/finance/business
Navigation

Usine de Lebel-sur-Quévillon: un passé très troublé

Usine Chantiers Chibougamau
Courtoisie Le premier ministre François Legault a annoncé vendredi la relance de l’ancienne usine de la papetière Domtar fermée depuis 2005.

Coup d'oeil sur cet article

L’usine de Lebel-sur-Quévillon a changé de mains à de nombreuses reprises au cours des dernières années.

Fermée en 2005 par la papetière Domtar, cette usine devait être relancée en 2012 par le groupe Fortress Paper de la Colombie-Britannique.

Le projet de 237 millions $ annoncé par le premier ministre libéral de l’époque, Jean Charest, devait créer 300 emplois avec la production de rayonne destinée au marché du textile et des vêtements. Investissement Québec (IQ) avait accordé une aide de 132,4 millions $ remboursable sur 10 ans à Fortress. Or, le projet de relance de l’usine n’a jamais vu le jour.

En 2016, l’entreprise Noxelia Bioénergie, menée par l’entrepreneure Vicky Lavoie, a racheté l’usine pour 15,3 millions $ à Fortress. Encore une fois, IQ a fait partie de l’aventure avec des prêts et subventions totalisant 17 millions $. Noxelia avait également mis la main sur cet important contrat de production énergétique par biomasse de 45 mégawatts (MW), signé avec Hydro-Québec à près de 12 cents le kilowattheure (kWh).

L’usine, qui devait notamment servir à la production de légumes en serre, n’a jamais été relancée. En 2018, Noxelia a vendu l’usine pour 32 millions $ à Chantiers Chibougamau, tout en conservant une partie du juteux contrat de production d’électricité à partir de la biomasse avec Hydro-Québec.

La bonne

Cette fois-ci, Chantiers Chibougamau croit que le projet de relance de l’ancienne usine de Domtar et de Fortress sera le bon.

«On croit que nous sommes sur la bonne voie», a résumé l’homme d’affaires Michel Fillion et grand patron de Chantiers Chibougamau, dont l’entreprise emploie plus de 900 personnes au Québec.

Il faut dire que l’actuel ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, qui a participé au montage financier du projet, connaît très bien le secteur et le potentiel de cette usine, ayant déjà travaillé par le passé comme haut dirigeant chez Domtar.