/sports/football
Navigation

Dernière saison faste pour Adam Vance

Le quart-arrière des Stingers remporte le prestigieux prix Jeff Russel remis au joueur par excellence du circuit

Le quart Adam Vance est le 5e joueur des Stingers à remporter le titre de joueur par excellence.
Photo DIDIER DEBUSSCHERE Le quart Adam Vance est le 5e joueur des Stingers à remporter le titre de joueur par excellence.

Coup d'oeil sur cet article

L’Américain Adam Vance a marché dans les traces de son compatriote Trenton Miller en mettant la main sur le trophée Jeff Russel décerné au joueur par excellence du RSEQ, hier midi, à l’occasion de la remise des prix majeurs soulignant les exploits de la dernière saison.

Le pivot de 5e année des Stingers de Concordia a terminé au 1er rang du RSEQ pour les verges (2014), les passes complétées (148) et les passes de touché (7). Vance est le 5e joueur dans l’histoire des Stingers à mériter le titre de joueur par excellence. Les quarts-arrière Miller (2015), Scott Syvret (2005) et Ron Aboud (1990) ainsi que le receveur Gerry Prud’homme (1981) l’ont précédé.

« Je suis très heureux de cette nomination et les entraîneurs pourront utiliser ce titre dans leur recrutement, a raconté Vance, qui avait le bras droit en écharpe et qui passera sous le bistouri dans deux semaines pour sa fracture de la clavicule subie samedi dernier, contre Laval. J’étais nerveux avec la venue d’un nouveau coordonnateur offensif (Alex Surprenant). Ce n’est jamais plaisant pour un gars de 5e année de devoir apprendre un nouveau cahier de jeux. Alex est arrivé tôt. On a pu travailler ensemble et tout s’est bien passé. »

« Ce prix est une reconnaissance de la façon dont les entraîneurs font les choses, de poursuivre Vance. Quand tu embarques, de bonnes choses vont se produire. C’est le jour et la nuit avec mes premières années à Concordia. On a fait un pas dans la bonne direction cette année et c’est dommage que mon parcours universitaire soit terminé. »

Vance a aussi de bons mots pour Miller, qui l’a accueilli à son arrivée à Concordia, il y a trois ans. « C’est cool de recevoir le même honneur que lui, a souligné le Californien de 22 ans, qui a disputé deux saisons dans un Junior College avant de débarquer au Canada. C’est le premier joueur que j’ai rencontré. Je lui lève mon chapeau parce qu’il m’a beaucoup aidé. Il a été un mentor pour moi. »

Doublé pour Seinet-Spaulding

Andrew
Seinet-Spaulding.
Plaqueur, McGill
Photo DIDIER DEBUSSCHERE
Andrew Seinet-Spaulding. Plaqueur, McGill

Le plaqueur Andrew Seinet-Spaulding a réussi un doublé en remportant les titres de joueur défensif par excellence et de meilleur joueur de ligne. C’est une première dans l’histoire de McGill qu’un joueur remporte les deux prix la même année.

« Un prix, c’est bien, deux, c’est mieux, a lancé le gaillard de 6 pi et 292 livres qui a terminé au 1er rang du RSEQ pour les sacs (7) et les plaqués pour pertes (13,5). J’ai bien joué toute la saison et je suis demeuré en santé, ce qui était mon objectif étant donné que c’est mon année de repêchage, mais je suis un peu surpris d’avoir gagné le titre de joueur défensif par excellence. J’ai amélioré ma compréhension du jeu et des schémas offensifs de nos adversaires. J’aurais aimé que notre saison se termine sur une meilleure note, mais je suis fier de ce que j’ai accompli. »

Seinet-Spaulding est le 4e joueur dans l’histoire de McGill à remporter le titre de joueur de ligne par excellence. Deux des trois autres ont été repêchés dans la NFL, soit le garde Laurent Duvernay-Tardif par les Chiefs de Kansas City en 2013 et le plaqueur Randy Chevrier par les Jaguars de Jacksonville en 2000.

Prix majeurs RSEQ

Trophée Jeff Russel (joueur par excellence)

  • Adam Vance, quart-arrière, Concordia

Joueur défensif par excellence

  • Andrew Seinet-Spaulding, plaqueur, McGill

Joueur de ligne par excellence

  • Andrew Seinet-Spaulding, plaqueur, McGill

Entraîneur par excellence

  • Glen Constantin, Laval

Recrue par excellence

  • Jeremy Murphy, demi inséré, Concordia

Prix leardership et engagement social

  • Alexandre Paré, secondeur, McGill

Assistant-entraîneur de l’année

  • David Carson, McGill

Joueur par excellence des unités spéciales

  • Antoine Dansereau-Leclerc, retourneur, Laval

Recrue offensive par excellence

  • Jeremy Murphy, demi inséré, Concordia

Recrue défensive par excellence

  • Jean-William Rouleau, plaqueur, Laval

 

Un impact instantané chez les Stingers

Choisi recrue par excellence, Jeremy Murphy a formé une combinaison redoutable avec son coéquipier James Tyrrell, qui a été le meilleur receveur du circuit.

