/news/green
Navigation

Les Québécois se font prendre les culottes à terre

Il s’agit de la première chute de neige de plus de 15 cm à survenir aussi tôt dans la saison en 25 ans à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

 Un décompte du Journal dans des stationnements de centres commerciaux a permis de constater qu’environ une voiture sur quatre n’était pas équipée de pneus d’hiver, preuve que plusieurs se font fait prendre par surprise par cette première bordée de neige tôt en saison. 

 « J’ai pris mon rendez-vous il y a deux semaines. C’est pour le 25 [novembre]. La tempête de cette semaine me fait peur », a avoué Charles Lebrun, 73 ans, un retraité de Longueuil qui se réjouit de pouvoir compter sur de bons pneus « quatre saisons ». 

 Sur 100 véhicules vérifiés sur la Rive-Sud, 27 n’avaient pas fait poser de pneus adaptés aux conditions hivernales. 

 Or, les prévisions laissaient présager une accumulation totale de 15 à 20 centimètres de neige dans la grande région de Montréal. Les flocons ont commencé à tomber lundi soir et le tout devrait se terminer en début d’avant-midi, tout juste après l’heure de pointe qui s’annonce difficile. 

Charles Lebrun, de Longueuil, pointe son pneu qui n’est pas adapté aux conditions hivernales. Son rendez-vous au garage est dans deux semaines.
Photo Jonathan Tremblay
Charles Lebrun, de Longueuil, pointe son pneu qui n’est pas adapté aux conditions hivernales. Son rendez-vous au garage est dans deux semaines.

 « Vers 9 h [mardi], ça devrait être terminé. On doit prévoir un bon temps supplémentaire pour arriver au travail. Plusieurs n’ont pas de pneus d’hiver, donc les gens devront adapter leur conduite. Il y a aura des ralentissements », a estimé Alexandre Parent, météorologue d’Environnement Canada. 

 « Ça fait 25 ans qu’il n’y a pas eu une bordée de neige aussi tôt [à Montréal], on parle de 15 cm de neige ou plus. Il faut remonter au 1er novembre 1993, il y avait eu 18,6 cm », a-t-il ajouté. 

 Les Montréalais moins pressés 

 Contacté par Le Journal, l’organisme CAA-Québec n’avait pas de statistiques précises sur le nombre de conducteurs qui ont déjà effectué le changement de pneus. On est toutefois en mesure d’affirmer qu’historiquement, les Montréalais ont toujours plus tardé à le faire que le reste des Québécois. 

 « Une chose qu’on a remarquée au fil des ans, c’est qu’à Montréal, la pose de pneus [d’hiver] arrive plus tard. La température est plus clémente donc les gens se permettent d’attendre plus longtemps que dans d’autres régions », a précisé Jesse Caron, expert automobile à CAA-Québec. 

 Bien que la loi ordonne de poser ses pneus au plus tard le 1er décembre, l’organisme suggère toujours une date qu’il juge préférable pour les conducteurs selon la région. À Montréal, la date réaliste est le 10 novembre, cette année. 

 Rester à la maison, si possible 

 Le ministre des Transports, François Bonnardel, a d’ailleurs enjoint les conducteurs de la province qui ne sont pas chaussés convenablement pour l’hiver à ne pas prendre le volant. 

 « J’insiste sur le fait que les automobilistes qui n’ont pas leurs pneus d’hiver doivent planifier autrement leurs déplacements ou éviter de prendre la route. Soyez prudents et remettez tous déplacements non essentiels », a-t-il écrit sur Twitter. 

 La Sûreté du Québec a invité les gens forcés de prendre la route à adapter leur conduite puisqu’il s’agit d’une infraction au Code de la sécurité routière de ne pas le faire selon les conditions climatiques. 

 – Avec Rachelle McDuff