/sports/racing
Navigation

Kim Boutin continue de tout rafler

La Québécoise décroche l’or au 1000 m pendant que Steven Dubois termine en 2e place

SPO-PATINAGE-VITESSE
Photo Agence QMI, Joêl Lemay KIm Boutin fait flèche de tout bois et a signé une 3e troisième médaille d’or en 8 jours samedi.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Ce n’est pas vrai que le froid s’est déjà emparé de tout le Québec. Il y a une patineuse qui s’appelle Kim Boutin et qui est en feu.

La native de Sherbrooke a remporté samedi l’épreuve du 1000 m à la Coupe du monde de patinage de vitesse de Montréal, ce qui l’identifie sans droit de réplique comme la figure marquante de la scène internationale en ce début de saison. Après ses deux victoires de la semaine dernière à Salt Lake City, dont un record du monde au 500 m,

Boutin signe ainsi une troisième médaille d’or en trois distances différentes en l’espace de huit jours.

« C’est trois en trois. Avoir gagné une médaille d’or dans une troisième distance, ça me fait du bien. Ça a quand même été une journée stressante pour moi que de retomber dans un 1000 m, où les repères sont différents. Je suis vraiment contente de revenir ici avec une médaille d’or », a commenté la patineuse de 24 ans, quelques minutes après avoir aidé le relais féminin à se qualifier pour la finale de dimanche.

Face à la pression

Épargnée de la présence en finale de la Néerlandaise et championne mondiale Suzanne Schulting, disqualifiée en demi-finale, Boutin a composé toute la journée avec la pression qui vient avec son statut. En finale, elle a habilement dépassé les deux Sud-Coréennes dans les trois derniers tours d’une course qui en comptait neuf.

Vice-championne olympique sur

1000 m, elle a manifesté son bonheur avant même de traverser la ligne en pompant son bras droit, un peu à la façon de P.K. Subban quand il marque un but.

« Quand tu performes après la première Coupe du monde, tu as envie que ça s’enchaîne. C’est la petite pression supplémentaire que j’avais, mais une coéquipière me dit souvent qu’avoir de la pression est un privilège. Pour ça, je suis contente de toucher à une autre médaille d’or », a-t-elle exprimé.

Moustache au vent, Steven Dubois a pour sa part terminé 2e au 1000 m.
Photo Agence QMI, Joêl Lemay
Moustache au vent, Steven Dubois a pour sa part terminé 2e au 1000 m.

L’avenir canadien semble aussi porteur d’espoir du côté masculin. À la suite des retraites de Samuel Girard et Charle Cournoyer, la relance de l’équipe passe par de jeunes loups comme Steven Dubois qui, à sa deuxième saison, a remporté sa cinquième médaille individuelle en Coupe du monde lorsqu’il a terminé deuxième en finale du 1000 m.

Le rigolo à la moustache a échappé de l’émotion en commentant son podium après avoir avoué des erreurs de concentration qui l’avaient fait chuter à deux reprises à Salt Lake City, la semaine dernière, où il se disait pourtant en meilleure forme qu’à Montréal.

« Je savais que je l’avais en dedans de moi, mais le réaliser, surtout au 1000 m qui n’est pas ma meilleure distance, j’ai failli pleurer tantôt », a exprimé le patineur originaire de Lachenaie.

« Réussir à me rendre en finale au 1000 m et gagner une médaille d’argent à Montréal, ça fait du bien », a émis le verbomoteur de 22 ans, qu’on imagine attaché à sa moustache porte-bonheur.

« C’est un peu comme les voitures. C’est un aileron qui m’aide à rester plus bas ! » explique-t-il.

Chute au relais mixte

Le public québécois ne pourra apprécier au meilleur de sa saveur la nouvelle épreuve du relais mixte implantée depuis l’an dernier en Coupe du monde et qui entrera aux Jeux olympiques de 2022. L’équipe canadienne a loupé la chance de participer à la finale de dimanche lorsque Cédrik Blais a chuté, avec sept tours à écouler dans la demi-finale. Kim Boutin, qui participait à cette course avec Alyson Charles et Maxime Laoun, ratera donc une autre occasion de visiter le podium dimanche.

