/misc
Navigation

Merci Don Cherry!

Coup d'oeil sur cet article

L’étroitesse d’esprit de Don Cherry aura eu raison de sa prestigieuse tribune de la soirée du hockey. Mais qui eût cru qu’il se révélerait, à contrecœur, un grand pédagogue !

Après 30 ans d’esclandres, sa tirade contre les immigrants, ces « vous autres », qui ne portent pas le coquelicot alors qu’ils profitent des bienfaits de notre société chèrement acquise par nos vétérans ne devrait plus nous surprendre.

Or avant d’être congédié, il nous aura enseigné quelques leçons.

« Vous autres » ont combattu

En plein jour du Souvenir, le ressac contre l’ignorance du provocateur-en-chef a donné l’occasion de souligner la contribution monumentale des « autres » aux grandes guerres qui ont déchiré le siècle dernier.

Davantage d’Indiens ont perdu la vie pendant les deux guerres mondiales que de Canadiens. Deux millions et demi de musulmans ont contribué à l’effort. Des dizaines de milliers de Tunisiens, d’Algériens, de Marocains, de Sénégalais se sont portés volontaires, pour se battre aux côtés des « nôtres ».

Merci, Don Cherry, tes préjugés nous ont permis de le découvrir.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

L’intolérance chez les Anglos

Voyez-vous, cette affaire révèle aussi les limites du multiculturalisme canadien. Il donne bonne conscience, mais ne réussit pas à gommer la méfiance et l’intolérance qui persiste aussi dans le reste du pays.

Les gants blancs qu’a mis Sportsnet pour annoncer son congédiement et la vague d’appui dont il bénéficie depuis 48 heures, illustrent à quel point Don Cherry était populaire. Ses tirades contre les Québécois, les femmes, les Européens, puis les immigrants samedi, étaient le reflet des préjugés de ses loyaux partisans.

Après avoir passé les derniers mois à traiter les Québécois de sectaires, nos chers compatriotes anglophones devront bien reconnaître que la peur de l’autre et le chauvinisme existent aussi dans leurs terres.

Merci, Don Cherry, de le leur avoir rappelé.

À VOIR AUSSI