/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le populisme acceptable...

Le populisme de gauche se porte bien au Québec...

Le populisme acceptable...
Photo d'archives Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Quelle semaine politique quand même! Une semaine pendant laquelle nous avons pu constater, encore, à quel point il y a au Québec le «méchant» populisme, et un autre, plus acceptable...  

Retour sur une sombre période de la CAQ et sur les facéties habituelles de Catherine Dorion.    

Le populisme acceptable...
Photo d'archives Stevens Leblanc

Le « méchant » populisme  

On a souvent associé la victoire de la CAQ l’an dernier à une certaine vague « populiste » de droite qui déferle sur les démocraties occidentales.     

Qui plus est, en attaquant de front ce que l’ancien gouvernement libéral avait volontairement laissé pourrir, en matière de vivre-ensemble ou d’échec patent en immigration, François Legault s’est placé dans la ligne de mire de ceux qui s’accommodaient très bien de l’ancien statu quo.    

Quinze ans pour agir en matière de vivre-ensemble, quinze ans pour légiférer entre 2003 et 2018, voilà le sombre bilan du Parti libéral du Québec. C’est long, quinze ans au pouvoir (hormis l’incartade très courte du PQ de quelques mois).    

Faut tergiverser longtemps en titi pour laisser les choses se tarir au point où la CAQ a dû ramasser le gâchis.     

Et pourtant, entre la solution, la loi 21, imparfaite certes, mais qui convient le mieux à la majorité de la population, une élite québécoise et canadienne s’est insurgée. Parfois le manifestant par le renfort d’une véhémence rarement vue. Et on a accusé la CAQ – et tous ceux qui ont soutenu cette solution, plusieurs la sachant imparfaite, mais toujours bien mieux que le statu quo d’avant – des pires tares : racisme, xénophobie, repli sur soi...     

Nous sommes encore là-dedans aujourd’hui. Cela emmenant son lot d’insultes et de mépris envers le Québec.    

Et jamais bien loin, cette étiquette de populisme de droite qui colle à la peau du gouvernement.     

L’ami Roméo Bouchard, qui se fait un vilain plaisir de pointer cette dichotomie ambiante entre la plèbe inculte et la bien-pensance toute supérieure (hahaha), au risque de se faire varloper des pires accusations lui aussi, n’y est pas allé de main morte à ce sujet, justement :     

« Anne-Marie Dussault, Patrice Roy, Michel C. Auger, Pénélope et autres sont devenus les véritables thuriféraires du multiculturalisme canadien, diversitaire et mondialiste à Radio-Canada.   

«Dès qu'il s'agit de nationalisme, ils cessent d'être des animateurs ou des journalistes pour s'imposer comme éditorialistes et chevaliers des valeurs universelles, de l'humanisme mondialisant et des droits individuels: la nation, pour eux, c'est comme la peste, qui cache le racisme et la xénophobie. Ils ne cherchent pas à informer, il ne nourrissent pas le débat, ils attaquent, ils ridiculisent, ils empêchent les personnes qu'ils interrogent de parler, ils ont les questions et les réponses, ils ont le dernier mot. [...]    

«Ils ne cherchent qu'une chose: abattre la CAQ, ce parti d'incultes et de “nationaleux” populistes qui a l'appui de la population et ne carbure pas comme eux au mondialisme éclairé.   

«Leur statut de vedettes majeures du clergé médiatique fait peser une chape de plomb sur la population qui est, la plupart du temps, sensée mais démunie pour argumenter, obligeant celle-ci à se taire et à subir en silence ce mépris de leur opinion, du gouvernement qu'ils ont élu et du Québec lui-même.   

«Le spectacle de cette croisade fracassante des élites qui défendent leur idéologie et leurs intérêts n'importe comment, au lieu d'éclairer le débat et de rendre possibles une meilleure organisation de l'immigration et une meilleure intégration des immigrants à la nation québécoise, est révoltant. »    

Un peu caricatural peut-être, mais non sans un fond de vérité. Au cours des derniers jours, sur leurs tribunes habituelles, où s’échangent dans le confort les opinions les moins divergentes, on a assisté à un concert sans fausses notes de dénonciations et d’accusations à peu près toutes pareilles.     

On bien vu « les limites de ce populisme », nous rappelle Michel C. Auger , quittant momentanément son rôle de journaliste objectif de la tribune du midi de la radio d’État pour opiner sur son blogue. Et sa sanction est sévère envers la CAQ, et quelque peu méprisante aussi envers ceux et celles qui l’ont appuyé lors de la dernière élection :     

« François Legault surfe sur une lune de miel avec un électorat heureux de s’être débarrassé des libéraux après un trop long règne et sur quelques mesures populistes, bien vues dans les sondages et conçues pour plaire à une majorité. »    

Des imbéciles heureux, ceux qui ont soutenu la CAQ? Que ça suinte le mépris, tout ça.    

  

Caricature Ygreck
26 juin 2019
Catherine Dorion
Le Journal de Québec
Caricature Ygreck 26 juin 2019 Catherine Dorion

Le « bon » populisme   

Certains diront que l’autre distraction de la semaine, les plus récentes facéties de l’artiste Catherine Dorion - et accessoirement députée -, ont en quelque sorte aidé le gouvernement en déviant un peu l’attention de ses cafouillages parlementaires.     

C’est pas faux.    

J’y vois autre chose de pas inintéressant du tout. La manifestation d’un autre visage du populisme politique, un populisme de gauche, lequel se manifeste de plus en plus souvent en politique québécoise.     