« C’est difficile à prendre, mais on est une équipe qui se soutient. Nous étions tous prêts à prendre les risques qu’il fallait pour gagner. Ça pourrait arriver à n’importe qui, alors l’équipe ne met pas la faute sur moi, pas plus que je la mets sur moi non plus. C’est vraiment un travail des quatre patineurs ensemble », s’est défendu Blais.

Résultats du jour

1000 m

Finale Femmes

1-Kim Boutin

  • Canada 1 m 30,83 s

2-Seo Whi Min

  • Corée du Sud 1 m 31,27 s

3-Fan Kexin

  • Chine 1 m 31,34 s

Finale Hommes

1-Hwang Dae Heon

  • Corée du Sud 1 m 26,55 s

2-Steven Dubois

  • Canada 1 m 26,74 s

3-Han Tianyu

  • Chine 1 m 27,08 s

5-Maxime Laoun

  • Canada 1 m 28,68 s

1500 m

Finale Femmes

1-Kim Ji Yoo

  • Corée du Sud 2 m 36,26 s

2-Noh Do Hee

  • Corée du Sud 2 m 37,47 s

3-Hanne Desmet

  • Belgique 2 m 37,57 s

4-Claudia Gagnon

  • Canada 2 m 39,56 s

Journée à oublier pour Charles Hamelin

Charles Hamelin a vu sa course se terminer abruptement samedi lorsqu’il a chuté avec trois tours à faire lors de la demi-finale de l’épreuve du 1500 m.
Photo Agence QMI, Joêl Lemay
Charles Hamelin a vu sa course se terminer abruptement samedi lorsqu’il a chuté avec trois tours à faire lors de la demi-finale de l’épreuve du 1500 m.

Dans la somme d’une carrière, il existe une section pour les belles journées et une autre pour les moins bonnes. Celle de samedi ira dans la section des moins amusantes pour Charles Hamelin.

L’homme de fer de la courte piste a échappé une des dernières occasions qui lui restent dans sa vie de patineur à se produire devant le public montréalais lorsqu’il a chuté en demi-finale de l’épreuve de

1500 m. Pour ajouter à sa déveine du jour, il n’a pu profiter d’une présence au relais masculin, plus tard à la fin du programme, après que l’équipe eut été écartée la veille à la suite d’une pénalité.

« C’est sûr que tu veux être sur la glace le plus souvent pour obtenir une chance de gagner une médaille à la maison. C’est aussi ça la courte piste. Il y a des compétitions à la maison qui vont moins bien que prévu. Il faut se concentrer sur ce que tu as à faire dans les distances où tu dois performer, ensuite si tu as fait les courses pour être à tes meilleures performances cette journée-là, tu ne peux pas être déçu. Tu retournes à la maison la tête haute », a exposé l’athlète de 35 ans.

À sa 17e saison en Coupe du monde, Hamelin a depuis longtemps dépassé la centaine de médailles. Il faut parfois une erreur d’inattention pour se priver d’en ajouter une nouvelle à sa collection, comme ça s’est produit lorsqu’il a posé le pied gauche sur un bloc avec trois tours à jouer. Sa course s’est terminée dans le matelas protecteur.

« J’ai tellement fait de compétitions ici à Montréal ou au Québec dans les Coupes du monde que j’ai eu des bons résultats, d’autres moins bons aussi. Ça fait partie de la game. En tant qu’athlète, tu dois être capable de gérer ces déceptions et ces médailles que tu gagnes à la maison. »

Dion forcé au repos

Pascal Dion a dû se résigner au spectacle d’hier à coiffer le titre de spectateur plutôt qu’acteur. Impliqué dans une chute durant le quart de finale du relais masculin de vendredi, l’athlète de 25 ans en est ressorti avec une contusion au mollet droit qui, par mesure préventive, l’a empêché de participer à cette épreuve de 1500 pour laquelle il s’était qualifié.

« Les deux Coupes du monde en Asie ont lieu déjà dans trois semaines et on a jugé qu’il valait mieux ne pas prendre de risques d’aggraver mon cas », a-t-il expliqué.

Une décision sera prise dimanche s’il doit aussi faire l’impasse sur le concours de 1000 m.