/news/politics
Navigation

Congédiement de Don Cherry: «je ne pleurerai pas», dit Pascal Bérubé

Don Cherry et Pascal Bérubé
Photos d'archives Don Cherry et Pascal Bérubé

Coup d'oeil sur cet article

Le renvoi du commentateur sportif Don Cherry ne semble pas émouvoir le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, qui pointe du doigt la chaîne publique CBC pour l’avoir laissé frapper sur les francophones par le passé.  

«Tous ses commentaires sur les francophones, les Européens aussi, ça passe. La société d’État a laissé passer ça pendant des années, et là, il a touché le mauvais bouton. Il a touché l’immigration canadienne, et ça, c’est sacré», a-t-il affirmé en entrevue avec Mario Dumont, lundi, à QUB radio.    

«Deux poids, deux mesures, c’est beau le pays du Canada. C’est le pays dans lequel on évolue, deux standards [...] C’est admis qu’il pouvait frapper sur les francophones», a-t-il poursuivi.        

  • ÉCOUTEZ l’entrevue complète de Pascal Bérubé dans laquelle il revient sur le conseil national du Parti québécois à QUB radio:    

  

Don Cherry a été renvoyé par Sportsnet, lundi, pour des propos controversés sur les immigrants tenus samedi lors du segment Coach’s Corner dans l’émission Hockey Night in Canada.  

Le député de Matane-Matapédia a réaffirmé son point de vue par la suite quand Mario Dumont lui a demandé si, au Canada, il était plus permis de «frapper sur la minorité francophone que sur l’immigration canadienne».    

«Dans le cas de Don Cherry, oui, et c’est malheureux. Je ne sais pas ce qu’il va arriver avec lui, mais moi, je ne pleurerai pas», a-t-il déclaré.