Toutefois, ne vous y trompez pas, ce populisme-là ne sera pas attaqué, descendu en flammes, ou vilipendé. Ou si peu. C’est que ce populisme-là, mesdames et messieurs, il est acceptable.     

Dans un texte très intéressant en janvier dernier, Antonin-Xavier Fournier, professeur de science politique au niveau collégial, s’est penché sur le phénomène du populisme, dont le populisme de gauche, en rappelant que le Québec « n’est pas totalement imperméable au phénomène ».    

Fournier propose d’ailleurs une analyse intéressante du populisme en s’appuyant sur des référents états-uniens :     

« Le populisme est un concept fourre-tout souvent imprécis qui renvoie à cette idée générale que le peuple est spolié par les élites politiques et économiques. Pour les populistes, il faut combattre le système duquel le peuple est exclu et redonner le pouvoir à la majorité souvent mal représentée dans la démocratie libérale et le système représentatif. La trame narrative du populisme est d’être une voix qui permet finalement à la « majorité silencieuse » de reprendre le contrôle de la vie politique. Il peut par ailleurs varier en fonction de la culture, de l’époque ou du contexte dans lequel il s’exprime.   

«Par exemple, le populisme républicain de Donald Trump et de Joseph McCarthy a une connotation plutôt négative, alors que le populisme démocrate de Bernie Sanders ou de William Jennings Bryan est vu comme un idéal. Pourtant, Sanders, tout comme Trump, critiquait fortement les “élites” de Washington. Le populisme est donc un concept à géométrie variable qui n’est pas seulement l’apanage d’un discours réactionnaire et qui peut être habilement utilisé autant par la gauche que par la droite. »    

Disons que dans l’écosystème politique québécois, Québec solidaire est en train de s’arroger, solidement à part ça, l’étiquette de « populisme de gauche ». D’une nouvelle gauche.     

Fournier rappelle que le discours de la gauche classique, « axé sur le prolétariat, le salariat et la logique marchande » a laissé place à une nouvelle conception, une nouvelle gauche pour qui « il ne faut plus abolir les classes sociales, mais plutôt réunir la pluralité des exclus à travers un discours antisystème centré sur la déconstruction et le rejet des structures [...]» et que « c’est dans cette perspective que s’inscrit la stratégie de la [nouvelle] gauche au Québec, et tout porte à croire qu’il y a là un puissant agent mobilisateur. Pour la [nouvelle] gauche, il faut donc opposer au populisme réactionnaire et “antidiversitaire”, un populisme multiculturaliste qui conteste les élites capitalistes ».    

À sa façon, Catherine Dorion conteste un système qu’elle juge, on se l’imagine, sclérosé. Celui de l’apparat, de la contraignante logique vestimentaire imposée [surtout] aux femmes à l’Assemblée nationale, par exemple. D’où sa moquerie de l’Halloween en se « déguisant » en députée.     

Le populisme acceptable...
Capture d'écran Twitter

Cette dernière a récidivé plus tard en se présentant à l’Assemblée nationale dans un coton ouaté, ce qui a fait déborder le vase pour bien des parlementaires. (#Funfact, le Ottawa Citizen s’est fourvoyé sur Twitter, tant c’est devenu complexe de suivre les facéties de la députée Dorion!)    

Pour ne pas être en reste, Manon Massé n’a peut-être pas pris toute la mesure de ses paroles quand elle a voulu offrir son appui à des étudiants étrangers qui manifestaient devant l’Assemblée nationale en affirmant ceci : « Les étudiants étrangers ne sont pas des numéros, mais bien des Québécois. »    

Euh... non.     

On espère que parmi les étudiants étrangers que nous accueillons, plusieurs deviendront « québécois »; mais la citoyenneté n'est pas quelque chose que l'on octroie sur un trottoir ou de vive voix. Il est malsain de badiner avec ça pour marquer quelques points politiques...    

Les populismes : vecteurs de mécontentement    

Antonin-Xavier Fournier a raison d’affirmer que les populismes, fussent-ils de droite ou de gauche, sont avant tout vecteur de mécontentement :    

« Dans tous les cas, le populisme favorise rarement l’équilibre et permet simplement d’exprimer un mécontentement. Si le populisme est le catalyseur d’une problématique, trop souvent il facilite des réponses simplistes à des problèmes complexes. Mettre fin au pétrole en dix ans ou construire un mur pour contrer l’immigration relève soit de l’utopie, soit de la démagogie, mais dans les deux cas il s’agit de position déséquilibrée. »    

Dans notre écosystème médiatique, force est d’admettre que le « déséquilibre » existe aussi dans l’appréciation et le traitement des populismes.     

Difficile de nier qu’une certaine élite médiatique ne cache plus son antipathie à l’égard du choix démocratique des Québécois et des positions défendues par la CAQ sitôt que celles-ci heurtent les idéaux diversitaires et multiculturalistes, pour reprendre les mots de Fournier. Toute défense du nationalisme et de ses corolaires idéologiques devient ainsi un marqueur d’intolérance pour bien des commentateurs ou adhérents de cette « nouvelle gauche ».     

Mais Catherine Dorion et ses semblables peuvent dormir bien tranquilles. Les premières images du passage à Tout le monde en parle de l’artiste-députée montrent qu’il existe bel et bien des occasions qui justifient un apparat plus soigné. Et nul doute qu’à la grand-messe du dimanche soir du diffuseur d’État, elle sera en terrain ami, en terrain conquis.