billy Tellier y va d’une révélation étonnante dans son nouveau «one man show», «Hypocrite(s)», en racontant qu’il a surmonté un cancer de la glande thyroïde. La maladie ayant vite été enrayée, il se refusait toutefois jusqu’ici à en parler et faisait le pari que ce coup dur pouvait, ultimement, faire rire. Parce qu’un cancer n’est pas toujours une tragédie, insiste-t-il.

«Je ne suis pas un porte-étendard, illustre l’humoriste en entrevue. C’est pour ça que je l’ai gardé pour mon "show". Je ne veux pas avoir l’air du gars qui s’approprie ce cancer-là pour dire à quel point j’ai souffert. Je voulais prendre le sujet et avoir du "fun". Je ne pense pas sortir un livre!»

Un seul mois

C’est à l’été 2017 que Billy Tellier a vécu sa mauvaise expérience. D’abord alarmé par un problème aux ganglions – qui, finalement, n’avait rien à voir avec sa maladie –, il s’est soumis à une échographie, laquelle a révélé qu’il était atteint d’un cancer. Celui-ci touchait seulement une moitié de sa glande thyroïde.

Entre l’annonce du diagnostic et son opération, qui a eu lieu pendant les vacances de la construction, un mois s’est écoulé. L’intervention complétée, Billy était guéri.

«C’était très petit. Il n’y a pas eu de chimio, il n’y a pas eu de pilules. Ç’a été très rapide, parce que le chirurgien avait des dates à ce moment-là. Ç’a été un mois très intense, pendant lequel j’avais le cancer, puis, paf! Je n’avais plus le cancer, plus rien», résume l’artiste.

«C’est pour ça qu’après, je me sentais mal d’en parler. Oui, ça peut être un cancer très grave s’il n’est pas pris à temps, mais moi, j’ai eu la chance que ça soit traité à temps. Tu as le cancer, tu vis les émotions en montagnes russes, puis, ça se termine, et tu te dis simplement : "OK, c’était ça"», poursuit-il.

«Oui, je savais qu’on pouvait guérir du cancer, mais je ne savais pas que ça pouvait être aussi simple. J’ai des brosses qui ont été plus longues à soigner que ça!» blague le coanimateur de «Debout les comiques», à CKOI.

Pas de colombes

Billy Tellier savait dès le début de l’écriture d’«Hypocrite(s)» qu’il souhaitait traiter de son cancer dans un numéro, mais il dit avoir eu de la difficulté à trouver un angle qui ne soit pas larmoyant.

Aussi, il était crucial pour lui que ledit segment, qui arrive à mi-chemin de sa prestation, ne conclue pas le spectacle, «pour ne pas que ça finisse avec des colombes», ironise-t-il.

«Je ne veux pas que ça me définisse. C’est juste une petite étape dans ma vie. C’était important pour moi de montrer l’autre côté du cancer, quand ça se passe bien et que ça ne change pas ta vie. Je trouvais intéressant d’aller jouer là-dedans.»

Billy Tellier poursuit actuellement sa tournée «Hypocrite(s)». Pour toutes les dates : billytellier.com.