/news/politics
Navigation

La souveraineté au cœur de la prochaine campagne du PQ

Une déclaration de principe a été adoptée pour relancer le parti

POL-CONGRES-PQ
capture d’écran, tva nouvelles Élu par acclamation dimanche, le nouveau président du Parti québécois, Dieudonné Ella Oyono, affirme que la formation fera valoir les avantages de la souveraineté dans les dossiers de politique publique qu’elle sera appelée à commenter. 

Coup d'oeil sur cet article

Exit la gouvernance souverainiste de Pauline Marois ou l’« ostie de bon gouvernement » de Jean-François Lisée. Le Parti québécois a promis, au terme de son congrès de refondation, de faire campagne sur l’indépendance aux prochaines élections.

« On recentre l’action politique du Parti québécois sur l’indépendance. Nous sommes avant tout des indépendantistes et, chaque fois qu’on va aller en élection, ça va être clair pour l’ensemble des Québécois et des Québécoises : quand ils votent pour nous, ils votent pour un parti indépendantiste », a résumé le nouveau président du Parti, Dieudonné Ella Oyono, à la clôture de l’événement de deux jours à Trois-Rivières.

Les quelque 400 délégués péquistes ont adopté, après amendements, une déclaration de principes qui doit servir à relancer le parti après sa défaite historique de l’an dernier. Le document définit les quatre grandes valeurs (liberté, justice/équité, nationalisme et environnement) qui devront, à l’avenir, guider les actions du Parti québécois.

Malgré cette déclaration solennelle, le futur chef du PQ ne sera pas obligé de promettre un référendum dans un premier mandat. « On ne fera pas l’erreur de retomber dans une mécanique. Quand on aura augmenté le désir à l’égard de l’indépendance du Québec, croyez-moi, le reste va suivre », a déclaré le chef intérimaire de la formation, Pascal Bérubé.

En plus de la déclaration de principes, le Parti a profité de l’événement pour adopter une version simplifiée de ses statuts, afin de rendre son organisation plus « agile ». « On veut se concentrer sur l’action, sur le terrain », explique M. Ella Oyono.

Nouveau nom ?

Après ce grand exercice de renouvellement, le Parti québécois entreprendra cet hiver une réflexion importante sur son image de marque. Tant le logo que le nom du parti pourrait être appelé à changer. L’exercice devrait être complété avant juin prochain.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Mais dans les corridors du congrès, l’idée d’un changement de nom recueillait peu d’appuis. Pour Pascal Bérubé, une telle modification serait « cosmétique » et ne fait pas « partie des priorités au cours des prochains mois ». Même son de cloche du côté de Sylvain Gaudreault, candidat pressenti à la chefferie, qui se dit « favorable à garder le nom actuel ».

Un président d’origine gabonaise

Arrivé du Gabon en 2001, Dieudonné Ella Oyono entend travailler à « établir des ponts » avec les communautés culturelles, souvent réfractaires au Parti québécois.

Le nouveau président a d’ailleurs déjà commencé à approcher les communautés rwandaise et haïtienne.

« Quand on est une ancienne colonie, on est passé par l’indépendance, généralement dans les années 60. Ils comprennent le combat du Québec », souligne-t-il.