« Je savais que je pourrais jouer rapidement parce que c’est dans ma mentalité de compétitionner, mais je ne pensais pas avoir un impact aussi grand, a mentionné le demi inséré des Stingers de Concordia qui a capté 34 passes pour 491 verges et quatre touchés. C’est réconfortant de contribuer en partant. Ce prix est la cerise sur le gâteau. J’ai déjà hâte à la saison 2020. »

Produit des Cavaliers de Saint-Lambert, Murphy n’est pas surpris qu’un joueur de Division 3 puisse avoir un impact aussi important aussi rapidement. « Il n’y a pas assez de respect pour les équipes de Division 3, a-t-il affirmé. Les entraîneurs dans les écoles secondaires ne font pas un bon travail pour conscientiser les jeunes aux bons côtés de jouer en Division 3. Les entraîneurs poussent les jeunes dans des programmes de Division 1 où ils ne jouent pas, ou de Division 2 quand la première option ne fonctionne pas. »

« Des 15 finissants de ma cohorte qui ont été recrutés dans le réseau collégial et qui ont été habillés, seulement trois jouent encore au football, poursuit l’étudiant en histoire qui a disputé son football scolaire avec les Dynamiques du collège Charles-Lemoyne. Antoine Robichaud est quart-arrière à Sherbrooke et Kevin Mital est à Syracuse. Je lui ai parlé la semaine dernière avant qu’il ne dispute son premier match contre Boston College. »

Leadership et engagement social

Le secondeur Alexandre Paré est le candidat du RSEQ pour le prix Russ Jackson qui récompense l’athlète au pays qui a le mieux concilié leadership, engagement social et football. C’est la 15e fois au cours des 33 dernières années qu’un joueur de McGill remporte cet honneur.

Troisième à McGill avec 33 plaqués, Paré a conservé une moyenne de 3,95 sur 4 en kinésiologie et il a été le maître d’œuvre d’une activité de nettoyage du « Ghetto de McGill » par l’équipe de football. « Je veux redonner à la société, a mentionné celui qui a fait une demande d’admission à l’école de médecine. Je marche dans ce secteur tous les jours et ce n’est pas chic. »

Un 9e titre pour Glen Constantin

Glen Constantin reconnaît qu’avec tous les départs qu’a connus l’équipe à la fin de la saison dernière, il y a une « grosse job de coaching qui s’est faite ».
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU
Glen Constantin reconnaît qu’avec tous les départs qu’a connus l’équipe à la fin de la saison dernière, il y a une « grosse job de coaching qui s’est faite ».

Pour la 9e fois de sa carrière de 19 ans à la barre du Rouge et Or de l’Université Laval, et pour la deuxième année consécutive, Glen Constantin a été choisi entraîneur par excellence du circuit québécois.

En vertu d’une fiche de sept victoires et une défaite, Constantin a mené son équipe au titre de la saison régulière. « Ce titre est encore plus spécial cette année, a mentionné Constantin. Avec la présence de sept nouveaux partants en défensive et d’un nouveau quart-arrière, il y a eu une grosse job de coaching qui s’est faite. Pour notre groupe d’entraîneurs, ce fut l’une de nos meilleures années de coaching, sinon la meilleure. On ne veut pas de creux de vague. Cette année a toutefois été le moment où nous avons été le plus près de connaître un creux de vague avec tous les départs. »

« Sur le plan personnel, ce fut un gros défi avec le départ de nos quatre partants sur la ligne défensive », de poursuivre celui qui dirige également la ligne défensive. « J’ai travaillé fort et j’ai eu beaucoup de plaisir à voir la progression de nos jeunes. »

Constantin a donné un coup de chapeau à ses collègues. « Il y a un gros travail qui se fait chez toutes les équipes du RSEQ. Il y a eu plus de parité cette année et de meilleures parties. On ne peut pas jouer seuls. »

Unités spéciales

Antoine Dansereau-Leclerc a reçu le prix du joueur par excellence des unités spéciales. Le retourneur de 2e année a dominé le RSEQ avec des gains de 416 verges. Il a été le seul à réussir un touché sur un retour de dégagement.

« J’ai connu un mauvais départ à notre premier match contre Sherbrooke, mais j’ai mis ça de côté », a souligné le receveur le plus occupé du Rouge et Or avec 21 réceptions. « J’ai beaucoup pratiqué avec les botteurs. Dominic Lévesque sort tôt pour les entraînements, et j’ai capté plusieurs dégagements. C’est le fun de gagner ce prix, mais je vais être plus satisfait si on gagne la Coupe Dunsmore. La victoire, c’est ce qui compte. »

Recrue par excellence en défensive, le plaqueur Jean-William Rouleau s’est imposé rapidement, même s’il provient de la Division 3. « Ça se fait par des humains, et tout est possible, même si tu viens de la Division 3 », a indiqué le produit des Pionniers de Rimouski. « Tu n’as pas besoin d’évoluer dans les meilleurs programmes pour obtenir une opportunité au niveau universitaire. C’est vraiment intéressant que mes efforts soient reconnus à ce point. Mon travail a payé vite, et je suis vraiment chanceux. »