/travel/destinations
Navigation

The Ghan: l’Australie à bord d’un train mythique

VOY-AUSTRALIE-TRAIN
COURTOISIE / UNSPLASH / Antoine Fabre Le rocher Uluru est l'une des grandes vedettes du Territoire du Nord, en Australie. Lors d'une croisière ferroviaire à bord du train The Ghan, il est possible de le survoler en hélicoptère dans le cadre d'une excursion.

Coup d'oeil sur cet article

 ADÉLAÏDE, Australie | Il a fière allure, The Ghan, qui célèbre ses 90 ans cette année. Le rouge vif de sa locomotive contraste avec la douceur argentée des wagons, qui semblent s’aligner à l’infini sur les rails. À bord, plus de 250 passagers s’apprêtent à quitter Darwin, métropole du Territoire du Nord, à environ quatre heures et demie de vol de Sydney.  

  

Le train The Ghan, qui traverse l'Australie du nord au sud, entre Darwin et Adélaïde.
MARIE-JULIE GAGNON / AGENCE QMI
Le train The Ghan, qui traverse l'Australie du nord au sud, entre Darwin et Adélaïde.

  

 

VOY-AUSTRALIE-TRAIN
MARIE-JULIE GAGNON / AGENCE QMI

 

 Monter à bord de ce train de légende, c’est un peu comme prendre part à un « voyage dont vous êtes le héros ». Dans le cadre de sa traversée de quatre jours appelée « The Ghan Expedition », Great Southern Railway invite les passagers à prendre part à des excursions quotidiennes. Sitôt à bord, on nous demande de faire des choix parfois déchirants. Une croisière dans le parc national Nitmiluk ou une initiation à la vie dans l’arrière-pays avec le chanteur et guitariste Tom Curtain ? Une aventure en hélicoptère pour aller voir le légendaire rocher Uluru moyennant un « léger » supplément de 1250 $ ou une randonnée (incluse dans le forfait) du côté de Simpson Gap ?     

 1re escale : Katerine  

 Nous quittons Darwin au petit matin. En début d’après-midi, le train s’arrête à Katerine pour une première demi-journée d’activités. Dans le parc national Nitmiluk, nous découvrons des peintures rupestres réalisées il y a environ 10 000 ans. « Les crocodiles qui vivent en eau douce sont généralement inoffensifs », souligne le guide, alors qu’un petit groupe sillonne les gorges de la Katerine River. Par contre, ceux des eaux salées, qui se trouvent tout en haut de la chaîne alimentaire, sont sans pitié, nous apprend-il ensuite. Pas étonnant que des panneaux mettent en garde les visiteurs près des plages de Darwin !       

 

Le parc national Nitmiluk, près de Katherine.
MARIE-JULIE GAGNON / AGENCE QMI
Le parc national Nitmiluk, près de Katherine.

 

 2e escale : Alice Springs  

 Après une première nuit à bord du train, nous débarquons à Alice Springs, à mi-chemin entre Darwin et Adélaïde. Quelque 1500 km la sépare de ces deux villes. Immortalisée au cinéma, notamment dans Priscilla Queen of the Desert et Kangaroo Jack, la ville porte le nom d’une femme n’y ayant jamais mis les pieds, soit l’épouse de Charles Todd, qui a dirigé la mise en place du télégraphe, et de sources qui se sont avérées être de simples trous d’eau. N’empêche, Alice Springs a joué un rôle clé dans l’histoire du pays, permettant la transmission de nouvelles beaucoup plus rapidement. Avant l’instauration du relais télégraphique, il fallait des mois avant qu’un message traverse l’Australie !     

 

Le Trevor Reid Park à Alice Springs.
MARIE-JULIE GAGNON / AGENCE QMI
Le Trevor Reid Park à Alice Springs.

 

 Dans le parc national Simpson Gap, non loin d’Alice Springs, nous découvrons le gommier fantôme (« ghost gum tree »), espèce d’eucalyptus à la forme patibulaire. Si les plantes de brousse, nombreuses et variées, piquent la curiosité, ce sont les wallabies des rochers, petits marsupiaux qui se confondent avec le paysage et se déplacent avec une agilité surprenante, qui volent la vedette.     

 Le soir venu, un banquet en plein air au Relais télégraphique permet d’admirer le ciel étoilé, avant de revenir dormir dans le train. Magique.     

 3e escale : Coober Pedy  

 Voilà un village particulièrement intrigant. Ici, la moitié des 2000 habitants de 45 nationalités différentes habitent des maisons troglodytes afin d’échapper aux températures extrêmes. Pourquoi autant de diversité dans un endroit aussi désertique et perdu au milieu de nulle part ? La mine d’opale... On y croise une galerie de personnages tous plus surprenants les uns que les autres.     

 

Repas dans les mines de Coober Pedy.
MARIE-JULIE GAGNON / AGENCE QMI
Repas dans les mines de Coober Pedy.

 

 Une balade du côté du Breakaways Conservation Park donne un aperçu de l’aridité du territoire.     

 

Les paysages arides qui entourent le village de Coober Pedy.
MARIE-JULIE GAGNON / AGENCE QMI
Les paysages arides qui entourent le village de Coober Pedy.

 

 Dernière escale : Adélaïde  

 La charmante Adélaïde conclut ce voyage en train. On y reste un jour ou deux de plus, le temps d’aller flâner dans son marché et ses parcs, qui longent le fleuve Torren. De là-bas, il est facile de poursuivre l’exploration jusqu’à Kangaroo Island, accessible en bateau ou en avion. Si vous disposez de peu de temps et souhaitez maximiser l’expérience, l’agence Exceptional Kangaroo Island propose une fantastique excursion d’un jour qui nous permet de voir des kangourous, des koalas et de déguster un succulent repas préparé en pleine brousse par le guide. Inoubliable.     

 THE GHAN   

 

VOY-AUSTRALIE-TRAIN
MARIE-JULIE GAGNON / AGENCE QMI

   

  •  Il est possible de prendre part à des voyages de deux à quatre jours à bord du train The Ghan, en version régulière ou expédition. Prix du forfait « expédition » de quatre jours et trois nuits, en formule « tout compris » : à partir de 2099 $ AUS (à peu près équivalent au dollar canadien).     
  •  Certaines excursions sont proposées seulement à des périodes précises de l’année.     
  •  Selon la saison, il est possible d’explorer différents parcs nationaux près de Darwin, avant le départ, dont le fameux parc national de Kakadu, qui rappelle le personnage de Paul Hogan, à jamais associé aux clichés du Territoire du Nord. C’est d’ailleurs ici que Crocodile Dundee a été en partie tourné.     
  •  Si on fait escale à Sydney, il faut absolument découvrir la collection aborigène de l’Art Gallery of NSW.          

 Sydney et les Blue Mountains         

Faire escale à Sydney, dont les superbes plages accessibles en transport en commun font partie des atouts indéniables, et dans les mythiques Blue Mountains, s’avère une excellente idée pour débuter ou conclure un voyage en Australie, même s’il faut tenir compte des distances.     

 

La fameuse plage Bondi Beach, à Sydney.
MARIE-JULIE GAGNON / AGENCE QMI
La fameuse plage Bondi Beach, à Sydney.

 

Les Blue Mountains nous transportent dans un autre monde en à peine deux heures de train depuis Sydney. Bien que plusieurs s’y rendent pour une excursion d’un jour, nous vous recommandons fortement d’y passer plus de temps, histoire d’explorer les multiples sentiers de randonnée, de vous extasier devant les paysages spectaculaires de la vallée de Jamieson, de vous emplir les poumons d’air parfumé à l’eucalyptus et de mieux comprendre la culture aborigène. Un bon point de départ pour s’y initier est d’ailleurs le Waradah Centre, où un spectacle résume l’histoire de l’Australie en 30 minutes.     

 

Les rochers des Trois soeurs.
MARIE-JULIE GAGNON / AGENCE QMI
Les rochers des Trois soeurs.

 

L’hôtel Lilianfels Blue Mountains Resort and Spa est parfait pour les visiteurs qui voyagent sans voiture. On s’y rend depuis la gare en quelques minutes de taxi. Les sentiers et les points de vue les plus spectaculaires sur les rochers des Trois sœurs sont ensuite accessibles à pied. Il faut absolument s’offrir un repas au fabuleux restaurant Darley’s.